#PINternetFreedom Chat avec Bolanle Oduntan (@BolanleOdu)

Sujet: Les droits sont des droits, en ligne ou hors ligne

Date: jeudi 19 novembre 2015 | Heure: 14h00 WAT

Il y a une perception commune que les droits humains fondamentaux sont limités à la violence physique. Dans la plupart des juridictions juridiques africaines, le concept de droits virtuels est étranger. Les droits sur Internet sont souvent considérés comme lointains de l'actualisation des droits de l'homme, particulièrement en Afrique, quand ils coexistent. Ce qu'il faut cependant noter, c'est qu'il est de plus en plus nécessaire d'identifier les droits sur Internet avant de pouvoir entamer des discussions et des actions concernant les abus.

L'un des droits les plus communs sur Internet est le droit à l'expression. Ce droit est reconnu mondialement dans les lois internationales et les pays ont été encouragés à l'adopter dans leurs législations locales. Le Nigeria est l'un des pays qui ont adopté ce droit dans son corpus juris. Il est important de noter qu'outre la nature imprescriptible de la Constitution nigériane, c'est aussi la loi la plus organique de tout l'état nigérian. Par conséquent, dans ses dispositions, aucune loi en vigueur ne peut être incompatible avec la Constitution et, lorsqu'une telle loi existe, elle sera dans la mesure de son incompatibilité être annulée, l'article 1 se lit comme suit: Cette Constitution est suprême et ses dispositions ont force obligatoire pour les autorités et les personnes dans toute la République Fédérale du Nigeria. La sous-section (3) se lit comme suit: Si une autre loi est incompatible avec les dispositions de la présente Constitution, la présente Constitution prévaudra, et cette autre loi sera, dans la mesure de l'incompatibilité, nulle. Cela nous donne un aperçu panoramique des intentions cruciales de la Constitution dans ses dispositions parmi lesquelles les droits de l'homme fondamentaux sont enracinés.

Bolanle Oduntan

'Bolanle Oduntan est un praticien du droit commercial avec une expérience dans le droit commercial des entreprises, la gestion des conflits, l'atténuation et la résolution. Il est consultant en droit de la propriété intellectuelle et conseille les principaux fournisseurs de services informatiques et de télécommunications en matière de propriété intellectuelle et de technologies. "Bolanle est un passionné de technologie.

"Bolanle a incorporé un certain nombre de sociétés innovantes de start-up de technologie et de commerce électronique et continue à conseiller au sein de la communauté technologique croissante. Il travaille avec des fournisseurs de services dans le domaine des marchés de capitaux et des services à valeur ajoutée avec des intérêts dans le développement de données, la collecte, la propriété et dans d'autres cas l'utilisation et l'affectation de données.

Bolanle est un associé dans le cabinet d'avocats d'Abraham & Co., une société basée à Lagos, réputée pour ses conseils sur les questions complexes de propriété intellectuelle, de technologie, de divertissement et de droit fiscal. Il est un commentateur social et un défenseur de la liberté sur Internet avec une compréhension de la loi et une culture en ligne en évolution. Il est titulaire d'un diplôme en droit de l'Université Olabisi Onabanjo. Il est membre du barreau nigérian, du Young International Arbitration Group de la Cour d'arbitrage international de Londres et d'autres organisations professionnelles notables. "

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench