Paradigm Initiative publie le rapport 2019 sur les droits numériques en Afrique

Accra, 23 mars 2020 – Paradigm Initiative, une organisation panafricaine à but non lucratif qui travaille à faire progresser les droits numériques et l’inclusion en Afrique, a publié ce mercredi le rapport 2019 sur les droits numériques en Afrique.

S’appuyant sur les précédents rapports publiés depuis 2016, le Rapport 2019 sur les droits numériques en Afrique donne une analyse approfondie de l’état des droits numériques en Afrique, et examine les violations telles que les perturbations d’Internet, la surveillance illégale, l’arrestation de blogueurs et l’adoption de lois préjudiciables, entre autres.

Selon Babatunde Okunoye, chargé de recherche à Paradigm Initiative, le rapport 2019 sur les droits numériques en Afrique, intitulé ” Nouveaux cas de violations: les dérives des gouvernements persistent malgré les mobilisations intenses de la société civile ” jette un regard critique sur l’état des droits numériques dans 13 pays africains : le Bénin, le Cameroun, la République démocratique du Congo, l’Égypte, l’Éthiopie, le Malawi, le Maroc, le Nigeria, le Rwanda, le Soudan, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe.

S’exprimant sur les conclusions du rapport, Emmanuel Vitus, responsable de la communication à Paradigm Initiative, a déclaré : « Les pays africains adoptent désormais des modèles répressifs de contrôle de l’information empruntés à des régimes autoritaires tels que la Russie et la Chine.  C’est un signal inquiétant qui ne présage rien de bon pour des sociétés ouvertes et inclusives en Afrique ».

Il a poursuivi : « Cela se produit par le biais d’un ensemble d’arrêts ciblés, de surveillance, de législations arbitraires visant à réduire au silence les utilisateurs de l’informatique. Les nations africaines deviennent expertes dans le contrôle de l’information tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de leurs frontières”.

« En plus de la publication du rapport 2019 sur les droits numériques en Afrique, nous travaillons actuellement avec une société de médias pour adapter le rapport en un court métrage. Cela sera suivi de briefings régionaux pour les médias qui seront intéressés par  des conclusions du rapport, dans nos bureaux à Accra, Abuja, Arusha, Lagos, Lusaka et Yaoundé, plus tard dans l’année. Le rapport est disponible en téléchargement, en anglais et en français, sur paradigmhq.org/DRA19-fr », a déclaré Adeboye Adegoke, responsable du programme des droits numériques à Paradigm Initiative.

Bulanda Nkhowani, responsable du programme des droits numériques de Paradigm Initiative pour l’Afrique australe, et collaborateur au rapport, a déclaré : « Les droits numériques sont de plus en plus contestés en Afrique, avec des législations limitant les droits, des fermetures d’Internet et d’autres violations qui font régulièrement la une des médias internationaux. Le rapport 2019 sur les droits numériques en Afrique enquête et documente ces violations et sert de preuves pour le plaidoyer en faveur de droits numériques plus importants. Dans la lutte contre les violations des droits numériques en Afrique, la société civile doit persévérer et utiliser tous les outils à sa disposition, y compris la recherche, pour s’assurer que les droits numériques soient respectés et maintenus.

Paradigm Initiative souhaite exprimer sa profonde gratitude à l’Ambassade des Pays-Bas, à la Fondation Ford et à OSIWA pour leur soutien dans la production de ce rapport. Leur soutien continu aux programmes de droits numériques au Nigeria, et dans le reste de l’Afrique, a été essentiel pour garantir que les droits de l’homme à l’ère numérique restent une priorité.

Pour plus de commentaires ou de réactions sur ce communiqué de presse, veuillez contacter le responsable de la communication de Paradigm Initiative, Emmanuel Vitus, à l’adresse emmanuel.vitus@paradigmhq.org


Telechargez le rapport ici


Posts pour les Réseaux Sociaux

  • En Afrique aujourd’hui, en s’inspirant des modèles chinois et russe de contrôle de l’information, l’espace de l’information est désormais perçu comme un théâtre légitime de conflit – tout comme la terre, l’air et la mer sont des théâtres de conflit établis.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Inspirés par les modèles russe et chinois, de nombreux autres pays violent ouvertement les droits numériques, sous le couvert de l’État de droit.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Les organisations africaines de défense des droits numériques, les collaborateurs des anciennes institutions de défense des droits de l’homme et les autres acteurs de la société civile doivent unir leurs efforts pour faire progresser les droits numériques face aux graves menaces qui pèsent sur le continent.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Le plaidoyer vigoureux des OSC fait passer les droits numériques de la marginalité à la conscience publique. De plus en plus d’Africains ont été sensibilisés aux méfaits des violations des droits numériques.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ 
  • Le Bénin est l’un des premiers pays africains à disposer d’un instrument juridique national qui protège les droits numériques. Cependant, le caractère répressif de certaines dispositions de cette loi fait craindre une violation des libertés fondamentales en ligne.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Les acteurs de la société civile au Cameroun travaillent à l’élaboration d’une loi spécifique régissant les réseaux sociaux et l’Internet. En attendant, la loi n° 2010/012 du 21 décembre 2010 sur la cybersécurité et la cybercriminalité sert à réglementer le cyberespace.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Les droits numériques en Égypte, au cours des 4 dernières années, ont été façonnés par la répression brutale du régime de Sisi, et les perspectives d’avenir des droits numériques sous ce régime ne sont pas vraiment brillantes.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Malgré les grands progrès réalisés depuis que Abiy est devenu Premier ministre de l’Éthiopie en 2018, il reste encore un long chemin à parcourir pour la réalisation des droits, y compris les droits numériques. Ces droits sont souvent considérés comme un moyen pour les citoyens de demander des comptes aux gouvernements.   #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Au Maroc, le logiciel espion Pegasus du groupe NSO a permis au régime du roi Mohammed VI de supprimer les droits des citoyens à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique depuis 2017.     #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Inversant certains des acquis de 2018, le président du Nigeria, @MBuhari, a refusé de promulguer la loi sur les droits et libertés numériques (HB 490) en 2019. Ce projet de loi a été rédigé pour protéger les droits des Nigérians en ligne.   #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • La loi rwandaise sur les médias est oppressive car elle prévoit des sanctions pour les crimes commis par le biais de la presse et  considérée comme un “outrage au chef de l’État” ou “mettant en danger la décence publique”. #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Au Soudan, les propriétaires de cybercafés sont tenus par la loi de télécharger des applications de filtrage. Le gouvernement, par l’intermédiaire de son unité de contrôle des services Internet peut bloquer des contenus.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • Sous le régime du président Magufuli, la perception internationale de #Tanzania est passée d’un pays à  bonne réputation à une « honte internationale » en raison de la fermeture rapide de son espace en ligne cyberspace.   #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • En Zambie, en l’absence de lois sur la protection des données, les institutions continuent de collecter les données personnelles des citoyens à diverses fins, notamment pour l’enregistrement des cartes SIM effectué par les fournisseurs de réseau.  #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • En 2019, le gouvernement du Zimbabwe a manifesté un intérêt accru pour les patrouilles dans le cyberespace, depuis  l’achat du logiciel de reconnaissance faciale Cloud Walk, acquis de la Chine en 2018. #NetAfrica19 @ParadigmHQ
  • @ParadigmHQ souhaite exprimer sa profonde gratitude à l’Ambassade des Pays-Bas (@NLinNigeria), à la @FordFoundation et à @OSIWA1 pour leur soutien dans la production de ce rapport. Leur soutien a été essentiel pour garantir que les droits de l’homme restent une priorité. #NetAfrica19
fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench