News

Jan 24

2022

By

||

||

1 Like

||

Print Friendly, PDF & Email

Coupure du réseau Facebook au Burkina-Faso : les libertés en ligne toujours menacées dans un contexte de crise sécuritaire

Yaoundé, le 24 Janvier 2022 . Depuis le 10 janvier 2022, les utilisateurs Internet du Burkina Faso font face à une forte perturbation du réseau Internet et des réseaux sociaux. Dans le cadre des perturbations du réseau Facebook enregistrées par Netblocks, les autorités du Burkina Faso ont déclaré avoir interrompu l’accès à Facebook en raison de craintes pour la sécurité. C’est depuis le 10 janvier 2022 que le groupe de surveillance de la liberté sur Internet, NetBlocks, a signalé d’importantes  perturbations des services Internet dans le pays.

Le porte-parole du gouvernement, Alkassoum Maiga, a déclaré que les autorités n’avaient pas à s’expliquer sur la fermeture signalée pour la première fois le 10 janvier 2022 et qui semble s’être poursuivie ainsi que sur d’autres plateformes. “Je pense que si nous avons le choix entre laisser l’insécurité se propager et prendre des mesures qui nous permettent de garder un minimum de contrôle sur la situation, alors le choix nous semble clair que l’intérêt national doit primer”, a déclaré Maiga,  sur la Radio Oméga.

Depuis plusieurs mois, les utilisateurs Internet au Burkina Faso sont victimes de divers types de violations des droits numériques. Cette situation de violation se produit dans un contexte de crise sécuritaire que traverse le pays. En effet, dans un communiqué de presse rendu public le lundi 22 novembre 2021, le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement du Burkina Faso précise qu’en « application des dispositions des articles 44 à 46 de la loi N.061-2008/AN du 28 novembre 2008 relatifs à la qualité et sécurité des réseaux et des services et respect des obligations de défense nationale et de la sécurité », que l’internet a été coupé sur ordre du gouvernement sur l’ensemble du territoire pour une durée de 96 heures pour les accès Internet par mobiles et de 20 heures sur l’ensemble du territoire national pour autres types d’accès. 

Dans les conditions qui précèdent, PIN interpelle le gouvernement au respect total des droits de l’homme en ligne dans le pays. En outre, dans le contexte de la situation sécuritaire préoccupante dans le pays, Paradigm Initiative exhorte le gouvernement du Burkina Faso au respect des engagements internationaux pris par le pays en matière des droits humains en général et des droits numériques en particulier.

Ainsi, Paradigm Initiative se dit profondément préoccupée par la fermeture des réseaux sociaux, notamment Facebook au Burkina Faso, et invite en urgence le gouvernement, les opérateurs de téléphonie mobile, les fournisseurs d’accès Internet et toutes les parties prenantes de l’écosystème Internet à respecter les engagements vis-à-vis de la protection des droits des utilisateurs définis par la Déclaration Africaine des Droits et Libertés de l’Internet, la déclaration africaine sur la gouvernance de l’Internet, et tous les autres principes liés au respect des droits de l’homme en ligne.

Paradigm Initiative invite enfin les acteurs politiques du Burkina Faso à plus de responsabilité et demande un engagement pour la stabilité de la connexion Internet sur l’ensemble du territoire national avant, pendant et après toutes les opérations sociopolitiques, et de considérer la stabilité du réseau Internet comme un instrument de promotion de la démocratie dans le pays.

 

Pour toute demande de renseignements à propos de ce communiqué de presse, veuillez envoyer un courriel à notre responsable des programmes en Afrique francophone, Rigobert Kenmogne, rigobert.kenmogne@paradigmhq.org 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.