Catégorie

Communiqué de presse

# DRIF19: Les délégués appellent à une action renouvelée pour protéger les droits numériques en Afrique

Par | Plaidoyer, Communiqué de presse

Delegates at the Digital Rights and Inclusion Forum have expressed concern at the spate of violation of human rights online on the African continent, calling for renewed action to protect the digital space from rights violations.

The delegates were speaking at the 3-day Forum which held in Lagos, Nigeria, from April 23-25 and welcomed delegates and speakers from across Africa and beyond. The Forum provides a platform for conversations on efforts to ensure human rights online are not violated and that more people in Africa are connected to the internet.

Anriette Esterhuysen, the former executive director of the Association for Progressive Communications, in her submission, argued that the internet has to be protected and remain open as “it is the usually the only means of expression for some minority groups to access information on issues that are not openly discussed.”

Grace Githaiga, the co-convener of KICKTANET said, despite the challenges facing the digital rights space on the continent including internet shutdown, harassment of internet users and online journalists, and lack of data protection laws in many countries, “advocates should celebrate the positive- good laws, initiatives, and partners that allow us to meet and remaining optimistic of a better future.”

This came on the backdrop of conversation on internet censorship that has rocked the continent over the last few years. Africa now leads with the highest number of countries shutting down the internet or restricting service. In Chad, for example, social media has been shut down by the government for over a year now. In 2019 alone, Chad, Sudan, Zimbabwe and DR Congo have either shut down the internet or restricted access to services.

Speaking on the challenges facing efforts to improve internet penetration, Funke Opeke, the chief executive of MainOne Cable, emphasised the need for government to partner the private sector instead of constituting itself as a stumbling block to expand internet access. She said governments in other climes “create the right incentives and structures to facilitate access to the internet, especially in the rural areas. Dr Ernest Ndukwe, a former chief executive of the Nigerian Communication Commission, also urged civil society and active citizens “to focus more attention on what government can do to ensure people have access.”

The Forum also explored the state of data protection and privacy laws on the continent. Ephraim Kenyanito of Article 19 and Morisola Alaba of Media Rights Agenda, while speaking on the new 5G technology, said there was an urgent need to have data privacy legislation as the technology made its way to the continent, saying the technical capabilities of 5G could allow for greater surveillance capacities for repressive governments.

The tone for the Forum was set by the Opening Panel which was moderated by ‘Gbenga Sesan, the Executive Director of Paradigm Initiative and featured Hawa Ba, the Head of Senegal Office of Open Society Initiative for West Africa, Segun Mausi, Head of Africa division at Human Rights Watch, and a Emmanuella Darkwah who was representing Ghana’s National Security Advisor.

The Panel explored the centrality of human rights to modern society and the need to dedicate resources and attention to the protection of human rights. Hawa Ba highlighted the crucial role the internet has played in public education and mobilisation in Senegal and said it was important to ensure the internet remained an open and safe platform. Mausi Segun said all internet users have a duty to fight for the protection of digital rights and to make sure their government enables internet access for more citizens.

While according to Ghana’s Emmanuella Darkwah, Ghana was working on “ensuring internet and digital rights are encompassed in future laws” and, to among things, “make internet shutdown impossible in the country.”

Delegates from

 Togo, Chad and Cameroon bemoaned the ease with which their governments shut down the internet and specific internet services. In Chad, a delegate reported, social media platforms have been unavailable for over a year now, making life unnecessarily harder for the people of the country.

In his closing remarks, ‘Gbenga Sesan urged delegates to go back to their countries with a renewed energy to contribute to efforts to keep the internet safe and open to all users, saying “digital rights advocates are in the business of not minding our businesses. We have no choice but to be involved in efforts that help protect the internet, and to resist action that endangers human rights online.”

#DRIF19 is the seventh edition of the Forum which is convened annually to provide an “important platform where conversations on digital policy in Africa are shaped, and policy directions forged.” The Forum, organised by Paradigm Initiative and supported by Google, Ford Foundation, and Heinrich Böll Stiftung, welcomed delegates from 38 countries.

**

Pour plus d'informations sur cette déclaration, veuillez envoyer un mail à media@paradigmhq.org. 

Paradigm Initiative condamne l'arrestation et la déportation de Wakabi par les autorités tanzaniennes

Par | Communiqué de presse, Non classé

Paradigm Initiative condemns the arrest, detention and subsequent deportation of the executive director of the Collaboration on International ICT Policy for East and Southern Africa (CIPESA), Dr Wairagala Wakabi by Tanzanian authorities.

Dr Wakabi was arrested, detained and detained upon arrival in Tanzania yesterday, April 25. According to a statement released by CIPESA, Dr Wakabi was in Tanzania to participate in the annual commemoration of the Tanzania Human Rights Defenders’ Day on the invitation of the Tanzania Human Rights Defenders Coalition (THRDC). Dr Wakabi is a renowned human rights advocate and researcher and we believe that his unacceptable treatment in Tanzania is a further indication of Tanzania’s increasingly hostile attitude to the human rights community.

This is not the first time that Tanzania has mistreated human rights advocates. In November 2018, the Committee for the Protection of Journalists Africa program coordinator Angela Quintal and sub-Saharan Africa representative Muthoki Mumowere were arrested, detained and deported from the country with the false claim that the duo were in Tanzania without proper visas. Lawyers for Human Rights (LHR) had previously expressed concern over the arrest of other 11 human rights activists in Tanzania. Tanzanian police have accused of raiding a legal consultation meeting, convened by the Initiative for Strategic Litigation in Africa (Isla) and Community Health Services and Advocacy (Chesa), in Dar es Salaam. 

The continued assault on activists and advocates is unacceptable and we call on the African Union and other regional bodies to prevail on the Tanzanian government to respect the fundamental human rights of its citizens and guests. Paradigm Initiative asks the government to immediately address its shameful treatment of Dr Wakabi. It is in the government’s own best interest to acknowledge human rights defenders as viable stakeholders in democratic spaces and that civic spaces are a natural extension of the community that must be nurtured not crushed.

Un forum sur les droits numériques et l'inclusion accueillera des délégués de 38 pays à Lagos

Par | Droits numériques, Communiqué de presse

The seventh edition of the Digital Rights and Inclusion Forum (DRIF) will host delegates from 38 countries to deliberate on issues confronting the digital space in Africa. This is according to a press statement by Paradigm Initiative, the organiser of the conference of the 3-day conference. The Forum took off today in Lagos and will run until Thursday, April 25.

According to the statement, DRIF19 will welcome delegates from civil society, academia, media, technical community, government- including security agencies, judiciary, and legislature, and the private sector, from 32 countries in Africa, and 6 countries outside the continent. The Forum will also be live-streamed to a global online audience here, while those interested in monitoring conversations at the Forum can follow its hashtag, #DRIF19.

According to Tope Ogundipe, Paradigm Initiative’s Director of Programs, “formerly known as the Internet Freedom Forum, DRIF has become well known for its track record of tangible actionable outcomes and has gained a reputation as an important platform where conversations on digital policy in Africa are shaped, and policy directions forged. The broad categories of participants expected are state actors, civil society organizations, academia, human rights activists, technology entrepreneurs, gender activists, as well as policy enthusiasts and actors within the global internet governance space.”

DRIF features engaging conversations which draw on globally relevant issues, as well as Africa-specific challenges and opportunities. Panellists and participants are drawn based on a multi-stakeholder model, allowing stakeholders who have hitherto operated in silos to talk to one other about common challenges.

“For the first time, the Forum this year will focus considerably on digital inclusion conversations as the basis for digital rights, on a continent where internet penetration is lowest and the opportunities which ICTs provide remain elusive to many. This year’s edition will also feature more side sessions, allow for bilingual communication and participation as it has done since 2017, and encourage post-event collaborations to further strengthen the discourse of Internet Freedom in Africa,” Ogundipe added.

Speakers expected at the conference include Albert Antwi Boasiako, Ghana’s National Cybersecurity Advisor, Segun Mausi, the Executive Director of Human Rights Watch Africa Division, Hawa Ba, Head of the Senegal Country Office, Open Society for West Africa, and Lanre Osibona, Special Advisor on ICT to the President of Nigeria. Others are Dr Ernest Ndukwe, former Chief Executive Officer of the Nigerian Communications Commission, Robert Muthuri of Strathmore University, and Onica Makwakwa, A4AI Africa Regional Coordinator

The Forum is expected to refocus attention on issues confronting the digital space on a continent where human rights online are routinely violated.

Paradigm Initiative Praises the Media for Improved Digital Rights Coverage

Par | Liberté d'Internet, Communiqué de presse

Media coverage of issues confronting digital rights and online freedom has significantly improved over the last year as more media platforms and practitioners dedicate more attention to developments in the digital space. This is according to Paradigm Initiative, the pan-African digital rights and inclusion social enterprise.

Paradigm Initiative made this known in a press statement announcing the commencement of application for the second edition of its Digital Rights and Inclusion Media Fellowship.

Paradigm Initiative’s Communications Officer Sodiq Alabi said, “The media has become a major partner in the efforts to ensure that human rights online are protected in Africa. As media practitioners are usually victims of digital rights violations including censorship, harassment and illegal surveillance, it makes perfect sense that they are now focusing their attention on increasing awareness around digital rights and holding governments and businesses accountable. ”

Paradigm Initiative further emphasised the need for improved synergy between digital rights advocates and the media to ensure human rights online are well protected by the law, and violations do not go unreported.

“The Media Fellowship is part of our effort to ensure this synergy is groomed and nurtured. The Fellowship is, therefore, a 4-month program designed to immerse outstanding, early career, journalists in digital rights and digital inclusion advocacy – and intervention efforts – in Africa. This way, we help improve the quality of reporting on digital rights and inclusion by improving the expertise of reporters who cover the beat,” Alabi said.

Meanwhile, the 7th Digital Rights and Inclusion Forum is scheduled to hold in Lagos. Convened by Paradigm Initiative, the Forum will host some 300 delegates from across Africa and the world. The delegates will, between April 23 and 25, assess the state of digital rights and inclusion in Africa with the aim of finding solutions to identified challenges.

**

Pour plus d'informations sur cette déclaration, veuillez envoyer un courrier à media@paradigmhq.org

Paradigm Initiative Asks Rwanda to Respect Privacy Rights  

Par | Communiqué de presse

The government of Rwanda has recently proposed a country-wide DNA database, a project that will involve collecting samples from all 12 million citizens in an effort to address crime. This has prompted concerns from human rights campaigners who believe the database could be misused by the government and violate international human rights laws. While the country poses a data protection policy, it is still very vague and not comprehensive enough to tackle the challenges that come with having such a database.

The government of Rwanda should realize that “genome is the property of an individual and not the state’s” hence policies they put forth to govern this move should grant citizens consent on what data they choose to share under very strict circumstances. DNA sample contains very personal information hence the risk of data abuse is potentially high as well as vulnerability to hacking.

Paradigm Initiative’s Google Policy Fellow for Eastern Africa, Rebecca Ryakitimbo said, “It is debatable whether the benefits to society of having a national DNA database outweighs an individual’s right to privacy. There is a need to answer critical questions such as ”Who owns the genetic information and who controls what happens to it and how it is used? Who is responsible for the genetic information”.The potential for the information in the DNA database to be misused by the Government, security services, police forces or criminals is quite high if these questions are not attended to.”

Drawing experiences from countries like the UK which has a National DNA Database (NDNAD)  that holds the DNA profiles and samples from a select number of UK individuals. The implications of this database to innocent citizens who were on the database brought about privacy and other human rights concerns. It was in the light of this that in 2012, the UK Protection of Freedoms Bill came to effect to redress the balance between the State’s duty to protect the public and an individual’s right to privacy. This brought about the taking down of 1,766,000 DNA profiles taken from innocent adults and children, along with 1,672,000 fingerprint records. In addition to this,  7,753,000 DNA samples including 480,000 from children that contained sensitive personal biological data were destroyed.

Paradigm Initiative further said “Rwandan legislators, courts and law enforcement to ensure that the benefits of the database don’t come at the cost of privacy rights. It also essential to recognize that people do have an interest in controlling who can see their private information. The Government of Rwanda should foresee the risks that accompany the presence of such an extensive database containing very private and personal data of millions of its citizens in the age where digital security is of great concern. With the use of DNA data for policing, there will be risks on the burden of proof required for the forensic acceptability of DNA data.”

For more information on this release, please send a mail to media@paradigmhq.org. 

Groups Sue Gbenga Olorunpomi and Lauretta Onochie Over “Hate Speech”

Par | Communiqué de presse, Non classé

Two Civil Society organizations, Enough is Enough Nigeria and Paradigm Initiative have instituted a case asking the court to declare comments made by some political aides in Nigeria as Hate speeches.

Relying on documentary evidences gathered from online comments made by the two affected aides, Gbenga Olorunpomi, Aide to Governor Yahaya Bello of Kogi State and Lauretta Onochie, Aide to President Muhammadu Buhari, the organizations through their lawyer are asking the court to determine if the statements violates sections of Nigeria’s Cybercrime(Prohibition, Prevention etc) Act 2015 .

However, due to the elusiveness of the Defendants and their addresses, the Court favoured that the court processes should be advertised in national dailies. This was subsequently done on Wednesday, March 13, 2019 in two leading National Dailies with national spread

According to Adeboye Adegoke, Program Manager at Paradigm Initiative, “the two organizations filed the case as a measure to curb the spread of hate speeches in Nigeria, a trend which is mostly associated with the political class. While their principals may not be less guilty of similar accusations, Governors and Presidents are however protected from prosecution by the constitution of the Federal Republic of Nigeria as amended. It is, however, significant that those political actors with links to power are being challenged for comments made at several times. The usual trend in Nigeria was for the political class to use their position to persecute citizens, journalists, activists and opposition whom they deem too critical of power under the guise of fighting hate speech or fake news.”

“If hate speech is to be curbed in Nigeria, then the prosecution must start from the political class who has always gotten away with inciting statements some of whom have led to crisis and deaths of many in the past.” Says Adeboye

The case is expected to come up for hearing at the Federal High Court Abuja today, Thursday, March 14, 2019.

L'initiative Paradigm publie son rapport annuel 2018 et démontre son impact

Par | Droits numériques, Échos de la vie, Communiqué de presse

L’entreprise sociale Paradigm Initiative a publié son Rapport annuel 2018. Le rapport fournit des informations sur le travail de l'organisation, en particulier sur la manière dont elle s'acquitte de sa mission consistant à améliorer les «moyens de subsistance des jeunes sous-desservis».

Joy Ukpong, une ancienne élève du programme d'inclusion numérique gratuit du groupe, figure dans le rapport annuel. Au moment de rejoindre le programme, Joy Ukpong, 27 ans, gagnait 10 000 N par mois en tant que coiffeuse en difficulté à Ajegunle, dans l'État de Lagos. Elle était désespérée pour une pause et le programme d'inclusion numérique de Paradigm Initiative lui a donné la pause qu'elle a judicieusement saisie, en apprenant des compétences utiles dans les domaines du numérique et de la vie.

Quelques semaines après la fin de la formation de 10 semaines, Ukpong a obtenu un poste d'assistant administratif dans un cabinet d'avocats. Son revenu a immédiatement grimpé à 25 000 naira. Grâce à ses nouvelles compétences, Ukpong dispose d’un revenu et d’une structure de travail plus stables qui lui permettent de se développer.

Son histoire, selon Sodiq Alabi, chargée de la communication de Paradigm Initiative, «est une autre preuve que notre investissement dans les programmes d'inclusion numérique dans les communautés mal desservies améliore effectivement les moyens de subsistance des bénéficiaires."

Gbenga Sesan, directeur exécutif, a également déclaré: «Grâce à l'investissement de l'année en faveur de la jeunesse mal desservie, nous avons pu former 869 étudiants dans le cadre du programme LIFE de 10 semaines, du LIFE @ School Club et des ateliers trimestriels. 150 étudiants ont obtenu un stage, ont trouvé un emploi, ont gagné suffisamment pour retourner aux études, ont rejoint des programmes d'apprentissage et / ou ont créé des micro-entreprises. Au cours de l’année, le revenu moyen de nos étudiants est passé de 4 805,15 à 23 083,25 N! »

Sesan a souligné: «En 2018, notre travail sur les droits numériques couvrait le Bénin, le Burundi, le Cameroun, le Tchad, la République démocratique du Congo, la Gambie, le Kenya, le Mali, le Nigeria, la Tanzanie, le Togo, l'Ouganda et la Zambie. Nous avons organisé 13 programmes de formation, examiné 36 documents de politique, produit 12 rapports fondés sur des recherches, traité 20 violations des droits numériques et dirigé 4 processus de contentieux. ”

Le Directeur des programmes, Tope Ogundipe, a déclaré que l'adoption du projet de loi sur les droits et la liberté numériques au Nigéria marquait une étape importante pour le groupe en 2018. Le projet de loi, qui a été transmis au président Muhammadu Buhari le 5 février 2019, est un projet majeur de le groupe depuis 2014, date à laquelle il a commencé à plaider en faveur de l'adoption d'une loi consacrée à la protection des droits et libertés en ligne.

Fondée au Nigéria en 2007, Paradigm Initiative est présente dans cinq pays africains, où elle exécute des programmes sur tout le continent. Le groupe a déclaré que son nouveau plan de gestion stratégique (2019-2023) le ferait même davantage au cours des prochaines années.

Free speech and press freedom continue to be under attack in Tanzania.

La Tanzanie évolue-t-elle vers le totalitarisme?

Par | Droits numériques, Communiqué de presse

Par 'Gbenga Sesan

Mercredi dernier, le 30 janvier, la Tanzanie était résolument sur le point de devenir un État à parti unique lorsque le Parlement avait approuvé les amendements proposés à la loi sur les partis politiques, adoptée pour la première fois en 1992. Cette année-là, le pays avait adopté 31 années de maintien du statut de parti unique qu'il avait presque créé en tant que nation indépendante en 1961 et officialisé par une annonce faite en 1963 par le président de l'époque, Julius Nyerere.

L'homme dont le leadership a influencé le glissement de terrain de l'Union nationale africaine du Tanganyika, qui a remporté tous les sièges sauf un lors des élections au Conseil législatif de 1960, le président Julius Nyerere, admis que le système a entraîné «le relâchement et l'indifférence». Pourquoi la Tanzanie est-elle en train de résoudre, en 2019, un problème qu'elle avait résolu il y a 27 ans? Il y avait plus d'une raison pour laquelle le passage à un système multipartite était nécessaire; non seulement pour garder les parties concurrentes sur leurs gardes, mais aussi pour éviter de faire taire la dissidence authentique. Il était également nécessaire de moduler la voix du parti qui avait alors une grande signification.

Dans un rapport de la Commission présidentielle de 1991 mise en place pour assurer une transition en douceur vers le multipartisme, ils ont déclaré que des sondages montraient que le système multipartite offrait aux électeurs un choix plus large de partis politiques, de candidats et de partis politiques que le système à parti unique. La Commission Nyalali a recommandé la création du bureau du Greffier des Parties, dont la fonction est de suggéré était d'enregistrer les partis politiques. Depuis l'avènement du multipartisme en 1992, la Tanzanie a vu s'ouvrir une arène politique qui représentait chaque citoyen et donnait plus de concurrence à la manière dont le gouvernement assumait ses responsabilités. Les partis de l'opposition ont joué leur rôle comme prévu dans une démocratie, apportant diversité et contrôle critique du gouvernement. Une opposition dynamique a commencé à gagner du terrain au début du nouveau siècle en exposant les zones d'ombre que le parti au pouvoir devait éliminer.

Cependant, depuis 2016, il existe une interdiction effective, bien que largement illégale, des partis politiques organisant des réunions et des rassemblements publics. De nombreux dirigeants de l'opposition, y compris Zitto Kabwe, ont été arrêtés pour avoir enfreint l’interdiction et fait des commentaires «anti-gouvernementaux». Bien que cette interdiction ait été fermement opposée, les médias sociaux ont servi d’espace public pour la discussion de questions politiques et urgentes. Parfois, les problèmes sont traités directement avec les dirigeants politiques sur des plateformes de médias sociaux telles que Twitter. Lorsque le militant en ligne Mange Kimambi a défié l'interdiction et lancé un appel à la protestation, plusieurs commissaires de police et le ministre de l'Intérieur ont assuré que les manifestations ne se tenaient pas.

Le gouvernement a intensifié la répression de la liberté d'expression, à la suite de l'adoption de la loi de 2015 sur la cybercriminalité, qui criminalisait la critique des responsables gouvernementaux en ligne. En mai 2018, la loi sur les communications postales électroniques a été assortie de réglementations vagues et de sanctions visant à restreindre davantage les droits en ligne. Non seulement les dispositions de ces lois facilitant la violation des droits de l'homme, mais elles ont également permis de faire un pas de plus dans la réduction des espaces civiques.

À la fin de 2018, un projet de loi proposant de modifier certaines dispositions de la loi sur les partis politiques a été soumis au Parlement. Les amendements proposés prévoient notamment d’accorder un pouvoir et une immunité énormes au greffier des partis politiques, nommé par le gouvernement des partis au pouvoir, afin qu’il agisse en tant que régulateur et contrôle tous les partis politiques. Dans ces nouveaux amendements, le registraire a le pouvoir de radier de l'enregistrement, de révoquer et de demander des informations à tout moment. Alors que les militants et l'opposition se sont battus pour dénoncer les amendements draconiens, le parti au pouvoir a maintenu un silence sans surprise. Le projet de loi propose également une peine de prison et de lourdes amendes pour infraction à la loi, tout en donnant au greffier le pouvoir de: gérer les affaires internes des partis politiques. Une coalition de partis politiques approché les tribunaux d'empêcher le gouvernement de présenter le projet de loi sur les partis politiques au parlement, mais la coalition a été rejetée par la Haute Cour, et a également été invité à payer le gouvernement pour dérangement!

Le gouvernement du président Magufuli semble être engagé dans une lutte jurée contre la liberté d'expression et la liberté de réunion - en ligne et hors ligne - et son étouffement des voix de l'opposition va clairement à l'encontre des principes de la démocratie. Comme de nombreux gouvernements africains, y compris celui de mon pays d'origine, le Nigéria, le gouvernement tanzanien a tellement peur des critiques qu'il est visé par une législation restrictive. Il est maintenant illégal de critiquer ouvertement par le biais des médias traditionnels, en ligne ou même en tant que membres de partis politiques opposés. La Tanzanie se dirige-t-elle vers le totalitarisme, loin des principes démocratiques auxquels elle a été associée au fil des ans?

La commission parlementaire des affaires constitutionnelles et juridiques a mis en cause certaines des dispositions législatives qui menacent la diversité politique du pays. Lors d'une conférence de presse tenue le 27 janvier 2019, des membres de l'opposition ont félicité le Comité pour avoir rejeté des dispositions telles que l'octroi d'une immunité de poursuites au greffier, au greffier adjoint et à d'autres agents. Le comité a également demandé que l’article 6 du projet de loi soit reformulé de manière à correspondre à la loi actuelle sur les partis politiques et a demandé la suppression de la disposition suivante: bar les partis politiques de fonctionner en tant que groupes de pression. Malheureusement, lorsque le Parlement a repris ses travaux cette semaine, le projet de loi a été adopté.

Cela empiète sur la démocratie réelle. Les activités en ligne et hors ligne des partis politiques et les citoyens seront limités. Nous avons constaté le silence des voix en ligne dans la législation qui prévoyait des frais d’enregistrement annuels de 927 dollars pour les blogueurs et la victimisation des voix de la société civile. Bien que je me demande quelle serait la réaction des partis politiques et de la société civile concernés en Tanzanie, Il est important pour nous de faire la lumière sur la répression exercée sur les droits numériques et d’autres formes de droits en Tanzanie.

Du Nigeria à la Tanzanie en passant par l’Angola et le Zimbabwe, l’Afrique doit mettre fin à cette tendance à la répression qui a créé un climat de peur en ligne. Le continent a besoin d'Internet en tant que plate-forme d'innovation et d'opportunités économiques, ainsi que de son rôle naturel en tant qu'espace civique, au lieu d'être un espace où les jeunes - qui sont la ressource du continent l'espoir - se regardent par-dessus leurs épaules.

Gbenga Sesan est le directeur exécutif de Paradigm Initiative, le groupe panafricain pour les droits et l'inclusion numériques.

L'initiative Paradigm célèbre la journée pour un internet plus sûr

Par | Plaidoyer, Communiqué de presse

Alors que le monde commémore la Journée pour la sécurité de l'internet 2019, Paradigm Initiative a exhorté les Nigérians à adopter des pratiques plus sûres pour l'Internet. L'organisation panafricaine de défense des droits numériques et de l'inclusion a lancé cet appel lors d'une conférence de presse qui s'est tenue le lundi 4 février à ses bureaux de Lagos.

 

Sodiq Alabi, responsable des communications de l'organisation, a déclaré: «La journée pour un internet plus sûr est une journée réservée à sensibiliser aux nouveaux enjeux en ligne et en tirer parti pour aider améliorer la sécurité des utilisateurs d'Internet, en particulier des enfants et des jeunes. Au Nigéria, depuis plus de 10 ans, Paradigm Initiative responsabilise les jeunes dotés de compétences numériques et nous sommes toujours conscients de la nécessité de former les utilisateurs d’Internet à l’utilisation responsable de cet outil. ”

 

L’organisation s’est lancée dans une campagne d’alphabétisation numérique ciblant les jeunes d’Abia, de Lagos et de Kano, les trois États où il gère actuellement des centres de formation consacrés à l'acquisition de compétences en technologies de l'information et de la communication chez les jeunes mal desservis.

 

La campagne d'alphabétisation numérique comprend des cours sur la sécurité numérique pour les jeunes, la sensibilisation des médias et des tournées de présentation. La campagne vise à encourager les utilisateurs d’Internet du pays à utiliser positivement Internet.

 

Selon Tosin Abolaji, responsable du programme d'inclusion numérique de Paradigm Initiative: «Le moment est crucial pour lancer cette campagne, car le Nigeria se rendra aux urnes dans quelques jours. Les jeunes sont particulièrement impressionnables. Nous voulons qu'ils reconnaissent que les problèmes de fausses nouvelles, de discours de haine et de cyber-harcèlement sont des phénomènes pouvant nuire à la paix et à la sécurité, mais également à l'intégrité d'une élection. Nous pensons que l'éducation des internautes est l'un des moyens de lutter contre ces phénomènes. "

 

«Notre message aux jeunes est de mieux discerner la manière dont ils consomment le contenu sur les médias sociaux et autres plateformes. Que quelque chose soit en ligne ne le rend pas vrai. Nous encourageons tous les utilisateurs à acquérir des compétences de vérification des faits afin de ne pas être la cible de campagnes de désinformation ni diffuser eux-mêmes des informations erronées », a ajouté M. Abolaji.

Paradigm Initiative organise un atelier sur les droits numériques en Zambie

Par | Communiqué de presse

Paradigm Initiative accueillera le Atelier sur les droits numériques en Afrique australe à Lusaka, en Zambie. L’atelier interactif se déroulera sur deux jours à partir du mois de mars. Du 18 au 19 octobre 2018, initier les participants aux concepts de base des droits numériques. Selon une déclaration signée par la responsable de la communication de l'entreprise sociale, Sodiq Alabi.

Selon Wathagi Ndungu, Politique Google pour l’Afrique orientale et australe de Paradigm Initiative, «l’atelier a pour objectif de créer une communauté des droits numériques de la société civile autonomisée pour l’Afrique australe, capable de défendre et de défendre les droits numériques dans la région. coalition panafricaine. "

«Les médias seront également formés pour rendre compte de manière compétente des questions relatives aux droits numériques dans la région. L'objectif final de l'atelier est de garantir que les législateurs, après avoir dialogué avec des organisations de la société civile et des médias formés, comprennent et suivent les tendances actuelles en matière de droits numériques, ils seront en mesure d'analyser et d'articuler les questions relatives aux droits numériques dans leurs pays respectifs, améliorant ainsi la qualité des communications. débats parlementaires sur ces questions », a ajouté Ndungu.

Les représentants du gouvernement et des forces de l'ordre auront des idées et les utiliseront lors de l'élaboration des politiques. Ils seront en mesure de formuler une politique à partir d'une position informée.

Y participeront des représentants de la société civile, du gouvernement, du secteur privé, des médias et de la police. Ils viendront du Zimbabwe, du Malawi, d'Afrique du Sud, du Botswana, de Namibie et du pays hôte, la Zambie.

S'exprimant sur le développement, Tope Ogundipe, directeur des programmes de Paradigm Initiative, a déclaré: «pendant l'atelier et après, nous créerons une stratégie sur les droits numériques en Afrique australe et proposerons des moyens de responsabiliser davantage d'individus dans le domaine des droits numériques. Cet atelier est une étape importante pour informer les citoyens de la région de l'Afrique australe de la manière dont ils peuvent influencer la politique de l'Internet et prévenir d'autres violations des droits numériques dans la région. ”

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench