Catégorie

#PINternetFreedom

Balancing the competing rights of free speech and hate speech

Par | #PINternetFreedom, Droits numériques, Politique de TIC, Liberté d'Internet

In August, the Nigerian Government announced the increase of fines for hate speech by media houses from N500,000 to N5 million. The announcement was made by the Minister for Information and Culture, Alhaji Lai Mohammed, at the unveiling ceremony of the revised National Broadcasting Code by the National Broadcasting Commission (NBC) in Lagos.

The code amendment stirred controversy with Nigerians kicking against its provisions. Many claimed the amended code is another attempt to clamp down on freedom of speech and media since the November proposed hate speech bill, which prescribes death by hanging for any person found guilty of hate speech has been put on hold.

Paradigm Initiative’s Program Manager, Adeboye Adegoke, said the hate speech fine increment has a very huge implication for the civic space and even for journalistic work. He said the government through the fine is forcing Nigerians to self-censor and more importantly, using the media to censor Nigerians.

“Since it is the media platforms that get to be fined at the end of the day, they are naturally compelled to limit the thoughts that their guests, interviewees can share on critical national issues,” Adegoke said.

“What we have seen clearly is an attempt by the government to unilaterally decide what amounts to hate speech and use that as a weapon to targets critical voices in society.”

A lawyer Ayo Odenibokun said the recently increased hate speech fine is absolutely “ludicrous.”

“It is an attempt to subjugate and suppress the people’s right to freely express themselves,” Odenibokun said.

“It is quite unfortunate that such increment is done in an era where the minimum wage is N30,000 only.”

However, the Nigerian government is hell-bent on regulating citizens’ expression online and offline with determination to curb hate speech. In 2019, President Muhammadu Buhari, during his Independence Day speech vowed that his administration would take a “firm and decisive action” against promoters of hate speech and other divisive materials on the Internet. The minister of information while announcing the hate speech fine increment stated the amendments were necessitated to vest more regulatory powers in the NBC.

“If we the citizens of the federal republic of Nigeria or as citizens of the world rescind our rights to free speech, that would definitely cripple the meaningful development of our country,” publisher and social change advocate Khadijah Abdullahi -Iya said.

“How would great ideas be shared? Who would then critique the performance of the government and charge them to do better? All of these are necessary elements of a growing democracy.”

Some Nigerians have also argued that the government and regulators would arbitrarily define hate speech and use this new regulation to oppress press freedom and free speech.

This however is not farfetched because, despite the clamour to clampdown on hate speech, there is still no clear identification of what expression or commentary defines Hate speech.

“I think no one is certain about what the phrase ‘hate speech’ denotes,” Abdullahi-Iya said.

“I see it as one of those ambiguous words with fuzzy edges.”

The Nigeria police and State Security Service (SSS), have made regular arrests of journalists, bloggers, and social media commentators. Journalists like Agba Jalingo, have been detained or charged to court for writing articles or posts on social media criticising political officeholders.

“The government ought to look at the root cause of the various criticisms it receives and which are not far fetched i.e. lack of adequate and quality education, insecurity and poverty,” Onibokun said.

“Rather make laws which on the face of it offend the rights of its innocent citizens,” he added.
Adegoke also noted that if Nigeria is really interested in mitigating the effect of harmful speeches then the country must be willing to go through an open, inclusive, and collaborative process in arriving at the best solutions.

“All ongoing conversations are an attempt by the government to unilaterally decide what is acceptable speech and what is not,” Adegoke said

He also stated that once there is an agreement that citizens’ expression should be regulated, then the government would be taking away the constitutionally guaranteed right to freedom of expression.

“ While rights are not absolute. Any derogation to it as provided for by the constitution must be necessary, towards a legitimate end and must proportionate to that legitimate end,” Adegoke said.

Written by Abisola Olasupo – Paradigm Initiative’s Digital Rights and Inclusion Media Fellow.

Media Parade and Fundamental Human Rights

Par | #PINternetFreedom, Droits numériques, Liberté d'Internet

Almost inevitable every week in Nigeria is a media parade of suspected criminals from state and divisional commands of different security agencies in the country.

During these parades, spokespersons or heads of the security agencies narrate how the suspects were arrested and grant journalists access to interview the suspects who are presumed innocent until proven guilty by a court, according to the Nigerian Constitution.

Sometimes, the paraded persons are later discovered to be innocent of the crime they are accused of committing. But before their innocence is proven, They have been, tacitly, demonised on pages of newspapers and in electronic media.

In 2019, human rights activist Femi Falana, SAN, approached a Federal High Court in Abuja, asking it to declare the pre-trial media parade of criminal suspects by security and anti-corruption agencies in the country illegal and unconstitutional.

Falana argued that “ every individual shall have the right to have his cause heard. This comprises the right to an appeal to competent national organs against acts of violating his fundamental rights as recognised and guaranteed by conventions, laws, regulations and customs in force; (b) the right to be presumed innocent until proven guilty by a competent court or tribunal.”

The case is yet to be heard by the court.

But security agencies in Nigeria have over the years defended the media parade of suspects, claiming they do not tamper with or violate suspects’ fundamental human rights. They claimed it helps to correct vices in the society and also update or inform citizens about what the police are doing about their safety.

The Lagos State Police spokesman Bala Elkana said a person who is being paraded is still referred to as suspects and not criminal by media organisations, the dignity and right of such person is protected.

“We have guidelines on how to carry out a media parade of suspects,” Elkana said.

“The regulation makes it clear for us to create an avenue for citizen to know what the police is doing about their safety,” he added

He further stated that it is not unlawful to parade citizens who are being prosecuted because of any criminal offences.

”It is not unlawful and debatable because it is not unlawful to practice journalism. The best way to inform citizens is to bring the person who is involved in that criminal act to explain how he did it and there is nothing unlawful about passing information,” Elkana said.

“It is not to pronounce him guilty but for citizens to be able to understand how and what crime he/she committed.”

But a lawyer and Human Right activist Tope Akinyoade said the media and public parade of suspects have no legitimacy under Nigeria.
“The law is that a suspect is innocent of any offence until he has been tried and convicted,” Akinyoade said.
“It is therefore overreaching for security operatives to parade innocent citizens. The only exception to this is ‘Identification Parade’ which is allowed by law. But there is a clear distinction between media parade and identification parade.”

The Paradigm Initiative Executive Director Gbenga Sesan stated that nothing will change until people speak up, or seek redress.

“One of the ways to stop rights violations is to challenge that violation using the same courts, in addition to various institutions (that work in social justice — either for offline or online cases) working with the judiciary so that judges can caution such security agencies,” Sesan said.

“If a few security agencies lose cases for parading suspects and even hurting them in the process, they may learn a lesson or two about the place of dignity even for accused people.”

Sesan also asked the media to create their narratives in such a way that suspects are not seen as criminals until proven guilty in court.

“There is a huge narrative role that the media can play to reduce the public shaming of suspects, especially those who are simply victims of law enforcement agencies carrying out the rights violation agenda of public officials.” Sesan said.

Written by Abisola Olasupo – Paradigm Initiative’s Digital Rights and Inclusion Media Fellow.

Call for applications to the 4th Edition of the Paradigm Initiative (PIN) Digital Rights and Inclusion Media Fellowship

Par | #PINternetFreedom, Plaidoyer, Droits numériques, DigitalJobs, DRIF, DRIMF, TIC, Liberté d'Internet, Communiqué de presse

Fellowship period: 1 March 2021 – 30 June 2021

Application Period: 21 October 2020 to 12 November 2020

The application process is now open for the 4th edition of the Paradigm Initiative (PIN) Digital Rights and Inclusion Media Fellowship (DRIMF). Through academic and practical learnings, Paradigm Initiative Digital Rights and Digital Inclusion Media Fellowship 2021 seeks to embed media professionals within the digital ecosystem. Media Fellows will connect with PIN teams in Cameroon (Yaoundé), Ghana (Accra), Kenya (Nairobi), Nigeria (Aba, Abuja, Kano and Lagos), Zambia (Lusaka) and Zimbabwe (Bulawayo).

The fellowship seeks to expose media professionals to an underreported field of work at national and regional level, increasing reporting on digital rights and inclusion in Africa. Selected media professionals must be affiliated to media institutions within Africa and available to commence the fellowship from 1 March 2021 to 30 June 2021, to connect and collaborate mostly virtually, and where applicable, be present for in-person activities.

Paradigm Initiative’s Digital Rights and Inclusion Media Fellowship is a 4-month program designed to immerse outstanding early career journalists in the digital ecosystem. Selected media professionals will work with Paradigm Initiative on various projects and contribute to improving public understanding of digital rights and inclusion issues in Africa. Applications are open to journalists working in Africa.

Components of the fellowship

  • Online Digital Rights/Inclusion academic training.
  • Interaction with PIN team members within Africa.
  • 4-month virtual mentorship and collaboration with Paradigm Initiative.
  • Fellowship may include fully-funded local and international travel to participate in and cover relevant events related to Digital Rights and Inclusion.
  • A monthly stipend and a one-time research grant during the fellowship period.
  • Paradigm will pair fellows with in-country mentors for the time of the fellowship who will meet the fellows at least twice during the fellowship.

Attentes

Fellows will dedicate a minimum of ten hours a week to fellowship-related activities. Each Fellow will be expected to participate in all scheduled activities and to publish, in their affiliated media (Print, TV, Radio, Online), at least 4 features/reports on digital rights and inclusion issues during the fellowship period. Fellows will retain full editorial direction on the stories that they publish in their affiliated media. In addition, each fellow will produce a research paper on a relevant topic with the guidance of the PIN Team of not more than 1500 words which will be published by PIN. Fellows will be expected to continue to provide coverage on digital rights and inclusion issues after their fellowship.

Exigences

The Fellowship is open to early career journalists with not more than 8 years’ experience in the media sector and affiliated with mainstream print and online newspapers in Africa. Interested candidates must have a relevant undergraduate degree and demonstrate previous coverage of human rights and/or tech issues and interest in advancing digital rights and inclusion.

comment s'inscrire

Kindly complete the form ici

Un expert condamne l'abus de la loi sur la cybercriminalité pour harceler les citoyens

Par | #PINternetFreedom, Plaidoyer

 

Un expert des droits numériques, Tope Ogundipe a condamné l'abus de la loi sur la cybercriminalité (prévention, etc.) du Nigeria pour harceler les journalistes et autres citoyens. Elle a pris la parole à l'Atelier sur les méthodes de recherche pour la politique et le plaidoyer sur Internet à Kampala en Ouganda, organisé par l'Internet Policy Observatory de l'Annenberg School for Communications de l'Université de Pennsylvanie.

Ogundipe, qui est directeur des programmes de l'entreprise sociale panafricaine Paradigm Initiative, a animé une session sur «La cybercriminalité, les droits numériques et l'application de la loi au Nigeria». Elle a retracé les origines de la loi sur les cybercrimes de 2015 et son utilisation actuelle comme principal outil entre les mains des riches et puissants au Nigeria pour faciliter l'arrestation et le harcèlement des journalistes, blogueurs et citoyens ordinaires pour les commentaires faits en ligne.

Elle a noté, "Depuis l'adoption de la Loi sur la cybercriminalité en 2015, il n'y a pas eu un seul incident où il a été utilisé pour poursuivre une véritable affaire de cybercriminalité. Au lieu de cela, il a été utilisé pour arrêter les citoyens ordinaires pour des commentaires en ligne jugés offensants pour les puissants au Nigeria

Elle a également noté, "les journalistes, en particulier, ont été à la fin de ces arrestations en utilisant la loi sur la cybercriminalité, car un grand nombre de journalistes ont été arrêtés au Nigeria en utilisant les articles 24 et 38 de la loi".

"Paradigm Initiative, en partenariat avec Media Rights Agenda et Enough is Enough Nigeria, en réponse à l'utilisation de la législation sur la cybercriminalité dans les arrestations de citoyens ont contesté la constitutionnalité des articles 24 et 38 de la loi sur les cybercrimes devant les tribunaux. L'affaire est devant les tribunaux depuis 2016. Nous avons perdu devant le tribunal de première instance et nous sommes maintenant à la Cour d'appel. Le litige stratégique pourrait être un processus long et prolongé et, par conséquent, la patience et la persévérance sont nécessaires dans cette entreprise », a soutenu Ogundipe.

Pendant l'atelier, qui s'est tenu du 26 février au 3 mars, plus de 35 chercheurs et praticiens de toute l'Afrique se sont rassemblés à Kampala en Ouganda pour une intense semaine d'études sur les méthodes de recherche sur Internet et le plaidoyer sur le continent. Les participants à l'atelier venaient de 16 pays africains alors que les professeurs provenaient d'Afrique, d'Europe et des États-Unis.

L'atelier s'est terminé avec les participants qui ont posé des questions au chef de séance, en particulier sur la meilleure façon de mener des litiges stratégiques dans leur pays.

 

Pour plus d'informations sur cette déclaration, veuillez contacter le responsable des communications, Sodiq Alabi sodiq.alabi@paradigmhq.org.  

Suivi des droits numériques à mesure que la Sierra Leone et l'Égypte se rendent aux urnes

Par | #PINternetFreedom, Politique de TIC

Par Babatunde Okunoye

Les nombreux défis de développement de l'Afrique en matière d'économie, de santé, de sécurité, d'environnement, d'emploi et de logement, entre autres, ont capté l'attention du monde pendant de nombreuses décennies. Le tissu socio-économique fragile du continent a fait de l'Afrique un bénéficiaire majeur de l'aide étrangère et des subventions au développement au fil des ans.

Par conséquent, quand c'est l'heure des élections en Afrique, de nombreux intérêts se rencontrent alors qu'ils s'efforcent de façonner l'avenir du continent, au moins pendant la période permise par la limite des mandats recherchés. Dans les élections présidentielles, en particulier, les enjeux sont les plus élevés en raison de l'énorme pouvoir que les chefs d'États africains ont tendance à avoir pour façonner les destinées de leurs pays.

Cependant, il est clair que ces dernières années, le temps des élections en Afrique est également devenu la plate-forme de certaines des pires violations des droits de l'homme alors que les titulaires tentent de conserver le pouvoir par tous les moyens. Les droits numériques en Afrique ont souffert car les élections en Afrique entre 2016 et 2017 ont été le cadre des fermetures d'Internet, bloquant des applications telles que WhatsApp et Twitter que les citoyens utilisent dans la mobilisation politique. Les gouvernements à travers l'Afrique ont typiquement utilisé des excuses telles que des fausses nouvelles et des discours haineux comme prétexte pour contrôler l'information autour des élections, mais leurs intentions réelles sont toujours claires - réprimer leurs populations pour obtenir un avantage politique.

Les 7 et 26 et 28 mars respectivement, les pays d'Afrique de l'Ouest de Sierra Leone et d'Egypte en Afrique du Nord organiseront des élections présidentielles dans des contextes où les titulaires semblent excessivement disposés à conserver le pouvoir pour eux-mêmes et leurs partis politiques. environnement pour le blocage / l'étranglement des médias sociaux, les interruptions d'Internet, la surveillance illégale, la répression des citoyens et des journalistes comme nous avons été témoins à travers l'Afrique ces dernières années. L'Égypte, en particulier, est le principal sujet de préoccupation. En plus de mettre en œuvre l'un des plus étendus réseaux de surveillance contre les journalistes sur le continent, les interruptions d'Internet dans le Sinaï, les autorités égyptiennes construire un climat de la peur lorsque les droits numériques, y compris la liberté d'expression et la liberté de la presse, ne peuvent pas prospérer.

Comme ces élections importantes auront lieu au cours des prochaines semaines, l'Initiative Paradigm travaillera avec des partenaires dans la région pour surveiller les situations dans ces pays. Aux côtés de la communauté mondiale des droits numériques, nous sommes fermement convaincus que l'accès à Internet ne devrait jamais être perturbé intentionnellement et que des élections réussies peuvent avoir lieu en Afrique sans contrôle de l'information. Les élections au Nigeria en 2015 et au Ghana en 2016 enseignent qu'Internet peut devenir un outil pour le bon déroulement des élections et le processus politique en général. C'est une leçon que nous espérons pouvoir reproduire à travers l'Afrique.

 

Les parties prenantes tiennent une table ronde sur les droits numériques et l'engagement à Lagos  

Par | #PINternetFreedom, DigitalJobs, Politique de TIC

L'engagement numérique efficace des organismes gouvernementaux reste une grande priorité pour le gouvernement fédéral en raison de son immense potentiel, tel était le point de vue de Tolu Ogunlesi, chef de la présidence du bureau de l'engagement numérique (PODE). M. Ogunlesi a pris la parole lors d'une table ronde sur les droits numériques et l'engagement numérique organisée par Paradigm Initiative, Facebook et PODE.

La table ronde, qui s'est tenue le 22 février à Lagos, a réuni des acteurs des agences gouvernementales, du secteur privé et de la société civile. Il a fourni une atmosphère attrayante pour un débat animé sur les questions affectant la liberté de l'internet et l'engagement numérique des agences gouvernementales au Nigeria. Les questions abordées à la table ronde comprennent la protection et la protection des données, l'application de la loi, la diffamation, les fausses nouvelles et l'engagement numérique du gouvernement. La table ronde a suivi la première édition tenue à Abuja l'année dernière.

S'exprimant lors de la table ronde, le directeur exécutif de l'initiative Paradigm, Gbenga Sesan a souligné la nécessité d'une conversation continue entre les parties prenantes du secteur privé, la société civile et le gouvernement sur les questions de droits numériques au Nigeria. Il a dit: «Les questions de droits numériques sont trop importantes pour notre démocratie et il est essentiel que nous engagions une conversation avec les agences de sécurité et les fonctionnaires sur la façon de garantir la liberté des personnes en ligne tout en protégeant la nation et les citoyens.

Dans son allocution, Akua Gyeke, responsable de la politique publique pour l'Afrique de Facebook, a déclaré: "Facebook est une plate-forme importante pour la conversation politique au Nigeria, et nous sommes heureux d'en faire partie. Facebook se consacre à la sécurité des personnes en ligne, favorise la civilité et un comportement responsable et encourage la libre expression et le partage. "

Tolu Ogunlesi, qui a dirigé la conversation sur une proposition de politique d'engagement numérique pour le gouvernement fédéral, a déclaré que son bureau travaillait dur pour créer des normes d'engagement numérique qui guideraient tous les bureaux gouvernementaux dans leur utilisation des outils numériques pour assurer une communication efficace avec le public.

"Il n'y a actuellement aucune politique de médias sociaux pour le gouvernement fédéral. Cela est compréhensible car l'utilisation des médias sociaux est relativement nouvelle dans le cercle gouvernemental. Mais cette situation a conduit à des incohérences dans la manière dont les administrations publiques utilisent les médias numériques. Nous travaillons actuellement à la création d'une politique d'engagement numérique pour le gouvernement fédéral. Il fournira des directives sur les plates-formes à utiliser, l'administration des comptes, le logo et la norme de nommage, les politiques éditoriales, le système d'archivage, le processus de contenu et la gestion, entre autres.

Anselm Ozioko, de la Commission des crimes économiques et financiers, représentant le président par intérim de la Commission et le directeur par intérim du brigadier général de l'information, John Agim, a présenté les points de vue de la sécurité nationale et de l'application de la loi. Les autres participants sont Chioma Okee-Aguguo représentant le PDG de l'Agence nationale de développement des technologies de l'information, Olufemi Fadare de la Commission nationale de gestion de l'identité, Olusola Teniola, président de l'Association des sociétés de télécommunication du Nigeria (ATCON), Edet Ojo, directeur exécutif de Media Rights Agenda .

Ordre du bâillon des médias sociaux de la NTA: dictature en démocratie?  

Par | #PINternetFreedom, Politique de TIC, Liberté d'Internet

Par Adeboye Adegoke et Adeboro Odunlami

Le 15 janvier 2018, la direction de la Nigerian Television Authority (NTA), qui est la chaîne de télévision publique officielle, a envoyé une circulaire interne à son personnel en leur interdisant expressément de communiquer avec des publications en ligne qui concernent des sujets nationaux sensibles et d'actualité. Selon la circulaire émanant du Bureau du Directeur exécutif (Administration et formation), l'acte a été décrit comme «embarrassant» et «imprudent et contraire à l'éthique».

Il est déconcertant que la NTA transmette ce type d'instructions à son personnel lorsque le paragraphe 6 (1) de la loi sur les NTA stipule spécifiquement que «Il devra être le devoir de l'Autorité de fournir comme service public dans l'intérêt du Nigéria, radiodiffusion télévisuelle indépendante et impartiale pour l'accueil général au Nigeria. (Nous soulignons)

La NTA a été créée pour rendre compte au pays des nouvelles telles qu'elles sont. Il est entendu qu'il y a un discours de haine - que parfois, l'information peut être conçue de manière à inciter à la violence contre des groupes de personnes ou le gouvernement. C'est, évidemment, interdit et tout à fait contraire à l'éthique.

Il convient toutefois de souligner que ce n'est pas ce à quoi la NTA se réfère dans sa circulaire. La circulaire indique clairement que ce qu'elle interdit est «des questions nationales sensibles et d'actualité». Il est très ridicule et ironique qu'une agence de presse fédérale interdise la diffusion de questions nationales simplement parce qu'elles sont «sensibles» ou «d'actualité». Où les citoyens sont-ils censés recevoir des nouvelles non partisanes et non frelatées sur les événements nationaux, mais de la télévision nationale?

Peut-être que la direction de NTA a oublié qu'elle appartient, pas à un parti politique ou pour plaire au gouvernement, mais pour satisfaire le peuple. Et c'est à ces mêmes personnes, la NTA a une responsabilité. La vérité est, s'il y a des questions d'actualité, sensibles et même controversées qui se passent au Nigeria, ils doivent être signalés par NTA. Ce n'est pas le travail de la NTA de garantir l'ignorance des citoyens nigérians en décidant de ce que leurs coeurs peuvent prendre et en les protégeant de la réalité des affaires au Nigeria simplement parce qu'ils sont d'actualité et sensibles. Le mieux que la NTA peut faire en rapportant des sujets sensibles est de faire d'excellents efforts dans sa livraison pour contenir la réaction de ses consommateurs.

L'article 6 (2) de la Loi sur les NTA dispose que "L'Autorité doit s'assurer que les services qu'elle fournit, considérés dans leur ensemble, reflètent l'unité du Nigeria en tant que Fédération et au en même temps donner une expression adéquate à la culture, aux caractéristiques et aux affaires de chaque État, zone ou autre partie de la Fédération. "

La direction de la NTA pourrait prétendre que la circulaire visait à assurer «l'unité du Nigeria en tant que fédération», mais une lecture plus approfondie de la même disposition révélerait cependant l'esprit de cette loi. Il dit que «dans le même temps, donner une expression adéquate aux« affaires de chaque État ... ou d'une autre partie de la Fédération ».

En outre, la direction de la NTA doit être orientée vers l'article 39 de la Constitution de la République fédérale du Nigéria qui stipule:Chaque personne a droit à la liberté d'expression, y compris la liberté d'opinion et de recevoir et donner idées et information sans ingérence »(il en est de même à l'article 19 de la Convention internationale sur les droits civils et politiques, qui a été adoptée au Nigéria)

La circulaire de la NTA est très offensante à différents degrés de la liberté d'expression et du droit à l'information. Ceci est condamnable pour nous, et pour tout individu civil respectueux des droits. La direction de NTA est appelée à revoir ses instructions en tenant compte de ses responsabilités statutaires envers le peuple nigérian.

Nous ne demandons pas à la NTA de faire quoi que ce soit en dehors de ce qu'elle a été créée. L'article 8 (1) (c) de sa loi d'habilitation stipule qu'il est du devoir de l'Autorité de veiller à ce que «toute information donnée dans les programmes (sous quelque forme que ce soit) soit présentée avec exactitude, impartialité et objectivité». La NTA ne doit pas être timide ou timide face aux nouvelles, mais elle doit donner des nouvelles avec exactitude, impartialité et objectivité.

 

Adeboye et Adeboro sont des défenseurs des droits numériques avec Paradigm Initiative, le groupe panafricain de droits numériques. 

Déclaration de l'Initiative Paradigm sur l'arrestation d'un scientifique politique gambien, Dr. Ismaila Ceesay

Par | #PINternetFreedom

L'organisation panafricaine des droits numériques, Paradigm Initiative, a condamné l'arrestation du Dr. Ismaila Ceesay, professeur à l'Université de Gambie. La police gambienne a arrêté et interrogé le Dr Ismaila Ceesay hier, le 31 janvier, sur des commentaires qu'il a faits dans une interview avec le journal The Voice, un quotidien local. Le journal a publié une histoire dans laquelle Ceesay aurait déclaré que "la présence des forces de l'ECOMOG n'empêchera pas les risques de sécurité à long terme si le président ne gagne pas la confiance de l'armée. Selon des sources locales, "la police dit qu'un tel commentaire est une menace et ne devrait pas être mentionné, donc la raison de son arrestation." Alors que le Dr Ceesay est maintenant libéré après avoir passé une nuit en détention, nous pensons qu'il est important pour le gouvernement d'enquêter sur cette arrestation malheureuse et de punir les responsables de l'arrestation.

Selon des sources locales, "la police dit qu'un tel commentaire est une menace et ne devrait pas être mentionné, donc la raison de son arrestation." Alors que le Dr Ceesay est maintenant libéré après avoir passé une nuit en détention, nous pensons qu'il est important pour le gouvernement d'enquêter sur cette arrestation malheureuse et de punir les responsables de l'arrestation.

Tout en commentant le développement, Adeboye Adegoke, responsable du programme de l'Initiative Paradigm pour l'Afrique de l'Ouest anglophone, a déclaré: «C'est une nouvelle très troublante d'un gouvernement dont la montée au pouvoir repose sur la campagne et promet la liberté d'expression. Avec ce développement, le président Barrow commence à montrer les traits de son prédécesseur, le président Jammeh, qui a fait preuve d'intolérance et de haine pour les opinions opposées et la dissidence qui ont conduit de nombreux Gambiens à s'exiler. "

"Il est important que le gouvernement gambien adopte de vraies valeurs démocratiques telles que la liberté d'expression qui permet aux citoyens d'exprimer librement leur opinion sur n'importe quelle question sans craindre d'être arrêtés. Ce n'est que lorsque cela a été fait que la Nouvelle-Gambie peut vraiment imaginer. Ce développement est triste car il a apparemment inversé les gains de la victoire remportée avec les élections qui ont inauguré le gouvernement du président Barrow », a déclaré Gbenga Sesan, directeur exécutif de Paradigm Initiative.
S'exprimant sur le développement, Modou Joof, un journaliste d'origine gambienne et activiste de la liberté d'expression, a déclaré: "Son arrestation et sa détention sont inacceptables et il doit être libéré immédiatement. Il viole la liberté d'expression que le nouveau gouvernement a promis de promouvoir et de protéger. Cela pourrait aussi avoir un effet dissuasif sur la participation des citoyens aux questions de gouvernement "

En outre, M. Adeboye appelle les organisations de la société civile, les médias et le peuple de la Gambie à ne pas s'endormir, mais à rester sur leurs gardes pour protéger la victoire remportée l'année dernière grâce à la destitution du président Jammeh. Il a dit que cela sera réalisé parmi d'autres mesures en travaillant pour réviser et abroger les mauvaises lois telles que la loi sur l'ordre public et la loi modifiée de 2013 sur les communications et informations et toutes autres lois sur lesquelles le gouvernement peut s'appuyer pour supprimer les droits fondamentaux des citoyens gambiens.

Paradigm Initiative félicite le peuple de la Gambie en particulier les étudiants et collègues du Dr Ceesay à l'Université de Gambie pour avoir défendu la police et assurer la libération du Dr Ceesay. La vigilance et le dynamisme des activistes gambiens vont convaincre les autorités policières de la nécessité de respecter les droits des citoyens.

 

 

**

Pour plus de détails sur cette déclaration, veuillez envoyer un mail à media@paradigmhq.org.

Façonner la défense des droits numériques en Afrique par l'intervention politique

Par | #PINternetFreedom, Plaidoyer

Par Babatunde Okunoye et Adeboye Adegoke

le déclaration universelle des droits de l'Homme (DUDH), adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1948 (résolution 217A de l'Assemblée générale), constitue le fondement du droit international des droits de l'homme. Sa rédaction, peu après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, par des représentants de différents milieux juridiques et culturels à travers le monde, a cherché à codifier pour les générations futures les droits dont les humains du monde entier devraient jouir. Informée par les atrocités de l'Allemagne nazie qui n'ont été révélées que dans les derniers moments de la guerre, la DUDH a été rédigée dans le cadre d'un processus qui a permis de ne jamais se répéter.

En ce qui concerne la défense des droits numériques, l'article 19 de la DUDH a été fondamental. Il stipule: «Toute personne a droit à la liberté d'opinion et d'expression; ce droit inclut la liberté d'avoir des opinions sans interférence et de rechercher, recevoir et communiquer des informations et des médias et indépendamment des frontières ". Et bien que nous soyons à plusieurs décennies de la destruction de la Seconde Guerre mondiale, dans le 21st siècle, nous sommes actuellement empêtrés dans un autre type de guerre: la guerre contre le cyberespace. Dans cette cyber-guerre, les acteurs étatiques, le secteur privé, la société civile et les individus sont pris dans des épisodes de cyberattaques locales et transnationales, de cyberespionnage, de surveillance illégale, d'arrestations de blogueurs, de journalistes et de citoyens ordinaires. Cela est particulièrement vrai pour l'Afrique, où les acteurs étatiques ont cherché à étendre le contrôle qu'ils exerçaient sur les médias traditionnels aux nouveaux médias afin d'étouffer l'émergence de voix dissidentes.

À la lumière de la nouvelle réalité que la bataille pour la défense des droits de l'homme s'est déplacée dans le cyberespace, le 70th l'anniversaire de la DUDH, l'Initiative Paradigm travaillera à assurer la protection des droits numériques des personnes à travers l'Afrique. Depuis nos bureaux de Lagos, Abuja, Yaoundé et Blantyre, nous organiserons des ateliers à travers le continent où les acteurs locaux sont formés aux droits numériques; nous convoquerons les voix les plus importantes sur les droits numériques en Afrique lors de notre Forum sur la liberté sur Internet et nous remettrons en question les actions désormais pérennes des gouvernements qui empiètent sur les droits numériques, parmi plusieurs activités.

Notre travail en 2017 a été enrichissant. Alors que l'année s'achevait, les nouvelles ont révélé que le projet de loi sur les droits et libertés numériques sur lequel nous avons travaillé en coalition avec des partenaires de la société civile, du gouvernement et du secteur privé avait passé 3rd Lire à la Chambre des représentants du Nigeria et exige maintenant seulement l'approbation au Sénat et l'assentiment présidentiel pour devenir loi. L'effet de ce projet de loi positif, s'il est adopté, sera majeur pour les droits numériques au Nigeria. C'est le type d'impact que nous espérons avoir en 2018, alors que nous travaillons pour défendre les droits numériques à travers l'Afrique.

Le projet de loi sur les droits et la liberté numériques est une législation positive en matière de droits qui reproduit et renforce l'objectif que la Déclaration universelle des droits de l'homme devait servir. Plus important encore, il fournit des garanties directes aux nouvelles réalités créées par le cyberespace contesté des 21st siècle. La nécessité pour les pays africains de reproduire ce processus est urgente parce que plusieurs pays africains ont une abondance de lois ou de lois qui cherchent à réprimer la liberté. Les différentes formes de violations des droits numériques rencontrées dans plusieurs juridictions en Afrique au cours des années ont été rendues possibles grâce aux lois répressives existantes. Alors que nous continuerons à travailler avec des partenaires à travers le continent pour inciter les décideurs à réclamer l'abrogation de certaines de ces lois existantes, nous travaillerons également avec les parties prenantes locales pour introduire une législation positive sur les droits à travers le continent. Bien que cela puisse être perçu comme une tentative de corriger les maux du passé, il doit également être considéré comme une approche proactive pour prévenir les violations dans les pays où les violations des droits numériques sont moins fréquentes.

Les Nations Unies ont franchi une étape importante en juin 2016 en reconnaissant les droits de l'Internet comme Résolution du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies sur "la promotion, la protection et la jouissance des droits de l'homme sur internet" qui condamne les pays qui perturbent intentionnellement l'accès à Internet de ses citoyens. La résolution souligne que "les mêmes droits que les personnes hors ligne doivent également être protégés en ligne", notamment en ce qui concerne la liberté d'expression déjà protégée par l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Il est maintenant attendu des organisations de droits numériques, des organisations de droits de l'homme et de la société civile à travers le continent de travailler et d'impliquer les processus locaux dans chaque pays pour s'assurer que cela se reflète dans les lois nationales. Paradigm Initiative s'engage à cet objectif et nous espérons former et collaborer avec des organisations dans divers pays africains, en offrant notre expertise, nos ressources et notre temps pour que cela devienne possible, afin que l'Afrique devienne un bastion et un modèle pour les droits numériques dans le monde. 21st siècle.

 

* Babatunde Okunoye est assistant de recherche à l'initiative Paradigm

** Adeboye Adegoke est le gestionnaire de programme (Afrique de l'Ouest anglophone) à l'initiative Paradigm.

Une élection sans coupure d'Internet en Afrique francophone est-elle possible en 2018?

Par | #PINternetFreedom, Plaidoyer, Politique de TIC

Par Rigobert Kenmogne

Onze pays d'Afrique francophone prépare diverses élections entre février et décembre 2018.

Le Cameroun, le Gabon, le Congo, le Mali, la Guinée, le Djibouti, le Madagascar, l'Egypte et la Tunisie font des pays francophones d'Afrique noire et blanche qui prépare à moins d'élections en 2018. Comme depuis quelques années déjà, des violations des droits numériques et des libertés sur Internet se font régulièrement constater. La veille des activités électorales dans de nombreux pays sur le continent, les gouvernements influencent les services de l'Internet en leur faveur soit pour étouffer les manifestations de l'opposition ou alors Internet pour surveiller les autres candidats et les citoyens; Ceci se passe souvent avec la complicité des Fournisseurs d'Accès Internet! Au Cameroun, au Congo, au Gabon, en Tunisie et en Egypte, des cas de violation des droits numériques se font déjà ressentir dans ces périodes pré-électorales. Vote to change to Internet rights to the other countries, with the purs objectifs of privation of rights of surveillance of the fins policy and stratégiques.

Le Cameroun préparer environ six élections en 2018. Avant le début des premières élections, le profil des droits numériques n'est pas reluisant. Des actes de restriction des droits numériques ont été constatés; les plus visibles sont les perturbations de l'Internet dans les deux régions anglophones du pays et la lettre circulaire du ministre de la justice en fin d'année 2017«Employer after their identification precise by the services of security», which to use to their persons is resident to the Cameroon or to the foreign, and that recourent to network networks for propager the fausses.

Au CongoLe ministre des postes, de la télécommunication et de l'information à la demande du Directeur général de AFRICELL Congo le 30 décembre 2017 par un courrier la suspension totale des fournitures Internet dans le pays que les SMS. Cette fermeture de l'Internet de trois jours à intervenir après le début des manifestations de l'opposition. Le Congo prépare le mois de décembre 2018 des élections législatives et présidentielles.

Le 27 décembre 2017 au Gabonle ministre d'État en charge de l'économie numérique à réuni tous les acteurs œuvrant dans ce secteur. Des avis sur la surveillance des réseaux sociaux ont été émis. Serge Essongué, président de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) il ya des messages de haine qui sont diffusés sur les réseaux sociaux, notamment sur You Tube. C'est aussi le cas dans d'autres réseaux sociaux, Facebook. La grande question c'est comment reguler ces messages. Comment faire en sorte que le principe général de ce que la liberté de chacun s'arrête là où commence celle des autres aussi appliquées dans les médias sociaux. » Le Gabon prépare des élections législatives après plusieurs renvois pour le mois d'avril 2018.

En TunisieLes premières élections, les élections régionales doivent être tenues pour le mois de février 2018. Avant cette élection, le gouvernement tunisien a tenté de faire adopter un projet de loi sur la carte d'identité biométrique à puce  devant menacer la vie privée tout en mettant en danger la sécurité numérique et le harcèlement. Ce projet de loi retardé grâce à une coalition des ONG de défense des droits numériques.

L 'Egypte elections of elections in mars 2018. More than the mois before the échéances, the network. Les égyptiens n'ont pas tardé à afficher leurs colères sur les réseaux sociaux et accusent aussi le gouvernement égyptien de se lancer dans la surveillance des communications.

Les perturbations identifiées ici montrent la volonté manifeste de plusieurs gouvernements de couper l'Internet pendentif les activités électorales dans leur intérêt particulier afin de rester aussi longtemps que possible au pouvoir. Les perturbations, les coupures volontaires de l'Internet, les fermetures des réseaux sociaux, les arrestations ou les pressions sur les utilisateurs de l'Internet constitutifs d'une violation flagrante des droits numériques. Ces activités sont une entorse au droit de l'homme, et un blocage de la prospérité des activités économiques et de la diffusion de l'information, les acteurs utilisant Internet de nos jours comme canal principal. Face à ces violations, les organisations des droits de l'homme dans les pays francophones continuent d'améliorer dans les solutions à apporter à cette problématique des droits numériques. Une formation et une structuration des acteurs sur les questions variées des droits numériques et une coalition des organisations en Afrique francophone demeurent aujourd'hui l'un des défis majeurs pour l'initiative Paradigm.

 

Rigobert Kenmogne est Google Policy Fellow pour l'Afrique francophone chez Paradigm Initiative, une organisation panafricaine de défense des droits et de l'inclusion numérique.

 

 

 

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench