Catégorie

Politique de TIC

Policy Brief: Contextualizing the use of mobile data for COVID-19 surveillance in Nigeria

Par | Droits numériques, Politique de TIC

Lagos, Nigeria. – [June 17, 2020] – Paradigm Initiative, a pan-African social enterprise that advocates for digital rights and inclusion in Africa has released a Policy brief on Policy responses to the covid-19 Pandemic. 

The Policy brief titled, ‘’Contextualizing the use of mobile data for COVID-19 surveillance in Nigeria through the lens of legality, necessity and proportionality’’ analyzes the reported plans by the Nigerian government in cooperation with MTN the country’s largest telecommunications company to use mobile subscribers data in the aid of contact tracing for the coronavirus disease spread. 

Adeboye Adegoke, Program Manager Digital Rights at Paradigm Initiative, ‘’In light of the rapid spread of the coronavirus around the world, many governments adopted mobile technology enabled contact tracing in a bid to stem the disease spread. In the rush to implement these measures to stem the spread of the virus, human rights considerations were not uppermost in the mind of policy makers across the world’’.

Adeboro Odunlami, Legal Officer Paradigm Initiative added, ‘’The international human rights principles of legality, proportionality and legality are benchmarks with which we can assess whether certain steps taken by entities meet minimum human rights standards and are based on human rights considerations. Having assessed Nigeria’s proposed mobile contact tracing plans based on these principles, we clearly see that these plans were hatched without properly weighing these international human rights standards.

According to Bulanda Nkhowani, Program Officer Digital Rights, Southern Africa Paradigm Initiative, ‘’Indeed, this rush to implement mobile contact tracing without a conscious and deliberate effort to safeguard human rights is not unique to Nigeria. We see this trend replicated across Africa. This period presents a unique opportunity for organizations working on digital rights to remind the world that digital rights are indeed human rights. Policies and actions of government which have the capacity to limit human rights must be accessed according to the principles of legality, necessity and proportionality, and must also have the requisite oversight at the appropriate levels of government to forestall abuse’’.

<<<Download the Policy Brief here>>> 

 About Paradigm Initiative

Paradigm Initiative (PIN) is a social enterprise that builds ICT-enabled support systems and advocates for digital rights in order to improve the livelihoods of under-served young Africans. The organization’s digital inclusion programs include a digital readiness school for young people living in under-served communities (LIFE) and a software engineering school targeting high potential young Nigerians (Dufuna). Both programs have a deliberate focus to ensure equal participation for women and girls. The digital rights advocacy program is focused on the development of public policy for internet freedom in Africa, with offices in Abuja, Nigeria (covering the Anglophone West Africa region); Yaoundé, Cameroon (Central Africa); Nairobi, Kenya (East Africa) and Lusaka, Zambia (Southern Africa). Paradigm Initiative has worked in communities across Nigeria since 2007, and across Africa from 2017, building experience, community trust and an organizational culture that positions us as a leading social enterprise in ICT for Development and Digital Rights on the continent. Paradigm Initiative is also the convener of the Digital Rights and Inclusion Forum (DRIF), a pan-African bilingual Forum that has held annually since 2013. 

For any inquiries about this press release, please send an email media@paradigmhq.org

 

Mozambique: Challenges of Ensuring Privacy without Harming Essential Freedoms

Par | Droits numériques, Politique de TIC, Liberté d'Internet

In July 2019, Mozambique made amendments to the Penal Code (No. 35/2014, of 31 December) to protect Privacy. The new law criminalises all types of invasion of privacy using mobile phones and computers i.e. capturing, altering and publishing images, audios and videos without consent from the subjects recorded or photographed.

One could spend up to one (1) year in jail or face a fine, for breaking this law, particularly for invading the privacy of intimacy of family or sexual life. An offender could face an equal penalty for secretly observing or listening to persons in a private place or for disclosing details of the serious illness of another person.

This legislation comes after a young man filmed the scene of a car accident where victims lay strewn on the ground while others cried out for help. The author of the video ‘amusingly’ filmed this horrific scene, which angered a lot of Mozambicans.

Some activists have welcomed the new law as a timely and relevant measure to protect victims against the invasion of privacy especially on social networks and through electronic media. Also, activists are calling for sensitization on the new law so that people are aware of their parameters when it comes to sharing private information into the public domain, particularly which is not of public interest or with intent to slander or blackmail the victims.

On the contrary, other activists are wary of the legislation’s far-reaching consequences on Internet freedom, press freedom and freedom of expression in the country, which already has a press law, right to information law and an electronic transactions Act which penalises slander. While these laws already assure citizens the right to honour, good name, reputation and defence of image, the changes to the penal code highlight an attempt to stifle access to information and prevent further scrutiny of public figures, especially that the law was approved in a haste.

Mozambique has enjoyed a relatively good record with regard to freedom of expression and freedom of the media, however, the above report paints a picture of what most countries will continue to battle with, in the process of balancing privacy laws with free speech and press.

The increased uptake of digital technologies empowers everyone to capture, create and disseminate information, with or without the subject’s consent. Ordinary citizens on the other hand, have to battle striking a balance between what they put in the public domain through their daily activities and using  mobile phones while maintaining their privacy and managing how their information is used and shared.

What we should be more worried about, however, is giving greater power to governments to target journalists and push back on ‘unwanted content’, using privacy laws. In addition, we should worry about increasing their power to shield misconduct and corruption. A functional democracy allows for enhanced transparency and accountability of political figures, and individuals’ participation in the political process.

While others would argue that, more privacy leads to less openness, individuals have the right to creativity and self-expression, and information is a key driver of innovation and economic growth. 

Perhaps more work remains in sensitizing users on ethics and etiquettes that govern the use of social media and digital technologies, at the same time ensuring that privacy laws do not infringe on people’s right to information and speech, alongside, protecting the press from government intrusion, content regulation, and censorship.

It is however important for the freedom of expression community to be wary of the emergence of privacy-themed legislations that may become a tool to restrict freedom of expression. Such policies must have clear definitions of terms and must not punish expression under the guise of protecting privacy

As a new country added to Paradigm Initiative’s scope of work, we will continue to monitor how this development unfolds, as well as the state of press freedom and freedom of expression in Mozambique.

The author of this article, Bulanda Nkhowani, is Paradigm Initiative’s Digital Rights Program Officer for Southern Africa. 

Préparer l’Afrique pour la nouvelle décennie de l’AI

Par | Plaidoyer, Droits numériques, Politique de TIC

Lentement mais sûrement, les pays d’Afrique ont commencé à se préparer à la quatrième révolution industrielle où les progrès de l’intelligence artificielle, de l’automatisation, de l’internet des objets (IoT), du cloud computing, de la robotique, de l’impression 3D, des nanotechnologies et des technologies sans fil avancées vont radicalement changer notre façon de vivre, de travailler et de gouverner nos sociétés.

L’intelligence artificielle a fait une percée significative en Afrique notamment  avec des start-ups et d’autres institutions axées sur l’intelligence artificielle qui commencent à avoir un impact sur l’économie, la vie sociale et la gouvernance. Les gouvernements de certains  pays comme le Ghana, le Nigeria, le Kenya, la Tunisie et l’Afrique du Sud ont soutenu le développement de l’IA par un soutien financier à la recherche et par la promotion de l’enseignement des STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques). Cela a permis à ces pays de réaliser les progrès les plus significatifs en matière d’intelligence artificielle en Afrique.

Néanmoins, seuls quelques pays comme le Kenya et la Tunisie disposent de stratégies nationales d’intelligence artificielle qui peuvent contribuer à l’intégration de l’intelligence artificielle au sein du gouvernement et des services publics.

Cependant, pour que l’IA – une technologie fondamentale de la quatrième révolution industrielle – ait un impact optimal en Afrique, des changements structurels radicaux doivent avoir lieu dans les différents contextes nationaux du continent. J’en explorerai les trois aspects ci-dessous.

Infrastructure de données

Les applications d’intelligence artificielle qui résolvent des problèmes pratiques acquièrent leur “intelligence” en apprenant à partir de très grands ensembles de données. Par exemple, les modèles d’IA construits pour la reconnaissance faciale ont été alimentés par de très grands ensembles de données comprenant des milliers de visages humains afin d’être formés sur ce qui constitue un visage humain.

De ce fait, les sociétés et les organisations disposant d’écosystèmes de capture, de stockage et de traitement des données très développés sont mieux placées pour bénéficier de manière optimale des progrès de l’IA.

Cela place l’Afrique dans une position désavantageuse car, comme la plupart des pays du Sud, l’Afrique est pauvre en données. En Afrique ,et plus particulièrement en Afrique subsaharienne, la collecte de données publiques, les enquêtes auprès des ménages et des entreprises, la collecte de données par le biais de systèmes administratifs tels que les registres de naissance, les pensions, les dossiers fiscaux, la santé et le recensement sont peu fréquentes et manquent souvent de granularité pour être exploitées avec précision.

Et lorsque certaines données existent, elles ne sont souvent numérisées pour être exploitées immédiatement par des applications d’IA. Par conséquent, dans le secteur public où les applications d’IA auraient pu être appliquées pour booster le développement sur le continent, l’infrastructure de données est malheureusement inexistante ou gravement inadéquate.

Pour montrer ce qui est possible dans un écosystème de données bien développé, les services de Santé du Royaume-Uni ont collaboré avec Google pour faire mettre en place un dispositif basé sur l’IA et qui permet la détection rapide de cancers. Ce dispositif permet d’avoir des données sur les patients au sein du système.

Il n’est donc pas surprenant que certaines des applications d’IA les plus prometteuses en Afrique soient presque entièrement pilotées par le secteur privé. Les organisations du secteur privé en Afrique disposent généralement de données qui sont collectées à des fins économiques, avec une fréquence élevée et avec un niveau de granularité plus élevé.

Il s’agit notamment de données provenant de téléphones portables, de transactions électroniques, de médias sociaux, d’applications de santé et de remise en forme, ainsi que des données provenant des satellites. Ces données ont permis de développer des applications d’IA telles que les chatbots et les assistants virtuels.

Pour que l’Afrique puisse exploiter pleinement le potentiel de son économie émergente en matière d’IA, la prochaine décennie doit être axée sur le développement des écosystèmes de données publiques, et éventuellement sur leur intégration au secteur privé de manière à stimuler le développement et à protéger les droits de l’homme.

Emploi et mutations économiques

Image result for africa startups

Les experts ne sont pas unanimes sur les effets de l’IA et de l’automatisation sur l’avenir du travail au niveau mondial. Il existe une école de pensée qui affirme que les gains de productivité résultant des progrès de l’IA dans tous les secteurs économiques compenseront les pertes d’emploi initiales causées par l’IA et l’automatisation.

D’autres éminents leaders d’opinion décrivent des perspectives plus sombres pour l’avenir de l’emploi et du travail. Cependant, ils s’accordent tous sur l’effet considérable que les progrès de l’intelligence artificielle et de l’automatisation auront sur l’avenir de l’emploi en Afrique, par rapport à d’autres régions du monde.

L’Afrique subsaharienne est déjà la région la plus jeune du monde, avec plus de 60 % de sa population âgée de moins de 25 ans. D’ici 2030, le continent abritera plus d’un quart de la population mondiale des moins de 25 ans. Cette explosion démographique augmentera la taille de la main-d’œuvre dans la région plus que dans le reste du monde. Néanmoins, les données du Forum économique mondial révèlent que les pays africains sont très vulnérables aux délocalisations  d’emplois provoquées par l’IA et l’automatisation. Les statistiques ci-dessous illustrent cette vulnérabilité :

  • L’Afrique subsaharienne affiche une part d’emplois hautement qualifiés de seulement 6 %, ce qui contraste avec la moyenne mondiale de 24 %. L’Afrique du Sud, l’île Maurice et le Botswana sont en tête pour la disponibilité locale d’emplois hautement qualifiés, tandis que d’autres, comme l’Éthiopie et le Nigeria, maintiennent une forte proportion de travailleurs dans des emplois moins qualifiés – qui sont plus susceptibles d’être automatisés.
  • D’un point de vue technologique, 41% de toutes les activités professionnelles en Afrique du Sud sont susceptibles d’être automatisées, tout comme 44% en Éthiopie, 46% au Nigeria, 48% à Maurice, 52% au Kenya et 53% en Angola.

Compte tenu de la vulnérabilité de l’Afrique aux déplacements massifs d’emplois qui pourraient être provoqués par l’IA et l’automatisation, des mesures urgentes doivent être prises pour mettre en œuvre une révision ascendante des programmes scolaires dans toute l’Afrique.

Plus que jamais, la participation et la contribution de l’industrie sont nécessaires pour remodeler l’apprentissage et l’instruction dans les établissements d’enseignement afin de préparer une main-d’œuvre à l’évolution rapide du travail du XXIe siècle.

Ce qui a été observé jusqu’à présent ressemble davantage à une approche du haut vers le bas largement dirigée par le secteur privé, avec la création de centres de recherche sur l’IA à travers l’Afrique par les géants mondiaux de la technologie.

Google a ouvert son laboratoire d’IA à Accra en avril 2019, et l’Institut africain des sciences mathématiques a été créé à Kigali au Rwanda en 2016 pour fournir une main-d’œuvre de haut niveau en IA et en machine Learning  pour l’Afrique. Une approche ascendante plus délibérée exigera des gouvernements qu’ils élaborent des politiques qui répondent à la nature changeante de l’emploi sur le continent, en fixant un programme pour les décennies à venir.

La mise en œuvre de cette politique pourrait impliquer des mesures tactiques telles que l’investissement accru dans l’enseignement des STIM dès le niveau primaire ou secondaire. Néanmoins, toute action doit découler d’une politique délibérée qui guide les efforts du gouvernement, plutôt que de réponses gouvernementales non coordonnées et impulsives au problème.

Droits de l’homme et responsabilité

Related image

Partout dans le monde, l’évolution de l’AI n’ pas tenu compte des considérations relatives aux droits de l’homme. Ce n’est que tardivement que les entreprises à l’avant-garde du développement de l’AI ont sérieusement réfléchi aux droits de l’homme et à la responsabilité dans la mise en œuvre des systèmes d’IA, souvent en réponse à la pression de la société civile.

Tant par leur conception que par leur fonction, les systèmes d’IA peuvent nuire aux droits de l’homme. Je parlerai ici de deux domaines dans le contexte africain où les systèmes d’IA peuvent nuire le plus aux droits de l’homme.

Les violations de la confidentialité des données sont parmi les plus importantes façons dont les systèmes d’IA peuvent être utilisés pour porter atteinte aux droits de l’homme.

En Afrique, où seuls 23 pays environ disposent de lois sur la protection des données, et encore moins d’institution de protection des données, il est facile de voir le potentiel d’abus de la confidentialité des données pour les applications d’IA qui utilisent les données personnelles des citoyens, notamment les informations financières et de santé.

Le déploiement de la technologie de reconnaissance faciale dans les grandes villes du continent constitue un autre débouché pour les violations des droits de l’homme.

En réponse à un rapport du Wall Street Journal qui affirmait que les techniciens de Huawei avaient aidé les responsables des services de renseignement en Ouganda à espionner leurs opposants politiques, la police ougandaise a confirmé que la société technologique Huawei déploie un système de surveillance massif qui utilise la reconnaissance faciale et d’autres logiciels d’intelligence artificielle pour lutter contre la criminalité dans le pays.

Les opposants Ougandais  craignent que cette capacité puisse être utilisée pour identifier et cibler les manifestants et les leaders de l’opposition avant les élections de 2021. De même, en avril 2018, la société chinoise CloudWalk a signé un accord avec le gouvernement du Zimbabwe pour aider à construire un système de reconnaissance faciale de masse.

Le système de reconnaissance faciale d’IA utilisé dans la capitale ougandaise fait partie de l’initiative “Safe City” de Huawei. Cette technologie est déjà répliquée ou le sera bientôt au Kenya, au Botswana, à l’île Maurice et en Zambie. Si le déploiement de telles technologies peut être utile pour réduire la criminalité, elles pourraient également devenir des instruments d’oppression aux mains de régimes répressifs.

À l’échelle mondiale, on observe également une adoption croissante des applications de l’IA pour le recrutement de ressources humaines, l’évaluation des crédits et même l’administration de la justice pénale. Ces rôles décisionnels critiques, qui étaient autrefois l’apanage des humains, ont des conséquences énormes pour les personnes concernées par les décisions.

La plus grande préoccupation liée au déploiement de ces systèmes est le biais inhérent aux algorithmes qui sous-tendent l’IA.  Ces algorithmes sont généralement formés avec des données qui excluent les membres d’une population. Cela conduit à des décisions et des résultats qui exacerbent encore la marginalisation.

Un exemple très connu est celui des rapports de 2019 qui suggéraient que la carte Apple, une carte de crédit créée par Apple et développée par Goldman Sachs, était apparemment biaisée contre les femmes en leur donnant des limites de crédit moins favorables que celles des hommes. Une autre préoccupation est l’opacité qui entoure ces systèmes d’IA.

Citant des secrets commerciaux ou la confidentialité des brevets, les propriétaires de ces systèmes d’IA sont réticents à partager le code source qui alimente ces algorithmes. Avant que ces systèmes ou leurs variantes ne soient largement adoptés en Afrique, des politiques de protection des droits de l’homme doivent être mises en place pour protéger les personnes vulnérables et marginalisées.

Pour bénéficier de l’AI, l’Afrique doit consolider les acquis des 2e et 3e révolutions industrielles

Image result for artificial intelligence facial

Davantage de pays africains doivent se joindre à des pays comme le Kenya et la Tunisie pour mettre en place des politiques nationales sur l’IA afin de coordonner les efforts nationaux en faveur du développement de l’intelligence artificielle.

Il faudra également consolider le paysage politique autour de l’infrastructure des données, des compétences numériques et de la protection des droits de l’homme. Cela permettra à l’Afrique de bénéficier des avancées de la 4e révolution industrielle qui, il faut le reconnaître n’est qu’une continuité des 2e et 3e révolutions industrielles.

Les pays qui ont le plus bénéficié des 4e révolutions  jusqu’à présent sont ceux qui ont continuellement investi et amélioré les infrastructures de base qui sous-tendent les 2e et 3e révolution (une électricité stable, des transports de masse efficaces, un accès au haut débit, etc.)

À l’heure actuelle, l’approvisionnement en électricité et l’accès à Internet en Afrique sont inexistants pour de larges segments de la population, ou insuffisamment fournis lorsqu’ils existent. Sans accès aux infrastructures de base, comme l’électricité et le haut débit, le développement des 4e Révolution Industrielle en Afrique sera entravé.

Cependant, avec des investissements continus dans ces secteurs ainsi que les nouvelles technologies comme l’IA, l’Afrique pourrait tout aussi bien prendre un virage et entamer un nouveau chapitre de développement qu’elle n’a –jusqu’ici- jamais connu.

L’auteur de l’article, Babatunde Okunoye est chercheur chez Paradigm Initiative.

 

 

Kenya’s Huduma Namba: What’s Next?

Par | Droits numériques, Politique de TIC

On the 30th of January 2020 a three-judge panel of Kenya’s High Court gave out their verdict on the validity of the implementation of the National Integrated Identity Management System (NIIMS), also known as Huduma Namba. Since the inception, Huduma Namba roll out last year concerns were raised by various actors on its effect on human rights.

Despite cry outs from the masses, Huduma Namba was rolled out and citizens were sensitized to enroll out of fear of losing out on access to key services. Passports were not the only thing that residents would miss out on if they lacked the special ID, access to services such as banks and education would be a no-go as well.

While the uproar stalled the rollout for a while, a coalition of stakeholders from the Nubian Forum, Kenya National Human Rights Commission and the Kenya Human Rights Commission, filed a case against the implementation of NIMS. This pressured the parliament to draft the Huduma Namba bill which faced a lot of criticism with the majority claiming it to be inadequate, ambiguous and “too late to the party”.This stretches from the components it poses all the way to the fact that it has been rushed at the same time as the Data protection and privacy policy was still underway proving once again that for most countries “the law does lag behind technology”.

On the court ruling on the 30th of January the court has halted the implementation of Huduma Namba in a 500-page judgment highlighting the following:

  • The legal framework on data privacy is “inadequate and totally wanting” hence it can only be a result of a rushed process that did not fully take into account how data will be protected.
  • The collection of DNA and GPS were declared unconstitutional and hence the court ordered that they be struck out of the NIIMS data to be collected
  • NIIMS is not inclusive of a lot of groups who already face discrimination to gain IDs or citizenship, this applies to communities such as the Somali and Nubian in Kenya.

In line with those observations, the court did give a green light to NIIMS stating that if it meets recommended actions by the court it can resume. According to the court, the threshold for public participation in huduma Namba registration was met and the public had enough time to present views against the petitioner’s argument that the 7 days given for public participation were not sufficient.

The court also stated that collection of data is only intrusive if it’s collected without the consent of the said individuals hence NIMS is not intrusive. However, the court has urged that Huduma Namba can only proceed if a number of requirements are met including the following:

  • Enactment of a comprehensive legal framework in line with the constitution that adheres to data privacy and protection is developed.
  • Mechanisms are in place to ensure NIIMS does not exclude any section of the Kenyan Population.

Image result for Digital ID africa

The court is set to release the official judgment documents during the course of the coming week for public viewing on each component/recommendation they made. Bernard an officer at the Kenyan Human Rights Commission stated that “It’s not the verdict we expected but it’s good progress” the key concern now is to see how the government will go about implementing the court’s orders in a manner that does not infringe on Kenyans rights. To a lot of other African Countries implementing Digital IDs, the Huduma Namba case has set a precedent on the importance of governments to put data protection and privacy at the core of the- implementation of digital ID systems. In line with this, it has highlighted the need for this process to have sufficient time to ensure frameworks developed meet public participation standards, is inclusive, rational and clearly thought through.

While there are still concerns on how this will work out, it’s important for legislators and government entities to look at NIIMS case as an important signal on how fast digital ID is taking up space but it shouldn’t be an excuse to carry out surveillance, deny rights and most of all deny services to the public. Paradigm Initiative commends the work done by the Nubian Forum, The Kenya Human Rights Commission and partners in pushing the judiciary to take its role in ensuring justice is served.

We also urge the Kenyan Government which passed the Data Protection and Privacy Bill last year November to hasten the establishment of the data protection commission to ensure that the machine starts rolling out soonest. The future is promising if African courts and governments can uphold rights hence we call upon governments to ensure that processes, policies, and laws adhere to human rights, affirms to protecting them and ensuring inclusivity.

The author of this articles,  Rebecca Ryakitimbo is Paradigm Initiative’s Digital Rights Program Officer for East Africa

 

4th Industrial Revolution: Readying Africa for the emerging AI decade

Par | Droits numériques, DigitalJobs, Politique de TIC

Slowly but steadily, countries across Africa have begun preparing for the Fourth Industrial Revolution (4IR), where advances in Artificial Intelligence, Automation, Internet of Things (IoT), Cloud Computing, Robotics, 3D Printing, Nanotechnology and Advanced Wireless Technologies will radically alter the way we live, work and govern our societies. Artificial Intelligence has in particular made significant inroads in Africa, with AI enabled start-ups and other AI-focused institutions beginning to make an impact on the economy, social life and governance.

Governments in countries like Ghana, Nigeria, Kenya, Tunisia and South Africa which have made some of the most significant progress in Artificial Intelligence in Africa have been supportive of these initiatives through monetary support for AI research and development and the promotion of STEM education. Nevertheless only a few like Kenya and Tunisia have AI national strategies which can inform AI’s integration within government and public services. However for AI – a cornerstone technology of the 4IR, to make optimum impact in Africa, sweeping structural changes have to take place in the various country contexts on the continent. I explore 3 major areas below.   

Data infrastructure

Image result for Data CenterArtificial Intelligence applications which solve practical problems acquire their ‘’Intelligence’’ by learning from very large datasets. For example AI models built for facial recognition will have been fed with very large datasets consisting of thousands of human faces in order to be trained on what constitutes a human face. By this token, societies and organizations with highly developed data capture, storage and processing ecosystems are better placed to optimally benefit from advances in AI.

This puts Africa at a strategic disadvantage because Africa, like much of the Global South, is data poor. In Africa and much of the Global South, public data collection for national accounts, household and firm surveys, data collection through administrative systems such as birth records, pensions, tax records, health and census are performed infrequently, and often lack the granularity necessary to make meaningful inferences about small, sub-populations of interest. And where some data exist, they are often not in digitized, machine readable formats which can be immediately harnessed for AI applications.

Therefore, in the public sector where AI applications might have been applied for the greatest public good on the continent, the data infrastructure is sadly non-existent or severely inadequate. In a show of what’s possible in a well developed data ecosystem, the National Health Service of the United Kingdom (UK) has collaborated with Google to bring the benefits of AI to public health in the UK through schemes such as rapid detection of cancers. This rapid diagnosis is powered by training AI models with large datasets of patient data within the NHS system. 

It is not a surprise therefore that some of the most promising AI applications in Africa are almost entirely private sector driven. Private sector organizations in Africa typically have data that is collected cost-effectively, with high frequency, and at fine levels of granularity. These include data from mobile phones, electronic transactions, social media, health and fitness apps and satellites which have driven the continents advances in AI applications such as chatbots and AI virtual assistants. However for Africa to fully tap into the potential of its emerging AI economy, the next decade must be focused on developing her public data ecosystems, and possibly effectively integrating them with the private sector in ways that stimulate development and protects human rights.  

Employment and Economic shifts

Image result for employment africa technology

Experts are not unanimous on the effects of AI and automation on the future of work globally. There is a school of thought which states that the aggregate productivity gains across all economic sectors brought about by advances in AI will even out any initial job losses occasioned by AI and automation. Other prominent thought leaders describe a more sombre outlook for the future of jobs and labour. However one thing they all agree on is the outsized effect advances in AI and automation will have on the future of jobs in Africa, compared to other parts of the world.

Sub-Saharan Africa is already the world’s youngest region today with more than 60% of its population under the age of 25. By 2030, the continent will be home to more than one-quarter of the world’s total under-25 population, growing the size of its workforce by more than the rest of the world. Nevertheless, World Economic Forum data reveals that African countries are very vulnerable to job displacements occasioned by AI and automation. The statistics below illustrates the vulnerability:

  • Sub-Saharan Africa exhibits a high-skilled employment share of just 6%, a contrast to the global average of 24% as South Africa, Mauritius and Botswana lead the way in the local availability of high-skilled jobs while others, such as Ethiopia and Nigeria, maintain large proportions of workers in lower-skilled jobs – which are more susceptible to automation. 
  • From a technological standpoint, 41% of all work activities in South Africa are susceptible to automation, as are 44% in Ethiopia, 46% in Nigeria, 48% in Mauritius, 52% in Kenya and 53% in Angola. 

In light of Africa’s vulnerability to extensive job displacement possibly occasioned by AI and automation, urgent steps need to be taken to implement a bottom-up revision of curricula in schools across Africa. More than ever before, industry participation and input is needed in re-shaping learning and instruction in educational institutions to make ready a workforce for the rapidly changing workplaces of the 21st century. What has been observed so far seems more like a top-bottom approach largely led by the private sector, with the establishment of AI research centres across Africa by the global technology giants. Google opened its AI lab in Accra in April 2019, and the Africa Institute for Mathematical Sciences was established in Kigali Rwanda in 2016 to provide high level manpower in AI and machine learning for Africa.

A more deliberate bottom-up approach will require governments to fashion out policies which respond to the changing nature of employment on the continent, setting the agenda for decades ahead. Implementing this policy might involve tactical steps like investing more in STEM education right from primary, secondary or tertiary education levels. Nevertheless any action needs to flow from deliberate policy which guides government efforts, rather than uncoordinated, knee-jerk government responses to the problem.   

Human Rights and Accountability

Related image

All over the world, developments in AI have outpaced human rights considerations in the design and implementation of these systems. Only belatedly have corporations at the forefront of AI development given serious thought to human rights and accountability in the implementation of AI systems, often in response to pressure from civil society. Both by design and function, AI systems have the potential to hurt human rights, and I explore two areas in the African context where AI systems can do the greatest hurt to human rights.

Data privacy abuses are among the most important ways AI systems can be used to hurt human rights. AI systems need to be trained on massive amounts of data in order to function effectively, and in Africa where only about 23 countries have data protection laws, and even fewer (9) have data protection authorities, it is easy to see the potential for data privacy abuses for AI applications which interface with personal identifiable data of citizens, not least financial and health information.    

Another outlet for human rights violations comes in the shape of the roll-out of facial recognition technology across major cities on the continent. In response to a report by the Wall Street Journal which asserted that Huawei technicians had helped intelligence officials in Uganda to spy on their political opponents, Ugandan police confirmed that the technology company Huawei is rolling out a massive surveillance system that uses facial recognition and other artificial intelligence software to fight crime in the country. Opposition figures within the country are concerned this capability could be used to identify and target demonstrators and opposition figures ahead of the 2021 polls. Similarly, in April 2018, Chinese AI firm CloudWalk signed a deal with the government of Zimbabwe to help build a mass facial recognition system. The AI facial recognition system in use in the Ugandan capital is part of Huawei’s ‘’Safe City initiative’’. This technology is already replicated or will soon be replicated in Kenya, Botswana, Mauritius and Zambia. While the deployment of technologies such as these can be useful in curbing crime, they could also become instruments of oppression in the hands of repressive regimes.

Globally, there is also a growing adoption of AI applications for recruitment of human resources, credit scoring and even in criminal justice administration. These critical decision-making roles which were once the exclusive preserve of humans have huge consequences for those affected by their decisions.The greatest concern with the deployment of these systems is the bias inherent in the algorithms underlying the AI, which are usually trained with data which excludes members of a population. This leads to decisions and outcomes which further exacerbates marginalization.

A high profile example were reports in 2019 which suggested that Apple card, a credit card created by Apple and developed by Goldman Sachs, was seemingly biased against women by giving them less favourable credit limits compared to men. Another concern is the opacity surrounding these AI systems. Citing trade secrets or confidentiality of patents, owners of these AI systems are reluctant to share the source code powering these algorithms. Before these systems or their variants become widely adopted in Africa, policies which protect human rights must be in place to protect the vulnerable and marginalized.

To benefit from AI, Africa must shore up the gains of the 2IR and 3IR        

More African countries need to join countries like Kenya and Tunisia in having AI national strategies which drives coordinated national efforts towards AI development. Furthermore, in addition to solidifying the policy landscape around data infrastructure, digital skills and human rights protection, in order for Africa to benefit optimally from advances in AI which is a keystone technology of the Fourth Industrial Revolution (4IR), there must be a recognition that the 4IR is only a continuum of the 2IR and 3IR.

The countries which have benefited the most so far from the 4IR are those which have continuously invested and improved on the foundational infrastructructure underpinning the 2IR and 3IR – stable electricity, efficient mass transportation (e.g. efficient rail systems) and reliable and fast broadband access, amongst others. As of today, electricity supply et Internet access in Africa is non-existent for large segments of the population, or provided inadequately where existent. Without access to basic, foundational infrastructure like excellent power and broadband, Africa’s 4IR development will be stymied. However, with continuous investments in these sectors as well as new technologies of the 4IR such as AI, Africa might as well turn a corner, and begin a new chapter of development the continent has never seen.  

The author, Babatunde Okunoye is a research officer at Paradigm Initiative.

   

 

Soumettre une note à l'Assemblée nationale, 10 choses à savoir!

Par | Droits numériques, Politique de TIC

A guide by Adeboye Adegoke, Paradigm Initiative

Submitting a memo to the Nigerian National Assembly on a draft legislation can seem like a big deal and we often get tempted to write it like a PhD thesis. However, the key thing is to keep it simple. If you are passionate enough about the issue, you are most likely going to be emotional in your writing. However, to be able to make those arguments count, I have identified 10 simple rules that you must follow based on my experience in working with the Nigeria’s National Assembly.

  1. Have a Strategy:  Having a strategy increases the chance that your memo would be considered and will influence what happens to the legislation by at least 80%. In terms of strategy, an important point to note is that it is not the best strategy for your memo to address every single issue in the draft legislation. It is often more effective to work with coalitions, partners and share responsibility among one another, assigning responsibility to each organisation/partners to speak to/address specific component of the draft legislation. This is mostly applicable when the bill is voluminous. However, some bills aren’t voluminous and it is okay to speak to the entire provision of such bills.
  2. Your memo should be structured:  To make sure your memo is easy to read. Try as much as you can to structure it as you would in an essay. The hint is to use the first paragraph to observe protocols (Address the relevant house leadership and/or the committee chairman and introduce yourself/organisation), you can then proceed to your arguments, using a new paragraph for each clause you want to speak to in the draft legislation(bill).
  3. Make Concise Arguments: Your argument must be concise. You must be able to show why the provision(s) you are speaking to/against is/are problematic in a direct way without writing long essays. The memos are mostly reviewed by the consultant to the committee working with the clerk and they are usually overwhelmed by the amount of documents they have to review. Bear in mind that hundreds, maybe thousands of other memos will be submitted (especially when the bill is a public interest one). Therefore, to make yours stand out, you must apply arguments that are straight to the point.
  4. You must be specific: Your submission has to speak directly to the content of the draft legislation (The Bill) for which a public hearing is being held. You have to be specific in mentioning the provision(s) you are speaking to. You must also identify the clause number and sub clause number as the case may be. Mention the clause, identify the problem(s) with it, and proceed to make your points about it.
  5. Referencing laws, International Instruments to bolster your argument; When you identify a clause you consider problematic, one of the best ways to drive your argument home is to reference already existing laws or International treaties that Nigeria is a party to. In this regard, always bear in mind that the strongest argument is usually the one supported by the Nigerian Constitution. As much as possible, link you argument to the Nigerian constitution, relevant Nigerian laws and applicable international instruments in that order.
  6. Avoid Name calling, Biases/Sentiments; Name calling is not a strategy. Irrespective of what you know about the sponsor, promoter or supporters of the bill, you must stick to the issues and not be seen as attacking other people’s personalities. Your writing must be as objective as possible, devoid of ethnic, religious or other biases.
  7. Support Your Argument with Recommendations: On each clause or subclause you speak to in your memo, you must recommend either an amendment to it or that the clause/sub clause be expunged totally. If you speak on a clause for example, you must recommend either of the following; i. Alternative wording ii. Revised texts or iii. That the texts be totally deleted.
  8. General Recommendation/Conclusion: In your last paragraph, you must make a general recommendation on the entire bill. Your recommendation can be any of the following; i. That the bill been thrown out in its entirety ii. That the bill be revised with the recommendations you have proposed in each of your arguments in the body of the memo or iii. That the bill be adopted as it is.
  9. Contact Information: Make sure to include your contact information. The committee may elect to reach out to you to clarify what they deem ambiguous in your submissions. Also, the committee often store such contact information in their database and ensures you/your organisation gets invited to submit a memo/attend a public hearing on subsequent related issues to the one for which you are submitting a memo.
  10. Some Technical Details: If you reference any authority or an academic work, do not forget to add a footnote and reference accordingly. Note that the word ‘section’ applies to laws that have been duly passed by the National Assembly and assented to by the President. The contents of a bill are called ‘clauses’. Also, check for the actual name of the bill you are writing a memo on. Bills usually have short and long titles and assigned numbers (e.g SB132, HB98 i.e Senate Bill 132, House Bill 98). For example, the Digital Rights and Freedom Bill, 2019 (HB98) is the short title for “A Bill For An Act To Provide For The Protection Of  Human Rights Online, To Protect Internet Users In Nigeria From Infringement Of Their Fundamental Freedoms And To Guarantee Application Of Human Rights For Users Of Digital Platforms And/Digital Media And For Related Matters, 2019”. 

    While the The Protection from Internet Falsehood and Manipulation Bill, 2019 (SB 132) is the short title for “A Bill for an Act for Protection from Internet Falsehood and Manipulation and other Related Matters Bill, 2019 ( SB 132)”. Phrases such as “Digital RIghts Bill”, “Social Media Bill” are deployed to simplify the nomenclature and make it relatable to the public. Always check for the proper name for each draft legislation on the National Assembly’s website or through the Policy and Legal Advocacy Centre (PLAC) website.

 

Le Bénin à l'épreuve de la démocratie, les leçons de la répression numérique  

Par | Politique de TIC, Liberté d'Internet

Auteur: Emmanuel Vitus

Dimanche 28 avril 2019, les Béninois étaient convoqués aux urnes pour désigner leurs parlementaires. Le scrutin s’est déroulé dans un climat de tension, car le 05 mars 2019, la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA) avait invalidé les dossiers de candidature de tous les partis politiques de l’opposition sauf le Bloc Républicain et le l’Union Progressiste, deux regroupements politiques proches du président Patrice Talon.

Pour la première fois depuis 1990, le Bénin a organisé une élection sans l’opposition. Et pourtant le pays est considéré comme le champion de l’alternance politique et de la démocratie en Afrique de l’Ouest. Les manifestations des partis politiques de l’opposition pour un report des législatives du 28 avril n’ont pas fait fléchir les autorités béninoises. Il est reproché aux partis politiques de l’opposition de n’avoir pas répondu aux exigences du nouveau code électoral.

À ce climat de tension, s’est ajouté dans la journée du 28 avril 2019, la coupure de l’Internet. En effet à partir de 1h du matin, les internautes avaient du mal à se connecter aux réseaux sociaux Facebook et Twitter notamment. L’internet mobile sera complètement coupé par la suite et ne sera rétabli que le lendemain.

Pour l’heure, les autorités béninoises n’ont donné aucune explication à cette situation, mais dans la presse locale béninoise, on évoque, des mesures préventives « pour éviter des appels à la violence le jour du scrutin législatif. »

L’opérateur de téléphonie mobile, MTN Bénin, reconnaît de son côté la coupure de l’Internet dans la journée du 28 avril tout en déclinant sa responsabilité.

« Effectivement, nous avons opt connu des soucis concernant la connexion Internet dans la journée d’hier. (…) Toutefois, le souci était indépendant de notre volonté », peut-on lire sur le compte Twitter du fournisseur d’accès Internet.

Un test pour la démocratie béninoise

Avec plus d’une dizaine de fournisseurs d’accès Internet, le Bénin fait partie des bons élèves en matière de démocratisation de l’internet. En 2017, l’Alliance pour l’Internet abordable (A4AI) a classé le Bénin parmi les 10 pays du continent africain à avoir un accès facile à l’Internet.

Selon A4AI, cette hausse est due non pas à la mise en place d’une réforme majeure unique, mais au simple fait, par exemple, que le régulateur donne plus d’informations sur les règlements et décisions, sur la transparence des tarifs.

Et pourtant depuis 2018, les autorités béninoises prennent des décisions qui restreignent la liberté d’expression sur Internet. Le 25 juillet 2018, le gouvernement a pris un décret portant introduction d’une contribution sur la consommation des services de communications électroniques fournis par les réseaux ouverts au public.

Concrètement, il s’agit d’une taxe de 5 FCFA par mégaoctet pour l’accès aux services over-the-top (OTT). Les services OTT (ou services de contournement en français), sont l’ensemble des services qui permettent de transporter des flux audio, vidéo ou des données Internet sur les réseaux Facebook, WhatsApp, Viber, Skype et autres, sans l’intervention d’un opérateur de téléphonie traditionnel.

« Le coût change pour les réseaux sociaux et pour des usages ludiques. Vous téléchargez de la musique, un film, vous faites des transferts d’images qui critiquent le gouvernement (…) vous payez le prix qui est légèrement plus fort », avait soutenu Romuald Wadagni, ministre de l’Économie, des Finances et des Programmes de dénationalisation du Bénin.

Face à la colère des internautes, le gouvernement est revenu sur sa décision le 22 septembre 2019. Il explique ce rétropédalage par plusieurs raisons notamment, « les perturbations techniques (…) la rupture de l’économie globale du secteur, au détriment des consommateurs, en particulier les plus modestes et l’entrave à “la démocratisation de l’Internet”.

Naissance du Web-activisme

La coupure d’internet le 28 avril 2019, a cristallisé la colère des internautes, des organisations de la société civile et de la communauté internationale.

Ramanou Biaou, le président du chapitre béninois de Internet Society (ISOC Bénin) dans un entretien accordé à la chaîne étatique allemande Deutsche Welle, déplore les effets néfastes de cette coupure d’internet sur les activités économiques au Bénin.

“À travers les réseaux sociaux, il y a des entreprises qui mettent sur le marché des services, des produits, des solutions. Commencer à restreindre ces réseaux sociaux, cela a forcément un impact qui va au-delà de l’aspect économique. C’est d’une façon ou d’une autre une restriction de la liberté d’expression qui a été prise contre les Béninois ce 28 avril », dénonce-t-il.

Même son de cloche chez Amnesty International. Pour l’organisation internationale de défense des droits de l’homme la décision de couper l’accès à Internet et aux réseaux sociaux le jour du scrutin est une violation directe du droit à la liberté d’expression.

‘Dans la pratique, cela réduit au silence les défenseurs des droits humains, les journalistes et les blogueurs qui observent ces élections parlementaires contestées, sans candidats de l’opposition’, déplore François Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

En 2018, la tentative de taxation de la connection aux réseaux sociaux avait contribué à la naissance d’influents web activistes. Sur Twitter, l’hastag #TaxePasMesMO avait été repris dans des milliers de tweets contraignant les autorités béninoises à revoir leur copie. Depuis dimanche, les activistes se font entendre à nouveau, cette fois avec des hastags comme #BeninShutDown, #BeninBlackout et #KeepIton en référence à la coalition de de lutte contre les coupures d’Internet à travers le monde.

Quid d’une répression numérique en Afrique Francophone ?

Si au Bénin c’est la première fois que les internautes subissent la coupure d’Internet, en Afrique francophone, la pratique devient courante. Le Tchad fait partie des pays africains qui pratiquent une censure drastique de l’Internet. Depuis un an, les Tchadiens n’ont plus normalement accès aux réseaux sociaux Facebook, Twitter et aux messageries WhatsApp et Viber.

« Cette censure est d’autant plus insupportable que les gens ne savent pas pourquoi ils n’ont plus la possibilité d’utiliser normalement les réseaux sociaux », s’indigne Julie Owono, directrice exécutive d’Internet sans frontières.

Au Cameroun, les autorités ont coupé Internet au Nord-ouest et au sud-ouest du pays en avril et octobre 2017. Ces deux régions qui réclament leur autonomie sont le théâtre de violents combats  entre les séparatistes et l’armée régulière camerounaise. Le 15 janvier, une ONG camerounaise Réseau de Défenseurs des Droits Humains de l’Afrique Centrale (Redhac) avait porté plainte contre l’État camerounais devant le Conseil constitutionnel pour le rétablissement d’Internet dans les deux régions précitées. Une plainte similaire a été portée contre les opérateurs de téléphonie mobile en RD Congo.

Début septembre, l’internet a été intentionnellement perturbé par les autorités togolaises à chaque manifestation de l’opposition politique. Les experts de Netblocks, une ONG basée à Londres estime que chaque journée sans Internet au Togo fait perdre 243 507 dollars au pays.

Parmi les mauvais élèves de la classe, figure également l’Algérie. Plusieurs cas de coupure d’internet ont été enregistrés dans le pays, mais à chaque fois, l’opérateur proche du gouvernement, Algérie Telecom, dément une coupure volontaire.

Sur le continent, d’autres pays comme le Sénégal et le Burkina Faso sont à féliciter en matière de démocratisation de l’Internet. En 2014 lors du soulèvement des Burkinabés pour exiger et obtenir le départ de l’ancien président Blaise Compaoré, aucune coupure d’Internet n’a été signalée malgré la situation politique tendue. Même tendance au Sénégal où lors de la dernière élection présidentielle tous les signaux laissaient prétendre une probable coupure.

L’espoir est permis

Les coupures sont désormais utilisées par les gouvernements comme des moyens de musellement des peuples souvent au prétexte de protéger l’ordre public et de contrôler les excès  sur les réseaux sociaux.

Au vu des tendances actuelles en Afrique Francophone, l’avenir du réseau internet reste incertain.

La situation au Cameroun, en Algérie, au Togo, en RDC et au Tchad permet d’établir un lien étroit entre les soulèvements populaires et le taux de connexion de ces pays. Ainsi, depuis le Printemps arabe, il est tentant de faire un lien direct entre la capacité d’un peuple à renverser un dictateur et le nombre de personnes connectées à Internet.

Photo Credit: RFI

Tous les régimes totalitaires ont compris donc l’importance de maîtriser le web. Bâillonner le web devient ainsi le rêve de toute dictature. Mais un rêve impossible.  Au Togo, au Benin comme partout ailleurs, les internautes déjouent la censure en passant par des proxys ou en utilisant des connexions bas débit. Des activistes proposent, eux, des passerelles fax et VPN. Des blogs expliquent également comment contourner le blocage.

Avec les élections locales, législatives et présidentielles à venir dans plusieurs pays en Afrique francophone, il est important pour les gouvernements d’ouvrir des débats multipartites sur la gestion et la gouvernance de l’Internet, car ces perturbations volontaires violent explicitement les droits humains protégés notamment par une résolution adoptée à l’unanimité le 1ᵉʳ juillet 2016 par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Emmanuel Vitus est Chercheur et Google Policy Fellow chez Paradigm Initiative.

Les OSC et les Nigérians exhortent le président Buhari à signer un projet de loi sur les droits numériques

Par | Droits numériques, Politique de TIC

Abuja, Nigéria

Mardi 5 février, l'Assemblée nationale a transmis le projet de loi sur les droits et la liberté numériques au président Muhammadu Buhari pour son assentiment. Le projet de loi, qui était au Parlement depuis 2016, a été adopté par les deux chambres du Parlement en 2018.

Paradigm Initiative, une entreprise sociale qui a mené la campagne de plaidoyer en faveur du projet de loi, a félicité l'Assemblée nationale et a exhorté le président Buhari à le signer immédiatement. Selon une déclaration signée par son responsable des communications, Sodiq Alabi.

Gbenga Sesan, directeur exécutif de Paradigm Initiative, a déclaré: «Nous sommes heureux que le projet de loi sur les droits et la liberté numériques ait été transmis au président Buhari. Monsieur le Président a maintenant une occasion unique de positionner le Nigéria en tant que leader des lois respectueuses des droits en Afrique en signant le projet de loi. "

Yemi Adamolekun, directrice exécutive d'Enough is Enough Nigeria, a déclaré: «Il est significatif que ce geste se produise au cours d'une journée mondialement célébrée en tant que Journée de la sécurité de l'internet. L’attention du monde entier est désormais attirée sur le Nigeria pour qu’il finisse le travail important qu’il avait commencé en signant la loi.

La coordinatrice régionale africaine de la Web Foundation, Nnenna Nwakanma, a également ajouté: «Alors que le World Wide Web a 30 ans, les Nigérians ne peuvent plus attendre pour les droits, les libertés et les opportunités numériques. L'assentiment du président est nécessaire de toute urgence pour garantir les droits fondamentaux, soutenir une économie numérique plus forte et construire un Internet plus sécurisé. ”

Le président disposera d'un délai de 30 jours à compter du jour où il aura reçu la communication de l'Assemblée nationale pour approuver le projet de loi.

Parlant du développement, de l’initiative Paradigm Programme de droits numériques Le directeur, Boye Adegoke, a déclaré: «À son crédit, l’administration de Muhammadu Buhari a signé des projets de loi historiques tels que Pas trop jeune pour exécuter Bill et le projet de loi sur l’invalidité."

«S'il est signé, le projet de loi sur les droits et la liberté numériques ajoutera à ce qui semble être une disposition prospective de l'administration face à l'élaboration des politiques. Ce que le président Muhammadu Buhari fera avec le projet de loi contribuera dans une large mesure à définir la disposition de l'administration vis-à-vis de la technologie et sa viabilité pour améliorer la base économique du Nigéria », a déclaré Adegoke.

Tomiwa Ilori, avocat et défenseur des droits numériques, a qualifié le projet de loi de pot-pourri de libertés protégées à l'ère numérique. «Le Nigéria sera à la veille de l'histoire en tant que premier pays à avoir adopté une loi aussi complète en matière de protection des droits de l'homme pour l'avenir. Nous avons une occasion en or de redéfinir la politique numérique en matière de droits de l'homme, nous devrions le saisir », a déclaré Ilori.

Angela Quintal, coordinatrice du programme pour l'Afrique auprès du Comité pour la protection des journalistes, a commenté l'importance du projet de loi: «Ce projet de loi montre qu'il est possible pour les gouvernements africains de rédiger des réglementations et des lois qui fonctionnent pour les journalistes, pas contre eux. Le président Muhammadu Buhari devrait prouver son engagement envers les dirigeants nigérians des droits numériques en Afrique en signant le projet de loi avant les élections du 16 février. »


Pour plus d'informations sur cette déclaration, veuillez contacter Sodiq Alabi, chargée de communication, à l'adresse media@paradigmhq.org.

La société civile s'inquiète des perturbations persistantes de l'Internet au Tchad

Par | Politique de TIC, Liberté d'Internet

La société civile s'inquiète des perturbations persistantes de l'Internet au Tchad

République du Tchad,
Gouvernement de la République du Tchad,

Nous, Organisations signataires, sommes profondément préoccupés par les multiples perturbations des services Internet au Tchad.

En effet, le 25 janvier 2018, les autorités américaines ont arrêté Internet avant les manifestations prévues par les groupes de la société civile et des syndicats du pays. Depuis mars 2018, les communications électroniques ont été fortement perturbées, ce qui a eu des conséquences sur la vie sociale des Tchadiens. Les interruptions des médias sociaux tels que WhatsApp, Facebook, YouTube et Skype ont été régulièrement entendues et visionnées par les communications entre les personnes et la liberté d'expression. En outre, Internet, les journalistes et les utilisateurs de médias ne peuvent pas communiquer avec les sources et les informations sans les outils de communication numérique.

Les signataires de cette déclaration condamnent fermement le blocage continu, volontaire ou involontaire d'Internet au Tchad; DUDH, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Charte africaine des droits de l'homme et des personnes (PIDESC), Déclaration des principes sur la liberté d'expression en Afrique et autres lois dont le gouvernement tchadien est signataire et partie. Les fermetures d'Internet entraînent également des pertes économiques pour l'économie locale, des perturbations des entreprises et d'autres activités commerciales. Selon NetBlocksUne impression de forme qui a eu un impact économique sur les fermetures d’Internet, le coût d’une journée de fermeture d’Internet au Tchad est estimé à 694 589 dollars US. C'est donc un meilleur intérêt pour les Tchadiens et le gouvernement Les Tchadiens de garder Internet Internet, afin d'éviter une hémorragie de sa propre économie et de protéger les libertés civiles.

Les signataires de cette déclaration au gouvernement tchadien de:

i) the digital network over the national network is the global network is a digital network is to a low cost cost;

(ii) respecter les droits des utilisateurs sur Internet dans le pays;

iii) Reconnaître la résolution des Nations Unies sur la promotion, la protection et la jouissance des droits de l'homme sur Internet A / HRC / 32 / L.20;

(iv) respecter la résolution 362 (LIX) 2016 de la Commission africaine sur le «droit à la liberté d'expression et d'information sur Internet en Afrique»;

(v) respecter le contenu et l'esprit de la Déclaration africaine des droits de l'Internet et des libertés;

(vi) respecter les principes de la gouvernance de l'Internet et du contrat pour le Web;

(vii) renforcer la promotion et faciliter l'accès illimité à Internet pour assurer le développement économique du pays;

(viii) réduire les prix exorbitants des communications électroniques;

(ix) respecter les normes internationales sur les droits humains en ligne et hors ligne.

Les signataires sont en train de mettre fin à toutes les violations des droits dans les pays concernés. Internet accessible de manière continue aux droits des citoyens. L'Internet.

 

Les signataires

Initiative Paradigm

Le groupe NetBlocks

AccessNow

Internet Sans Frontières

CIPESA

OpenNetAfrica

Rudi International (RDC)

PEN America

Electronic Frontier Foundation

Sassoufit Collective

PACT (Projet pour une alternance crédible au Tchad)

Ligue des blogueurs et cyber-activistes africains pour la démocratie - AFRICTIVISTES

Open Net Korea

INTIC4DEV

La fondation du World Wide Web

L'Alliance pour un Internet Abordable (A4AI)  

AfroLeadership

Organisation des clubs de jeunes pour la paix au Rwanda

Association sénégalaise des utilisateurs de TIC (ASUTIC)

AFROTRIBUNE (Aller)

 

 

Lagos, le 18 janvier 2019

Le Collectif tous pour tous pour les droits numériques Cameroun

Par | Plaidoyer, Politique de TIC, Liberté d'Internet

Le Collectif tous pour tous pour les droits numériques Cameroun organisé à Yaoundé au Cameroun le 20 octobre 2018, une session d'information sur les droits numériques. This session d'information of the president of the president of October 7, 2018.

La session de formation a été principalement animée par Rigobert Kenmogne, boursier Google, par ailleurs point focal de Paradigm Initiative au Cameroun et Afrique francophone. Il a d'abord présenté les activités de Paradigm Initiative au Cameroun ces derniers mois avec les participants sur les «instruments et les acteurs des droits numériques du pays». À propos de sa communication avec le Cameroun et son connu, son principal développement, ses instruments politiques juridiques et interagissements entre ses parties. A ces parties participantes s'ajoutent des acteurs multiformes.

Cameroon's game in the Internet session. Une action s'inscrit dans la dynamique d'un plaidoyer devant un texte de loi spécifique sur les droits numériques.

Ce projet fait partie des activités financées par Internews au Cameroun avec le soutien technique de Afroleadership. capable de répondre aux préoccupations liées aux droits numériques.

Le chef de projet, Ernest Yene, a salué la participation des journalistes, des webactivistes et des autres utilisateurs des TIC. Une reconnaissance aussi à l'endroit de l'ONG qui s'est engagée pour la promotion des droits numériques au Cameroun

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench