Catégorie

DigitalJobs

 Poste vacant: Chargé de programme, Droits numériques (Afrique de l'Est)

Par | Droits numériques, DigitalJobs, Liberté d'Internet

Paradigm Initiative (PIN) is a social enterprise that builds ICT-enabled support systems and advocates for digital rights in order to improve livelihoods for underserved African youth. Our programs include digital inclusion programs – such as the Life Skills. ICT. Financial Readiness. Entrepreneurship (LIFE) training program and the Dufuna program – and a digital rights program. PIN’s operational headquarters is in Lagos, Nigeria, and maintains digital inclusion offices across Nigeria (Aba, Ajegunle, Kano) and digital rights offices in Yaounde, Cameroon; Accra, Ghana; Abuja, Nigeria; Arusha, Tanzania and Lusaka, Zambia.

The Program Officer will lead Paradigm Initiative’s Digital Rights advocacy efforts in the East African region. She (or he) will demonstrate competence in policy intervention, research, stakeholder management, capacity building, fundraising, all focused on the Digital Rights program in the region. The ideal candidate will have great interpersonal relationship skills and will work with the Communications team to ensure publicity and adequate communication on PIN’s various activities and interventions in the region.

Signaler à:

Senior Program Manager (Digital Rights) 

Rôles et responsabilités

  • Conduct desk research concerning ICT Policy issues with focus on digital rights issues: i.e. reviewing bills, laws, policies and government action which violate digital rights in countries in East Africa, as well as incidents which violate digital rights in these countries such as but not limited to arrests for comments made online, restriction of access online, Internet content blocking/throttling/take-downs, Internet shutdowns, Net neutrality violations, enacting of legislation and policies which violate digital rights, etc.
  • Fournir une expertise et des conseils sur les politiques régionales et mondiales conformément aux meilleures pratiques internationales afin d'assurer un rendement maximal
  • Engage relevant national, regional and global institutions on digital rights issues for East Africa focused on digital rights issues such as but not limited to freedom of expression, data privacy, censorship, surveillance, etc.
  • Participer aux audiences publiques sur les politiques liées aux TIC et assurer la contribution / les contributions
  • Representing Paradigm Initiative in meetings and conferences as required
  • Help in setting up meetings between policymakers and PI to discuss such needs as may arise regarding legislation or policies that affect Internet Freedom in concerned countries.
  • Monitor digital rights violations and developments in the region and work with the team to document, communicate and seek redress for violations, where necessary
  • Producing materials for communications advocacy including but not limited to policy briefs, fact-sheets, infographics, press releases, newsletters, etc.
  • Assist in organizing and coordinating digital rights advocacy or relevant internet policy development training
  • Fund (and other resources’) mobilization for the Digital Rights program
  • Share daily news reviews and recommendations for action
  • Share relevant ICT policy updates daily on Twitter, Facebook, etc.
  • Submit weekly/monthly/final reports/event reports and others as might be requested/required by your line manager
  • Support logistics needs and assume responsibilities that may be assigned to you during events, meetings, workshop, convenings hosted by Paradigm Initiative in any part of the world.

Domaines de résultats clés

  • Train media, civil society, activists, at-risk citizens, policymakers and relevant stakeholders on digital rights in the East Africa region
  • Advocate for, and communicate around, digital rights issues in the East Africa region
  • Engage relevant national, regional and global institutions for digital rights issues in the East Africa region
  • Promote best practice policy efforts and instruments in the East Africa region
  • Mobilize funds for the Digital Rights program, especially in the East Africa region
  • Développer et mettre en œuvre des politiques qui améliorent la production et les services de l'organisation
  • Entreprendre d'autres tâches conformément aux attentes du poste
  • Be a leading voice in policy conversation in the region

Research/ Policy Analysis

  • Produce blogs on topical issues in Digital Rights in the region
  • Produce at least two country reports for the Digital Rights in Africa report
  • Author or co-author at least one policy brief in a year
  • Support other research efforts within the organization and/or with our partners
  • Host a quarterly policy review session to analyse, critique and make recommendations on relevant draft or existing legislation, policy or regulation.

Communication Strategies

  • Provide weekly social media content to the Communications team
  • Work with the Communications to commission and execute media campaigns

Stakeholder / Media Relations

  • Initiate and maintain relationship with leading digital rights defenders, policymakers, journalists/ media houses and other relevant stakeholders in the region, working with the Communications team to ensure relationships are leveraged optimally
  • In partnership with the Communications team, ensure adequate coverage of events and activities in the media

Financial Management / Sponsorship

  • Manage budget and ensure accurate financial reporting to the Finance and Assets Unit
  • Increased interest in sponsorship through a proactive grant application process

Salaries and Benefits

Commensurate with experience, plus other benefits such as health insurance, pension contributions, communication allowance, sabbatical leave, paid leave, maternity/paternity leave, dependent relative allowance and 13th-month salary.

How To Apply

Apply via this FORM (https://forms.gle/zrqmDaYoSA9wURQB7)

Deadline:

March 13, 2020 (Do apply immediately, if you are interested in the role, as applications will be reviewed as received, and candidates may be shortlisted and interviewed before the closing date.)

Resumption: Immédiatement

 

4th Industrial Revolution: Readying Africa for the emerging AI decade

Par | Droits numériques, DigitalJobs, Politique de TIC

Slowly but steadily, countries across Africa have begun preparing for the Fourth Industrial Revolution (4IR), where advances in Artificial Intelligence, Automation, Internet of Things (IoT), Cloud Computing, Robotics, 3D Printing, Nanotechnology and Advanced Wireless Technologies will radically alter the way we live, work and govern our societies. Artificial Intelligence has in particular made significant inroads in Africa, with AI enabled start-ups and other AI-focused institutions beginning to make an impact on the economy, social life and governance.

Governments in countries like Ghana, Nigeria, Kenya, Tunisia and South Africa which have made some of the most significant progress in Artificial Intelligence in Africa have been supportive of these initiatives through monetary support for AI research and development and the promotion of STEM education. Nevertheless only a few like Kenya and Tunisia have AI national strategies which can inform AI’s integration within government and public services. However for AI – a cornerstone technology of the 4IR, to make optimum impact in Africa, sweeping structural changes have to take place in the various country contexts on the continent. I explore 3 major areas below.   

Data infrastructure

Image result for Data CenterArtificial Intelligence applications which solve practical problems acquire their ‘’Intelligence’’ by learning from very large datasets. For example AI models built for facial recognition will have been fed with very large datasets consisting of thousands of human faces in order to be trained on what constitutes a human face. By this token, societies and organizations with highly developed data capture, storage and processing ecosystems are better placed to optimally benefit from advances in AI.

This puts Africa at a strategic disadvantage because Africa, like much of the Global South, is data poor. In Africa and much of the Global South, public data collection for national accounts, household and firm surveys, data collection through administrative systems such as birth records, pensions, tax records, health and census are performed infrequently, and often lack the granularity necessary to make meaningful inferences about small, sub-populations of interest. And where some data exist, they are often not in digitized, machine readable formats which can be immediately harnessed for AI applications.

Therefore, in the public sector where AI applications might have been applied for the greatest public good on the continent, the data infrastructure is sadly non-existent or severely inadequate. In a show of what’s possible in a well developed data ecosystem, the National Health Service of the United Kingdom (UK) has collaborated with Google to bring the benefits of AI to public health in the UK through schemes such as rapid detection of cancers. This rapid diagnosis is powered by training AI models with large datasets of patient data within the NHS system. 

It is not a surprise therefore that some of the most promising AI applications in Africa are almost entirely private sector driven. Private sector organizations in Africa typically have data that is collected cost-effectively, with high frequency, and at fine levels of granularity. These include data from mobile phones, electronic transactions, social media, health and fitness apps and satellites which have driven the continents advances in AI applications such as chatbots and AI virtual assistants. However for Africa to fully tap into the potential of its emerging AI economy, the next decade must be focused on developing her public data ecosystems, and possibly effectively integrating them with the private sector in ways that stimulate development and protects human rights.  

Employment and Economic shifts

Image result for employment africa technology

Experts are not unanimous on the effects of AI and automation on the future of work globally. There is a school of thought which states that the aggregate productivity gains across all economic sectors brought about by advances in AI will even out any initial job losses occasioned by AI and automation. Other prominent thought leaders describe a more sombre outlook for the future of jobs and labour. However one thing they all agree on is the outsized effect advances in AI and automation will have on the future of jobs in Africa, compared to other parts of the world.

Sub-Saharan Africa is already the world’s youngest region today with more than 60% of its population under the age of 25. By 2030, the continent will be home to more than one-quarter of the world’s total under-25 population, growing the size of its workforce by more than the rest of the world. Nevertheless, World Economic Forum data reveals that African countries are very vulnerable to job displacements occasioned by AI and automation. The statistics below illustrates the vulnerability:

  • Sub-Saharan Africa exhibits a high-skilled employment share of just 6%, a contrast to the global average of 24% as South Africa, Mauritius and Botswana lead the way in the local availability of high-skilled jobs while others, such as Ethiopia and Nigeria, maintain large proportions of workers in lower-skilled jobs – which are more susceptible to automation. 
  • From a technological standpoint, 41% of all work activities in South Africa are susceptible to automation, as are 44% in Ethiopia, 46% in Nigeria, 48% in Mauritius, 52% in Kenya and 53% in Angola. 

In light of Africa’s vulnerability to extensive job displacement possibly occasioned by AI and automation, urgent steps need to be taken to implement a bottom-up revision of curricula in schools across Africa. More than ever before, industry participation and input is needed in re-shaping learning and instruction in educational institutions to make ready a workforce for the rapidly changing workplaces of the 21st century. What has been observed so far seems more like a top-bottom approach largely led by the private sector, with the establishment of AI research centres across Africa by the global technology giants. Google opened its AI lab in Accra in April 2019, and the Africa Institute for Mathematical Sciences was established in Kigali Rwanda in 2016 to provide high level manpower in AI and machine learning for Africa.

A more deliberate bottom-up approach will require governments to fashion out policies which respond to the changing nature of employment on the continent, setting the agenda for decades ahead. Implementing this policy might involve tactical steps like investing more in STEM education right from primary, secondary or tertiary education levels. Nevertheless any action needs to flow from deliberate policy which guides government efforts, rather than uncoordinated, knee-jerk government responses to the problem.   

Human Rights and Accountability

Related image

All over the world, developments in AI have outpaced human rights considerations in the design and implementation of these systems. Only belatedly have corporations at the forefront of AI development given serious thought to human rights and accountability in the implementation of AI systems, often in response to pressure from civil society. Both by design and function, AI systems have the potential to hurt human rights, and I explore two areas in the African context where AI systems can do the greatest hurt to human rights.

Data privacy abuses are among the most important ways AI systems can be used to hurt human rights. AI systems need to be trained on massive amounts of data in order to function effectively, and in Africa where only about 23 countries have data protection laws, and even fewer (9) have data protection authorities, it is easy to see the potential for data privacy abuses for AI applications which interface with personal identifiable data of citizens, not least financial and health information.    

Another outlet for human rights violations comes in the shape of the roll-out of facial recognition technology across major cities on the continent. In response to a report by the Wall Street Journal which asserted that Huawei technicians had helped intelligence officials in Uganda to spy on their political opponents, Ugandan police confirmed that the technology company Huawei is rolling out a massive surveillance system that uses facial recognition and other artificial intelligence software to fight crime in the country. Opposition figures within the country are concerned this capability could be used to identify and target demonstrators and opposition figures ahead of the 2021 polls. Similarly, in April 2018, Chinese AI firm CloudWalk signed a deal with the government of Zimbabwe to help build a mass facial recognition system. The AI facial recognition system in use in the Ugandan capital is part of Huawei’s ‘’Safe City initiative’’. This technology is already replicated or will soon be replicated in Kenya, Botswana, Mauritius and Zambia. While the deployment of technologies such as these can be useful in curbing crime, they could also become instruments of oppression in the hands of repressive regimes.

Globally, there is also a growing adoption of AI applications for recruitment of human resources, credit scoring and even in criminal justice administration. These critical decision-making roles which were once the exclusive preserve of humans have huge consequences for those affected by their decisions.The greatest concern with the deployment of these systems is the bias inherent in the algorithms underlying the AI, which are usually trained with data which excludes members of a population. This leads to decisions and outcomes which further exacerbates marginalization.

A high profile example were reports in 2019 which suggested that Apple card, a credit card created by Apple and developed by Goldman Sachs, was seemingly biased against women by giving them less favourable credit limits compared to men. Another concern is the opacity surrounding these AI systems. Citing trade secrets or confidentiality of patents, owners of these AI systems are reluctant to share the source code powering these algorithms. Before these systems or their variants become widely adopted in Africa, policies which protect human rights must be in place to protect the vulnerable and marginalized.

To benefit from AI, Africa must shore up the gains of the 2IR and 3IR        

More African countries need to join countries like Kenya and Tunisia in having AI national strategies which drives coordinated national efforts towards AI development. Furthermore, in addition to solidifying the policy landscape around data infrastructure, digital skills and human rights protection, in order for Africa to benefit optimally from advances in AI which is a keystone technology of the Fourth Industrial Revolution (4IR), there must be a recognition that the 4IR is only a continuum of the 2IR and 3IR.

The countries which have benefited the most so far from the 4IR are those which have continuously invested and improved on the foundational infrastructructure underpinning the 2IR and 3IR – stable electricity, efficient mass transportation (e.g. efficient rail systems) and reliable and fast broadband access, amongst others. As of today, electricity supply et Internet access in Africa is non-existent for large segments of the population, or provided inadequately where existent. Without access to basic, foundational infrastructure like excellent power and broadband, Africa’s 4IR development will be stymied. However, with continuous investments in these sectors as well as new technologies of the 4IR such as AI, Africa might as well turn a corner, and begin a new chapter of development the continent has never seen.  

The author, Babatunde Okunoye is a research officer at Paradigm Initiative.

   

 

Vacancy: Chief Operations Officer

Par | DigitalJobs

Paradigm Initiative (PIN) is a social enterprise that builds ICT-enabled support systems and advocates for digital rights in order to improve livelihoods for underserved African youth. Our programs include digital inclusion programs – such as the Life Skills. ICT. Financial Readiness. Entrepreneurship (LIFE) training program and the Dufuna program – and a digital rights program. PIN’s operational headquarters is in Lagos, Nigeria, and maintains digital inclusion offices across Nigeria (Aba, Ajegunle, Kano) and digital rights offices in Cameroon, Democratic Republic of Congo, Ghana, Tanzania and Zambia.

The Chief Operations Officer will oversee administration across offices and lead PIN’s operations on the continent including strategy development, research, writing, media representation, program alignments, co-fundraising (with the Executive Director) and advocacy. The ideal candidate will have a lot of experience in the social sector and a strong understanding of local or grassroots organizations and movements in African countries. She (or he) will demonstrate expertise in digital rights and inclusion programs and processes.

Rôles et responsabilités

  1. Administration
  • Identify new funding opportunities in the countries in which we work and work with managers and team members, as may be required to make sure that every income-earning opportunity that comes our way is utilized maximally
  • Preparation of grant proposals and initiating fundraising activities to ensure the availability of resources for all programs
  • Overseeing the delivery of administrative functions by the Human Resources Manager, Finance Manager and Communications Manager
  • Attending meetings and representing the organization at functions that align with PIN’s core values and mission
  • Building and maintaining high-quality relationships and communications with partners, donors, funders, and other partners
  • Actively promoting the organization’s programs, projects, and services
  1. Program Management
  • C0-designing, co-development, supervision, and evaluation of programs at Paradigm Initiative
  • Leading staff and assure the highest quality program outputs
  • Conducting periodic technical reviews of programs, providing feedback to ensure projects are following or advancing best practices, achieving expected targets, meeting beneficiary and donor expectations, and achieving the objectives set in the strategic management plan
  • Providing thought leadership thereby expanding Paradigm Initiative’s technical reputation, while following and engaging in relevant technical dialogue within the industry
  • Compiling and maintain reports on the monthly, quarterly and annual program activities
  • Analyzing trends in programs, identifying issues, developing and recommending solutions to the Executive Director
  • Supporting the cultivation and strengthening of institutional relationships with donors, partner organizations and other collaborators in the international development arena
  • Building and maintaining high-quality relationships and communications with partners and other stakeholders

Qualifications, Knowledge, Skills, and Abilities

  • Advanced degree in Business Administration in the Social Sector, Public Administration, International Affairs, Political Science, or related areas
  • 10-15 years’ experience within social sector organizations, with at least 5 of those in a senior managerial role
  • Experience working with, or a strong understanding of, local or grassroots organizations and movements in African countries
  • Work experience in Central, East, Southern or West Africa
  • Significant demonstration of project leadership and management experience
  • Proven ability to think analytically and plan strategically, including setting objectives and identifying and capitalizing on opportunities for PIN’s work
  • Poise, flexibility, discretion, and mature judgment to handle and respond appropriately and professionally in stressful circumstances
  • Well organized, self-motivated, and able to conceptualize and implement programs and work as part of a team
  • Creative thinking and an ability to develop new lines of work, whether in new countries or particular thematic issues
  • Excellent leader (leads by example) and skills developer, particularly with remote staff
  • Outstanding research, analysis, communication and writing skills
  • Fluency in English is required, working knowledge of French is a major advantage
  • A sense of humor, passion for people and ability to not take yourself too seriously

Salaries and Benefits

N 7,856,894.73 p/a (gross) plus other benefits such as health insurance, pension contributions, communications allowance, sabbatical leave, paid leave, maternity/paternity leave, dependent relative allowance and 13th month salary.

How To Apply

Please submit a cover letter, resume, and the contact information for three references to leadership@paradigmhq.org. Please use “Chief Operations Officer” and your name as the subject of your eMail (for example, “Chief Operations Officer_Chabota Siliko”). Only complete applications will be reviewed and due to the usual volume of applications, we may only be able to contact shortlisted candidates.

Deadline: 22nd February, 2020 (Applications are reviewed as they roll in, kindly apply before the deadline).

Remarque: There is a possibility of immediate resumption for role.

L'initiative Paradigm organise un atelier sur les droits numériques au Cameroun

Par | DigitalJobs

Paradigm Initiative, en partenariat avec Internews, organisera deux ateliers de renforcement des capacités pour les organisations de la société civile travaillant sur les droits de l'homme et les droits numériques dans les régions anglophones et francophones du Cameroun. L'atelier se tiendra du 2 au 5 mai 2018

Les principaux objectifs de ces ateliers pour la première phase sont de sensibiliser les organisations participantes aux droits de l'Internet et aux questions de politique d'Internet; fournir aux participants des compétences en matière de plaidoyer pour mobiliser les principales parties prenantes dans tous les secteurs; mobiliser leur engagement à promouvoir et défendre les droits numériques au Cameroun.

Ces ateliers sont organisés par Paradigm Initiative en partenariat avec Internews, une ONG internationale basée aux États-Unis. Cette formation bénéficie également du soutien de l'Afroleadership et du Centre pour l'éducation des jeunes et le développement économique (CYEED), partenaires locaux de l'événement.

Après ceux organisés dans d'autres pays africains, cette formation s'inscrit dans la volonté de Paradigm Initiative de renforcer les capacités des organisations africaines sur les questions de droits numériques pour leur permettre de défendre efficacement la liberté d'expression et les autres défis des droits humains sur le continent.

Selon la Déclaration sur les droits et libertés de l'Internet et la Déclaration sur la gouvernance de l'Internet, la plupart des pays africains manquent de mécanismes importants pour encourager la participation inclusive des citoyens et des parties prenantes au processus de mise en œuvre des politiques Internet et des droits numériques.

Ces ateliers de formation sont organisés pour approfondir les connaissances des participants des régions du Nord-Ouest, de l'Ouest et du Centre du Cameroun. Un total d'environ 30 participants seront équipés sur les sujets des droits numériques avec des stratégies participatives pour engager les parties prenantes aux niveaux local, national, régional et international.

Paradigm Initiative est une entreprise sociale qui construit un système de soutien basé sur les TIC et défend les droits numériques afin d'améliorer les moyens de subsistance des jeunes mal desservis. Nos programmes comprennent des programmes d'inclusion numérique - tels que les compétences de vie. TIC. Préparation financière. Entrepreneuriat (LA VIE) programme de formation et Techtiaire programme - et un programme de droits numériques. Grâce à nos bureaux au Nigeria (Aba, Abuja, Ajegunle, Kano, Yaba) et Yaounde Cameroun, nous travaillons à connecter les jeunes mal desservis avec des moyens de subsistance améliorés grâce à nos programmes d'inclusion numérique et de droits numériques. Paradigm Initiative travaille avec des experts de l'Est, de l'Ouest Afrique australe et centrale. Paradigm Initiative travaille depuis près de 10 ans sur les droits numériques en Afrique avec le soutien de partenaires locaux, nationaux et internationaux.

Internews est une organisation internationale à but non lucratif créée en 1982, avec des bureaux en Californie, à Washington DC et à Londres, ainsi que des centres régionaux en Afrique, en Asie, en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Amérique du Nord. Internews travaille depuis plus de 40 ans dans plus de 100 pays avec des partenaires locaux pour construire des centaines d'organisations durables, renforcer les capacités de milliers de professionnels des médias, militants des droits humains et entrepreneurs de l'information.

 

Paradigm Initiative à RightsCon

Par | DigitalJobs

L'initiative Paradigm participe à RightsCon 2018 à Toronto, Canada. RightsCon tient du 16 au 18 mai 2018. Boye Adegoke, directrice du programme des droits numériques (Afrique anglophone), Tope Ogundipe, directrice des programmes, et Gbenga Sesan, directrice générale de Paradigm '

Ci-dessous sont les trois sessions que nous organisons pour aider à poursuivre la conversation et la coopération sur les questions de droits numériques.

A- Session 47: Secrétariat des droits numériques de l'Afrique: Net Rights Africa Coalition et ses perspectives

Rendez-vous amoureux: 17 mai

Temps: 16:00 – 17:00

Lieu: Salle 201A

Haut-parleurs: Sanja Kelly (Maison de la liberté), Sheetal Kumar (Partenaires mondiaux numériques), Julie Owono (Internet Sans Frontières), Gbenga Sesan, Michael Moss (MLDI) et  Henry Maina (Article 19)

Modérateur: Tope Ogundipe

Synopsis: La Coalition Net Rights Africa, qui était à l'origine une solution au problème des droits numériques au Nigéria en élaborant le projet de loi numérique sur les droits et la liberté numériques pour le Nigeria, a maintenant échelonné l'Afrique pour reproduire ses réussites dans les régions. En faisant plus de ce qu'elle a fait dans le passé, la Coalition cherche à reconnaître les défis majeurs des droits numériques dans les régions africaines et à travailler avec un groupe d'experts pour les résoudre. La Coalition est également actuellement utilisée comme source d'alimentation pour le rapport annuel sur le statut des droits numériques en Afrique.

Cette session vise à rassembler de grands experts sur les questions de droits numériques en Afrique et les amener à discuter de la manière de faire de cette Coalition une réalité et un succès plus grands.

 

B- Séance 45: Choix électoraux et intelligence artificielle: la nécessité d'une collaboration transnationale en Afrique

Rendez-vous amoureux: Jeudi 17 mai

Temps: 17:15 – 18:15

Lieu: Salle 204C

Modérateur: Adeboye Adegoke 

Speakers: Grace Githaiga (KICKTANet), Grace Bomu (KICKTANet), Henry Maina (Article 19), Titi Akinsanmi (Google).

Modérateur. Adeboye Adegoke (Initiative Paradigm)

Synopsis: Cette session se concentrera sur l'intersection de la participation civique, des algorithmes / intelligence artificielle et des droits de l'homme. La modélisation est devenue un identifiant clé des résultats, en particulier en ce qui concerne l'apprentissage automatique. Avec l'énorme échange de données en Afrique et sans aucun moyen de mesurer la responsabilité, on dit que ces modèles ouvrent à plusieurs manipulations et même à la sélection de choix prédéterminés de citoyens surtout pendant l'exécution de l'obligation la plus civique de tous - le vote. Plusieurs éléments de preuve indiquent ces faits dans le passé en ce qui concerne les élections américaines, le processus du Brexit au Royaume-Uni et, plus récemment, au Kenya. L'accent sera mis sur l'Afrique en tant que terrain vierge et sur la manière de protéger ce terrain contre la perversion probable des technologies au détriment des populations.

 

C- Session 46: Plaider les fermetures d'Internet en Afrique: Identifier les lignes floues et les feuilles de route:

Rendez-vous amoureux: Vendredi 18 mai

Temps: 09:00 – 10:15

Lieu: Chambre 205C

Haut-parleurs: Titi Akinsanmi (Google), Padraig Hughes (Initiative de défense juridique des médias), Peter Micek (Accès immédiat) et Gbenga Sesan (Initiative Paradigm)

Modérateur: Boye Adegoke (Initiative Paradigm)

Synopsis: Cette table ronde abordera la prolifération des cas où les États ont bloqué ou partiellement restreint l'accès à Internet, et les stratégies de la société civile pour contester les fermetures d'Internet en utilisant des litiges devant les tribunaux nationaux et régionaux.

**
Outre ces sessions, les membres de notre équipe participeront également à d'autres sessions. Vous pouvez suivre @ParadigmHQ sur Twitter pour une mise à jour régulière de nos activités à RightsCon.

Appel à candidature: Participation entièrement sponsorisée au Forum sur la gouvernance de l'Internet au Nigeria 2018

Par | DigitalJobs, TIC

Paradigm Initiative a le plaisir d'annoncer ses bourses entièrement financées au Nigerian Internet Governance Forum 2018.  

La bourse est ouverte à tous les étudiants de premier cycle dans leur avant-dernière année (année précédant la dernière année), quel que soit le domaine d'études.

Les boursiers sélectionnés seront parrainés pour assister au Forum sur la gouvernance de l'Internet au Nigéria 2018 à Abuja en juillet 2018. La bourse couvrira le vol, l'hébergement et les indemnités journalières.

La sélection sera basée sur les critères suivants:

  1. Intérêt marqué pour les questions de politique des TIC en général et pour les droits numériques en particulier
  2. Volonté de terminer un projet de fin d'année en rapport avec les droits numériques, quel que soit le domaine d'étude et l'angle (juridique, technique, social, etc.) de l'approche des questions pertinentes
  3. Disponibilité pour voyager vers et depuis Abuja entre le 1er et le 4 juillet 2018

Les boursiers qui consacrent leur thèse de fin d'année à un problème de droits numériques peuvent également être soutenus par Paradigm Initiative dans leur recherche.  

Si vous souhaitez obtenir l'un des cinq (5) créneaux de bourses, procédez comme suit:

  1. Enregistrez une vidéo de 3 minutes de vous-même sur ce que «Digital Rights» signifie pour vous en tant que jeune Nigérian.
  2. Téléchargez la vidéo en ligne et partagez sur les réseaux sociaux, en utilisant le hashtag # NIGF18withPI, et copiez @ParadigmHQ
  3. Remplissez ce formulaire et assurez-vous d'inclure le lien vers votre vidéo: http://bit.ly/PInigf

 

Vous devez effectuer les trois étapes ci-dessus avant 12 minuit 15 juin 2018, quand la compétition se terminera. Veuillez noter que les demandes après cette date limite ne seront pas prises en compte.   

Poste vacant: Google Policy Fellow, Afrique de l'Est / Afrique australe

Par | DigitalJobs

Position annoncée

Google Policy Fellow, Afrique de l'Est / Afrique australe

Résumé

Paradigm Initiative recrute pour combler un poste vacant de chercheur Google Policy dans l'organisation. Le boursier travaillera sur le programme de droits numériques de l'Initiative Paradigm, en mettant l'accent sur l'Afrique orientale et australe. La bourse durera six mois de mai 2018 à novembre 2018.

Le boursier aura l'occasion de travailler sur les politiques de droits numériques, la politique de large bande et d'accès, la réglementation du contenu, le droit d'auteur et la créativité, la protection des consommateurs, la transparence gouvernementale, la sécurité des données, l'innovation.

Le boursier dirigera l'initiative Paradigm Magoyi programme (axé sur les droits numériques) en Afrique orientale et australe, avec un fort accent sur la communication et le plaidoyer; entraînement; engagement des parties prenantes; recherche et publications; et politique.

Gestionnaire de ligne

Directeur des programmes

Rôles et responsabilités

  • Fournir une expertise et des conseils sur les politiques régionales et mondiales conformément aux meilleures pratiques internationales afin d'assurer un rendement maximal
  • Participer aux audiences publiques sur les politiques liées aux TIC et assurer la contribution / les contributions
  • Surveiller les violations des droits numériques dans la région et travailler avec une équipe pour documenter, communiquer et demander réparation pour les violations, le cas échéant
  • Mobilisation du Fonds (et d'autres ressources) pour Droits numériques programme
  • Établir, gérer, maintenir et examiner les programmes et les opérations
  • Élaborer stratégiquement des politiques clés qui améliorent la croissance et le développement organisationnels
  • Engager les institutions nationales, régionales et mondiales pertinentes sur les questions de droits numériques pour l'Afrique de l'Est et australe
  • Prendre des décisions qui favorisent les normes procédurales de l'organisation
  • Diffuser des informations sur les questions de droits numériques et prendre des initiatives sur les nouvelles tendances afin d'ajouter de la valeur à l'organisation
  • Examiner, surveiller et évaluer systématiquement les politiques qui soutiennent la croissance et le développement
  • Mener des recherches sur les politiques et les normes de procédure afin d'atteindre les buts et les objectifs
  • Gérer et optimiser la production et la performance des équipes, le cas échéant
  • Planifier et élaborer des politiques qui favorisent l'équité, la transparence et la responsabilisation

 

Qualifications et compétences

  • Diplôme en droit, en politique publique, en administration publique ou dans un corpus de connaissances pertinent, avec une expérience pertinente
  • Connaître les droits numériques et les politiques / tendances actuelles qui favorisent la croissance et le développement liés aux TIC
  • Expérience de la planification des politiques, de la recherche, de la mise en œuvre, du suivi du programme et de l'évaluation des programmes

Domaines de résultats clés

  • Former les médias, la société civile, les activistes, les citoyens à risque, les décideurs politiques et les parties prenantes concernées par les droits numériques dans la région de l'Afrique de l'Est / australe
  • Promouvoir et communiquer autour des questions relatives aux droits numériques dans la région Afrique de l'Est / Afrique australe
  • Engager les institutions nationales, régionales et mondiales pertinentes pour les questions de droits numériques dans la région Afrique de l'Est / Afrique australe
  • Promouvoir les efforts et les instruments de politique des meilleures pratiques dans la région Afrique de l'Est / Afrique australe
  • Achever la recherche pertinente et la publication des notes d'orientation, des rapports, des blogs, des articles, etc. opportuns pour les questions de droits numériques dans la région de l'Afrique de l'Est / australe
  • Mobiliser des fonds pour le Droits numériques programme, en particulier dans la région de l'Afrique orientale et australe
  • Analyse périodique et revue des politiques, stratégies et procédures
  • Développer et mettre en œuvre des politiques qui améliorent la production et les services de l'organisation
  • Entreprendre d'autres tâches conformément aux attentes du poste

Détails de la demande

Remplissez l'application ici le ou avant le 15 avril 2018. Veuillez noter que ce poste est ouvert uniquement aux candidats de la région Afrique de l'Est / Afrique australe.

Poste vacant: Agent de programme (Projet de vérification des faits concernant les élections)

Par | DigitalJobs

Titre du poste: Agent de programme (Projet de vérification des faits concernant les élections)

Durée du projet: 1er mai 2018 - 30 avril 2019

Comme les fausses nouvelles en ligne deviennent une menace sérieuse, les amoureux de la liberté d'expression doivent les combattre avant que les ennemis de la liberté d'expression s'en servent comme d'une excuse pour restreindre le droit des citoyens à la liberté d'expression en ligne. À cette fin, Paradigm Initiative collabore avec le Premium Times Center for Investigative Journalism pour tirer parti Dubawa, une plate-forme de vérification des faits, pour démystifier les fausses nouvelles et la propagande pendant la prochaine saison électorale, assurant ainsi que seules les nouvelles factuelles prospèrent en ligne et que les citoyens soient en mesure de prendre des décisions éclairées.

Paradigm Initiative, par conséquent, cherche un agent de programme pour gérer ce projet crucial. L'agent de programme est responsable de la gestion des relations avec les partenaires et de la supervision de la mise en œuvre du projet dans son intégralité. Il / elle devra également:

  • Gérer les rapports narratifs, les budgets et les rapports financiers du projet
  • Gérer une équipe de bénévoles qui travaillerait avec elle sur le projet
  • Travailler en étroite collaboration avec les membres de l'équipe pour identifier et développer de nouveaux partenariats et activités stratégiques.
  • Identifiez régulièrement les fausses nouvelles avec les conséquences pour les élections de 2019 et élaborez des articles bien écrits, basés sur la recherche, pour les démystifier
  • Utilisez les outils de l'infographie, des vidéos courtes, des illustrations, etc. pour faire avancer la cause du projet
  • Diriger les efforts de plaidoyer contre les fausses nouvelles lors des élections de 2019
  • Travailler avec les médias traditionnels et en ligne pour identifier les fausses nouvelles et tirer parti de leurs plates-formes pour neutraliser l'effet de ces nouvelles fausses
  • Organiser des événements avec des politiciens et des décideurs de haut niveau présents pour répondre aux fausses nouvelles et à la propagande liées aux élections
  • Représenter l'initiative Paradigm dans des émissions de télévision, des conférences, des événements pour discuter du projet

Qui devrait postuler?

  • Toi appréciez l'excellent journalisme; le consommer et le produire
  • Toi sont préoccupés par l'impact négatif de fausses nouvelles et sont prêts à faire quelque chose à ce sujet
  • Vous aimez le plaidoyer et avez de l'expérience dans la conduite d'un projet de plaidoyer réussi, ou du moins en étant un élément important
  • Vous pouvez et vous écrivez régulièrement, avec des preuves de votre écriture sur les principales plateformes médiatiques
  • Vous avez de l'expérience en journalisme
  • Vous avez une capacité testée à s'engager dans une recherche de qualité, à la fois bureau et terrain
  • Vous avez un bon nez pour identifier les conneries simples ou désodorisées
  • Vous avez un oeil vif pour les détails
  • Vous avez de l'expérience dans la gestion, le développement ou le soutien de programmes
  • Vous avez de l'expérience dans le développement et la gestion des efforts de suivi et d'évaluation
  • Vous avez démontré des compétences interpersonnelles
  • Vous avez d'excellentes compétences en communication: parler, écrire et écouter.
  • Vous maîtrisez parfaitement les outils numériques et l'utilisation des médias sociaux

Application

Intéressé? Rempli le formulaire de demande le ou avant le 15 avril 2018. Seuls les candidats présélectionnés seront contactés pour la séance d'entrevue. Le candidat qualifié sélectionné reprendra immédiatement.

Appel à la bourse de recherche Paradigm Initiative Media 2018

Par | DigitalJobs

L'initiative Paradigm Digital Fellowship est un programme de 5 mois conçu pour immerger les journalistes en début de carrière dans les droits numériques et le plaidoyer pour l'inclusion numérique - et les efforts d'intervention - en Afrique. Les journalistes sélectionnés travailleront avec l'Initiative Paradigm sur divers projets et contribueront à améliorer la compréhension publique des droits numériques et des questions d'inclusion.

Composantes de la bourse

  • Formation de 2 jours sur l'orientation et les droits numériques / inclusion
  • Résidence de deux semaines dans les bureaux de Paradigm Initiative au Nigeria. Le boursier se rendra au siège de Yaba, au centre Aba LIFE, au bureau d'Abuja, au centre Ajegunle LIFE et au centre Kano LIFE
  • Collaboration virtuelle de 4 mois avec l'initiative Paradigm
  • La bourse peut également inclure des voyages locaux et internationaux entièrement financés pour participer et couvrir des événements pertinents
  • Interaction avec les principales parties prenantes dans la défense des droits numériques

Attentes  

  • Les boursiers devront participer à toutes les activités prévues
  • Les boursiers seront tenus de publier, dans leurs journaux ou magazines affiliés, au moins douze rapports sur les droits numériques et les questions d'inclusion pendant la période de la bourse. Les membres conserveront une direction éditoriale complète sur les histoires
  • Les boursiers devront continuer à couvrir les droits numériques et les questions d'inclusion après leur bourse.
  • L'initiative Paradigm offrira aux boursiers une allocation mensuelle et une subvention de recherche unique pendant la période de la bourse.

Qui peut postuler?

  • La bourse est ouverte aux journalistes affiliés aux principaux journaux imprimés et en ligne en Afrique
  • Les candidats intéressés doivent démontrer une couverture antérieure des droits de la personne et / ou des questions techniques et de l'intérêt pour le journalisme de plaidoyer
  • Les candidats intéressés ne doivent pas avoir passé plus de dix ans dans le journalisme. Nous sommes particulièrement intéressés par les journalistes exceptionnels et en début de carrière

comment s'inscrire

Remplissez le formulaire de demande ici: https://bit.ly/2rf7OSk

 

Date limite: le 30 mai 2018.

La bourse se déroulera de juillet à décembre 2018.

Les parties prenantes tiennent une table ronde sur les droits numériques et l'engagement à Lagos  

Par | #PINternetFreedom, DigitalJobs, Politique de TIC

L'engagement numérique efficace des organismes gouvernementaux reste une grande priorité pour le gouvernement fédéral en raison de son immense potentiel, tel était le point de vue de Tolu Ogunlesi, chef de la présidence du bureau de l'engagement numérique (PODE). M. Ogunlesi a pris la parole lors d'une table ronde sur les droits numériques et l'engagement numérique organisée par Paradigm Initiative, Facebook et PODE.

La table ronde, qui s'est tenue le 22 février à Lagos, a réuni des acteurs des agences gouvernementales, du secteur privé et de la société civile. Il a fourni une atmosphère attrayante pour un débat animé sur les questions affectant la liberté de l'internet et l'engagement numérique des agences gouvernementales au Nigeria. Les questions abordées à la table ronde comprennent la protection et la protection des données, l'application de la loi, la diffamation, les fausses nouvelles et l'engagement numérique du gouvernement. La table ronde a suivi la première édition tenue à Abuja l'année dernière.

S'exprimant lors de la table ronde, le directeur exécutif de l'initiative Paradigm, Gbenga Sesan a souligné la nécessité d'une conversation continue entre les parties prenantes du secteur privé, la société civile et le gouvernement sur les questions de droits numériques au Nigeria. Il a dit: «Les questions de droits numériques sont trop importantes pour notre démocratie et il est essentiel que nous engagions une conversation avec les agences de sécurité et les fonctionnaires sur la façon de garantir la liberté des personnes en ligne tout en protégeant la nation et les citoyens.

Dans son allocution, Akua Gyeke, responsable de la politique publique pour l'Afrique de Facebook, a déclaré: "Facebook est une plate-forme importante pour la conversation politique au Nigeria, et nous sommes heureux d'en faire partie. Facebook se consacre à la sécurité des personnes en ligne, favorise la civilité et un comportement responsable et encourage la libre expression et le partage. "

Tolu Ogunlesi, qui a dirigé la conversation sur une proposition de politique d'engagement numérique pour le gouvernement fédéral, a déclaré que son bureau travaillait dur pour créer des normes d'engagement numérique qui guideraient tous les bureaux gouvernementaux dans leur utilisation des outils numériques pour assurer une communication efficace avec le public.

"Il n'y a actuellement aucune politique de médias sociaux pour le gouvernement fédéral. Cela est compréhensible car l'utilisation des médias sociaux est relativement nouvelle dans le cercle gouvernemental. Mais cette situation a conduit à des incohérences dans la manière dont les administrations publiques utilisent les médias numériques. Nous travaillons actuellement à la création d'une politique d'engagement numérique pour le gouvernement fédéral. Il fournira des directives sur les plates-formes à utiliser, l'administration des comptes, le logo et la norme de nommage, les politiques éditoriales, le système d'archivage, le processus de contenu et la gestion, entre autres.

Anselm Ozioko, de la Commission des crimes économiques et financiers, représentant le président par intérim de la Commission et le directeur par intérim du brigadier général de l'information, John Agim, a présenté les points de vue de la sécurité nationale et de l'application de la loi. Les autres participants sont Chioma Okee-Aguguo représentant le PDG de l'Agence nationale de développement des technologies de l'information, Olufemi Fadare de la Commission nationale de gestion de l'identité, Olusola Teniola, président de l'Association des sociétés de télécommunication du Nigeria (ATCON), Edet Ojo, directeur exécutif de Media Rights Agenda .

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench