Catégorie

Droits numériques

Le Parlement tanzanien adopte des amendements qui portent atteinte aux droits numériques malgré le rejet des organisations de la société civile

Par | Droits numériques, Communiqué de presse

On June 27, 2019 the Tanzanian parliament passed into law amendments to the Written Laws despite pushback from civil society and human rights defenders. The Written Laws (Miscellaneous Amendments No. 3 of 2019) Bill was made public on June 19 under a “certificate of urgency” to speed up its passage. The discussions concerning the bill began in Parliament on June 21, 2019. Members of civil society raised their concerns over the short notice to provide feedback on the Bill on the morning of June 21. ‘Gbenga Sesan, the Executive Director of Paradigm Initiative, a digital rights organisation working in the region, stated that “Civil Society Organizations (CSOs) urged that if this bill was to be passed it would restrict the right to freedom of expression, assembly and association, placing impermissible restrictions on civil society organisations’ operations’’.

The laws proposed to be amended included the Non-Governmental Organisations Act 2002 (NGOs Act), Society Act, Trustees and Incorporations Act and The Companies Act 2002 among others. These four laws are among the main laws which govern Civil Society Organizations (CSOs) in Tanzania hence raising concerns over whether this was targeted as well as the previous laws to further compress democracy in Tanzania. Tope Ogundipe, Director of Programs Paradigm Initiative, noted, “On June 21 and 22, 2019, some CSOs managed to submit their views before Parliamentary committees in Dodoma. However yesterday the Parliament passed it with only a handful of recommendations being carried forward’’.

The role of Civil Society in fostering development and protecting human rights can not be underestimated. CSO’s have not only provided jobs but have contributed to positive development in various sectors of the economy and wellbeing of the nation. In a statement issued by the Tanzania Human rights defenders coalition (THRDC) along with over 300 other CSO’s, the urgency of passing this bill did not give reasonable time for the public to comprehend the implications of such a law. In attempts to push back, movements such as Change Tanzania published an online petition to collect signatures to lobby the parliament to give more time for comments before passing. However despite collection of over 900 signatures in a span of two days, the petition fell on deaf ears.

There are some positive aspects to the amendments such as the Statistics Act now giving room for due process, as well decriminalizing publishing of statistics data. However, the National Bureau of Statistics still has the final say on the approval of statistics. A post on Instagram by THRDC said that “The government has agreed to put in place procedures for compliance for companies and NGO’s, make amendments to the definition of NGO, Amendments of section 26 which was to give the registrar powers to suspend an NGO Pending determination by the board and monitor and evaluate NGO’s on a quarterly basis’’. Other sections include section 27 and 28 which covers deregistration of NGO’s which fail to comply within the time frame of 2 months. However, it is still unclear which of the specific recommendations from stakeholders have been taken into account when making amendments under the provisions highlighted.

The Executive Director of Paradigm Initiative, ‘Gbenga Sesan, added, “The country has passed a series of oppressive laws in a short span of slightly over a year when they first released the changes to the Electronic and Postal Communications Act (EPOCA) in March last year’’. This was followed by amendments to the Statistical Act and then the Political Parties Act that was passed earlier this year as well, not giving enough time for concrete responses from stakeholders. While the county is approaching elections, the role of civil society at this crucial time is jeopardized.

For the citizens of Tanzania there’s no safe space both offline and online. With content online subject to fall under the Cybercrime Act or seen as a violation of EPOCA there’s no room to express views. With the coming in of such new laws Civil society that have been working towards seeking redress and legal strategies to protect human rights including digital rights are left exposed.The role CSO’s have of building communities of trust both offline and online and keeping citizens engaged in matters of direct concern via media and other means will also be challenged. The possibility of some NGOs failing to comply with new laws will make the struggle to protect civic spaces an even more challenging battle.

This law that was just passed will join the other laws such as the EPOCA, Political Parties Act and Cybercrime Act that have established clear boundaries and leave little room to hold the government accountable and to criticize it. Tope Ogundipe, Director of Programs at Paradigm Initiative continued, “We urge that proactive measures be taken to protect the existence of vibrant civil societies that play a role in creating peaceful and equal societies. We implore the government of Tanzania to ensure the stability and openness of democratic and civic spaces in Tanzania by respecting and protecting the role of civil society as a key player in the promotion of democratic ideals”.

Paradigm Initiative envoie une demande d'accès à l'information à la NCC sur les nouvelles dispositions de surveillance du Nigéria

Par | Droits numériques, Communiqué de presse

Paradigm Initiative has asked the Nigerian Communications Commission (NCC) to provide it with information on its role in Nigeria’s surveillance and interception programmes. Relying on the Freedom of Information Act 2011, the pan-African Digital Rights and Digital Inclusion organization is requesting information on the role the regulatory agency plays in enabling law enforcement in Nigeria to carry out communication surveillance and interception of communications in the discharge of their duties. 

In a copy of the request sent to NCC and seen by this media house, the organization has, among other requests, asked NCC to disclose what measures it has in place to ensure that government does not abuse communication surveillance and interception of communications to target political opponents and critics, among others. It also asked the Commission to disclose the regulatory framework under which communication surveillance and interception of communications is being carried out in Nigeria. 

Speaking on the request, Adeboye Adegoke, Program Manager, Digital Rights, Anglophone West Africa at Paradigm Initiative, says “this is not the first time Paradigm Initiative is engaging the Nigerian government on its communications surveillance and interception activities. Our goal remains to ensure that surveillance is accountable and transparent. We are equally excited by the prospects of technology to help law enforcement fight criminality, but we are at the same time wary of how such technology can serve as a tool in the hands of the incumbent to abuse citizens’ right to privacy or spy on the opposition and critics of government’’.

On what triggered this latest request, Paradigm Initiative’s Director of Programs, Tope Ogundipe, said, “In a Bill recently signed into law by President Muhammadu Buhari, the Nigerian Government will henceforth allow foreign governments to spy on and intercept the communications of Nigerian citizens.” The Mutual Assistance in Criminal Matters Law makes provision for Nigeria to assist foreign governments to carry out surveillance and intercept communications of suspects during criminal investigations. “The Nigerian Government can no longer deny it has the capacity to carry out communications surveillance and interception, it would be great to see what safeguards are in place around this, given the dangerous dimensions it can take”, Ogundipe concluded.

The Nigerian Communications Commission (NCC) has seven days within which it must respond to the request according to the Freedom of Information Law 2011.

Appel à candidatures: Ateliers régionaux sur les droits numériques / Appel à Candidatures: Ateliers Régionaux sur les Droits Numériques

Par | Droits numériques

Paradigm Initiative will host two Digital Rights Workshops in Anglophone West Africa and Francophone Africa in October 2019. These workshops will be focused on understanding and navigating the policy and regulatory landscape related to digital rights and security, as well as learning advocacy and engagement strategies for those who work or are interested in promoting and defending human rights online in Africa.

The subject of human rights online has never been more important than it is now. The subject is not only relevant to policy makers, advocates, and civil society organisations working around the theme of ICTs for Development, but for all who rely heavily on the use of the Internet for their work for Human Rights and/or Freedom of Expression, media institutions, and individuals who use the internet for activism, advocacy or civil engagement.. Many African governments are rolling out legislation and policies which enforce privacy violations, infringements to freedom of expression, access restrictions and hurt other digital rights.

We invite you to apply to join the Digital Rights Workshop in either Anglophone West Africa or Francophone Africa by completing the application form at the end of this announcement. The 3-day session in either region, will be open to only a limited number of participants who live and work in these regions. Selection will be based on best-fit considerations with a focus on the likelihood that the workshop will be useful to your ongoing work. Workshop materials, coffee/tea and lunch will be provided during the workshop.. We have limited funding to support flight and accommodation, and you may indicate whether or not you need sponsorship on your application form. However, we strongly encourage that you do not apply for support if you can sponsor yourself to the workshop as this may improve your chances of selection if you qualify. Again, travel support is very limited and will be very competitive. Registration closes July 12, 2019.

Apply via: http://bit.ly/Digital-Rights-Workshops

 


Paradigm Initiative organisera en octobre 2019, deux ateliers sur les droits numériques en Afrique de l’Ouest Anglophone et l’Afrique francophone. Ces ateliers seront axés sur la compréhension, la navigation dans le paysage des politiques, de la réglementation, et sur la collaboration avec d’autres organisations qui sont intéressées afin de promouvoir et défendre les droits de l’homme en ligne en Afrique.

Le sujet des droits de l’homme en ligne est plus important que jamais. Ce domaine ne concerne pas seulement les décideurs, les défenseurs et les organisations de la société civile travaillant sur le thème des TIC pour le développement, mais également pour tous ceux qui comptent beaucoup sur Internet pour leurs travaux sur les droits de l’homme et / ou la liberté d’expression, les médias, les institutions et les personnes qui utilisent Internet à des fins d’activisme, de plaidoyer ou d’engagement civique.

Nous vous invitons à participer à l’atelier sur les droits numériques en Afrique de l’Ouest Anglophone ou en Afrique Francophone en complétant le formulaire de candidature à la fin de cette annonce. La session de trois jours dans la région ne sera ouverte qu’à un nombre limité de participants qui vivent et travaillent dans ces régions. La sélection sera basée sur les meilleures pratiques en mettant l’accent sur la probabilité que l’atelier soit utile à votre travail en cours. Le matériel de l’atelier, le café / thé et le déjeuner seront fournis pendant l’atelier. Cependant, nous vous recommandons vivement de ne pas demander de soutien de voyage si vous pouvez le financer, cela augmentera vos chances de sélection si vous êtes admissible. Encore une fois, l’aide aux déplacements est très limitée et sera très compétitive. Les inscriptions se terminent le 12 juillet 2019.

Postulez via: http://bit.ly/Digital-Rights-Workshops

 

Rencontrez l'équipe de l'initiative Paradigm à RightsCon 2019

Par | Droits numériques

Initiative Paradigm will be represented by 6 team members at RightsCon 2019 holding in Tunisia next week. The team, comprising Rebecca Ryakitimbo (Google Policy Fellow, Eastern Africa), Bulanda T. Nkhowani (Google Policy Fellow, Southern Africa), Rigobert Kenmogne (Program Officer, Francophone Africa), Adeboye Adegoke (Program Manager, Anglophone West Africa), ‘Gbenga Sesan (Executive Director) and Tope Ogundipe (Director of Programs), will speak on 12 panels and organise/contribute to a series of engaging sessions.

Some of the sessions include ‘Developing a Digital Rights model law for Africa’, Elections and Public Discourse in Africa: Do Social Media Platforms Level the Playing Field?’, ‘Changing Practices of Internet Manipulation’, ‘Kunyamazisha: Gagging Online Free Speech in Sub-Saharan Africa’, ‘Improving Cooperation to Advance Human Rights Online’, ‘Putting Users First! The Responsibility of Tech SMEs in the Global South to Respect Human Rights’, among others.

See sessions that team members are hosting, or speaking at, below:

June 12
0900 – 1015: Cloudy with a Chance of Cybernorms ('Gbenga Sesan speaking)
0900 – 1015: Improving Cooperation to Advance Human Rights Online ('Gbenga Sesan speaking)
1715 – 1830: Multistakeholder Models of Content Moderation: A Global Perspective ('Gbenga Sesan speaking)

June 13
0900 – 1015: Developing a Digital Rights Model Law For Africa (Adeboye Adegoke speaking)
0900 – 1015: Changing Practices of Internet Manipulation (Rigobert Kenmogne speaking)
1030 – 1145: Does Social Media Deserve a Sin Tax? The Impact of Internet Service Levies on Human Rights and  Sustainable Development in Africa ('Gbenga Sesan speaking)
1415 – 1530: Putting Users First! The Responsibility of Tech SMEs in the Global South to Respect Human Rights ('Gbenga Sesan speaking)
1545 – 1700: Elections and Public Discourse in Africa: Do Social Media Platforms Level the Playing Field? (Adeboye Adegoke hosting)
1545 – 1700: Defining Meaningful Access: An expanded approach to connectivity (Tope Ogundipe speaking)
1715 – 1830: Business and Human Rights in Africa and South-Asia: Network Shutdown & Data Disclosure Requests Under Conflicting Legal Frameworks ('Gbenga Sesan speaking)

June 14
0900 – 1015: Kunyamazisha: Gagging online free speech in Sub-Saharan Africa (Bulanda T. Nkhowani moderating, Rebecca Ryakitimbo speaking)
1030 – 1145: Aligning Cybercrime Laws with International Human Rights Standards ('Gbenga Sesan speaking
1200 – 1300: “Causing an UPROAR!” Over Internet Freedom at the Universal Periodic Review (Adeboye Adegoke speaking)

For updates from #RightsCon, follow our twitter handle, @ParadigmHQ, and for more details about RightsCon, visit the official conference website at https://www.rightscon.org.

Un forum sur les droits numériques et l'inclusion accueillera des délégués de 38 pays à Lagos

Par | Droits numériques, Communiqué de presse

The seventh edition of the Digital Rights and Inclusion Forum (DRIF) will host delegates from 38 countries to deliberate on issues confronting the digital space in Africa. This is according to a press statement by Paradigm Initiative, the organiser of the conference of the 3-day conference. The Forum took off today in Lagos and will run until Thursday, April 25.

According to the statement, DRIF19 will welcome delegates from civil society, academia, media, technical community, government- including security agencies, judiciary, and legislature, and the private sector, from 32 countries in Africa, and 6 countries outside the continent. The Forum will also be live-streamed to a global online audience here, while those interested in monitoring conversations at the Forum can follow its hashtag, #DRIF19.

According to Tope Ogundipe, Paradigm Initiative’s Director of Programs, “formerly known as the Internet Freedom Forum, DRIF has become well known for its track record of tangible actionable outcomes and has gained a reputation as an important platform where conversations on digital policy in Africa are shaped, and policy directions forged. The broad categories of participants expected are state actors, civil society organizations, academia, human rights activists, technology entrepreneurs, gender activists, as well as policy enthusiasts and actors within the global internet governance space.”

DRIF features engaging conversations which draw on globally relevant issues, as well as Africa-specific challenges and opportunities. Panellists and participants are drawn based on a multi-stakeholder model, allowing stakeholders who have hitherto operated in silos to talk to one other about common challenges.

“For the first time, the Forum this year will focus considerably on digital inclusion conversations as the basis for digital rights, on a continent where internet penetration is lowest and the opportunities which ICTs provide remain elusive to many. This year’s edition will also feature more side sessions, allow for bilingual communication and participation as it has done since 2017, and encourage post-event collaborations to further strengthen the discourse of Internet Freedom in Africa,” Ogundipe added.

Speakers expected at the conference include Albert Antwi Boasiako, Ghana’s National Cybersecurity Advisor, Segun Mausi, the Executive Director of Human Rights Watch Africa Division, Hawa Ba, Head of the Senegal Country Office, Open Society for West Africa, and Lanre Osibona, Special Advisor on ICT to the President of Nigeria. Others are Dr Ernest Ndukwe, former Chief Executive Officer of the Nigerian Communications Commission, Robert Muthuri of Strathmore University, and Onica Makwakwa, A4AI Africa Regional Coordinator

The Forum is expected to refocus attention on issues confronting the digital space on a continent where human rights online are routinely violated.

L'initiative Paradigm publie son rapport annuel 2018 et démontre son impact

Par | Droits numériques, Échos de la vie, Communiqué de presse

L’entreprise sociale Paradigm Initiative a publié son Rapport annuel 2018. Le rapport fournit des informations sur le travail de l'organisation, en particulier sur la manière dont elle s'acquitte de sa mission consistant à améliorer les «moyens de subsistance des jeunes sous-desservis».

Joy Ukpong, une ancienne élève du programme d'inclusion numérique gratuit du groupe, figure dans le rapport annuel. Au moment de rejoindre le programme, Joy Ukpong, 27 ans, gagnait 10 000 N par mois en tant que coiffeuse en difficulté à Ajegunle, dans l'État de Lagos. Elle était désespérée pour une pause et le programme d'inclusion numérique de Paradigm Initiative lui a donné la pause qu'elle a judicieusement saisie, en apprenant des compétences utiles dans les domaines du numérique et de la vie.

Quelques semaines après la fin de la formation de 10 semaines, Ukpong a obtenu un poste d'assistant administratif dans un cabinet d'avocats. Son revenu a immédiatement grimpé à 25 000 naira. Grâce à ses nouvelles compétences, Ukpong dispose d’un revenu et d’une structure de travail plus stables qui lui permettent de se développer.

Son histoire, selon Sodiq Alabi, chargée de la communication de Paradigm Initiative, «est une autre preuve que notre investissement dans les programmes d'inclusion numérique dans les communautés mal desservies améliore effectivement les moyens de subsistance des bénéficiaires."

Gbenga Sesan, directeur exécutif, a également déclaré: «Grâce à l'investissement de l'année en faveur de la jeunesse mal desservie, nous avons pu former 869 étudiants dans le cadre du programme LIFE de 10 semaines, du LIFE @ School Club et des ateliers trimestriels. 150 étudiants ont obtenu un stage, ont trouvé un emploi, ont gagné suffisamment pour retourner aux études, ont rejoint des programmes d'apprentissage et / ou ont créé des micro-entreprises. Au cours de l’année, le revenu moyen de nos étudiants est passé de 4 805,15 à 23 083,25 N! »

Sesan a souligné: «En 2018, notre travail sur les droits numériques couvrait le Bénin, le Burundi, le Cameroun, le Tchad, la République démocratique du Congo, la Gambie, le Kenya, le Mali, le Nigeria, la Tanzanie, le Togo, l'Ouganda et la Zambie. Nous avons organisé 13 programmes de formation, examiné 36 documents de politique, produit 12 rapports fondés sur des recherches, traité 20 violations des droits numériques et dirigé 4 processus de contentieux. ”

Le Directeur des programmes, Tope Ogundipe, a déclaré que l'adoption du projet de loi sur les droits et la liberté numériques au Nigéria marquait une étape importante pour le groupe en 2018. Le projet de loi, qui a été transmis au président Muhammadu Buhari le 5 février 2019, est un projet majeur de le groupe depuis 2014, date à laquelle il a commencé à plaider en faveur de l'adoption d'une loi consacrée à la protection des droits et libertés en ligne.

Fondée au Nigéria en 2007, Paradigm Initiative est présente dans cinq pays africains, où elle exécute des programmes sur tout le continent. Le groupe a déclaré que son nouveau plan de gestion stratégique (2019-2023) le ferait même davantage au cours des prochaines années.

Protéger la liberté de la presse, l'initiative Paradigm exhorte le gouvernement ougandais

Par | Droits numériques

Paradigm Initiative condamne les actions de la Commission ougandaise des communications (UCC) qui a ordonné la suspension immédiate d'un site d'informations publié par Monitor Publications Limited.

Tel que rapporté par Comité pour la protection des journalistes, le groupe Monitor a fait l’objet d’une enquête à la suite de plaintes du président du parlement ougandais accusant le journal de publication de fausses informations. L'UCC a affirmé que le site d'informations n'était pas autorisé. Le publié remarquer UCC sur l'enregistrement des fournisseurs de contenu en ligne a été publié l'année dernière en mars.

Le cas du Daily Monitor met en lumière les nombreuses tentatives et actions qui entravent la liberté de la presse en Ouganda et dans l’ensemble de l’Afrique. Le jour où la suspension du site de nouvelles a été ordonnée, BBC Des journalistes d'investigation ont été arrêtés pour possession illégale de drogues sous restriction lors d'une enquête sous couverture sur le marché noir des médicaments en Ouganda.

Les arrestations, les fermetures et même les violences physiques sont souvent utilisées pour réprimer et menacer l'exercice d'une presse libre en Ouganda. L’année dernière, plusieurs journalistes ont été battu et leur équipement endommagé. Le 23 août 2018, la police a brutalement attaqué et endommagé des outils de journalistes qui couvraient les manifestations pour la libération de Bobi Wine. La situation de la presse ougandaise est dramatique, le président ougandais ougandais ayant ouvertement menacé et accusé de diffamation et d'incitation à la haine.

Rebecca Ryakitimbo, membre de la politique Google de Paradigm Initiative pour l'Afrique de l'Est, a déclaré: «Nous exhortons le gouvernement ougandais à revoir les lois répressives telles que la loi antiterroriste de 2002, la loi de 1995 sur la presse et le journalisme et la loi de 2013 sur la gestion de l'ordre public, qui entravent presse libre.Sans une presse libre, la société est condamnée à souffrir de la désinformation et l'écosystème des médias est encore plus opprimé avec seulement une poignée d'acteurs, ce qui en fait une scène du nombre restreint d'élus et un crime pour les masses. "

internet_shutdown_PINigeria

#KeepItOn: vers une élection sans internet au Sénégal?

Par | Plaidoyer, Droits numériques, Non classé

Par Emmanuel Vitus

The Senegal is the United States of Western State in Western Islands, The United States of America, in 1960. La transparence et la stabilité ont toujours été respectées. régional. Mais le prochain scrutin présidentiel s'annonce dans un climat caractérisé par une montée en puissanceFausses nouvelles»Et des discours de haine en ligne.

Alors que la campagne électorale a débuté depuis une semaine, sur les réseaux sociaux, sur les campagnes de dénigrements et de désinformations sont au firmament. Pour contrer le phénomène, le gouvernement a annoncé l'adoption de nouvelles dispositions contre la diffusion des «Fausses nouvellesEt discours de haine sur internet.

Mais déjà, plusieurs voix disparaissent aussi bien dans la société civile que du côté de la presse.

Même s'ils reconnaissent de façon unanime l'urgence de la fin de l'hémorragie des «Fausses nouvelles», Les professionnels des médias craignent que la nouvelle loi sur l'adoption ne restreigne l'espace de la liberté d'expression ou soit instrumentalisée par les pouvoirs publics pour museler la presse.

Aussi, plusieurs tribunes ont été commises par des journalistes sénégalais pour avertir des risques de censure et d'extrapolation des accusations deFausses nouvelles»In the public fees on a will all Senegal's as a will men are men men.

Peine d'emprisonnement

Du point de vue juridique, c'est l'article 255 du code pénal qui réprime la diffusion des «Fausses nouvelles»Au Sénégal. La disposition punit d'une peine d'emprisonnement de trois (3) and of a amende of 100000 à 1500000 FCFA lapublication, diffusion, divulgation ou reproduction, not to this way, on a new d'administration, falsifiées or mensongered attributed at paling (…) in the publication made or not a bad mauvaise publication. payed at well-of-the-population, ou jeté sur les institutions publiques ou leur fonctionnement»

Selon la loi sénégalaise, en cas de diffusion deFausses nouvelles», Le mandat de dépôt obligatoire (art 139). De même, les auteurs pourraient être frappés d'une interdiction de séjour sur le sol sénégalais durant cinq (05) ans au plus.   

Article 27, l'épée de Damoclès

Bien que le gouvernement soit annoncé à plusieurs reprises ne soit pas entraver la liberté des Sénégalais, l'article 27 d'un projet de loi portantCode des communications électroniques», A déjà été adopté le 6 juin 2018, laisse la paix sur la sincérité des engagements du pouvoir public à laisser l'internet ouvert lors du prochain scrutin.

Dans ses notes, il stipule, entre autres, queAuthor Author Author»

Cette clause selon la société civile, vérifie à suffisance la volonté de livrer les Sénégalais au diktat du régulateur et des opérateurs lors du prochain contrôle.

Perte évaluée à 3 milliards

You are here to the self-service of Macky All on the cut the Internet on the 24 February, 10 millions d'internautes seront déconnectés du monde sans compter les conséquences sur la vie socio-économique du pays.

Une journée de coupure d’internet au Sénégal coûté environ 5849015 dollars US soit environ 3370101532 CFA par jour selon les estimations de Netblocks, une plate-forme qui évalue l'impact économique des coupures d'internet à travers le monde. C'est un minimum parce que nous ne comprenons pas les paiements mobiles, les transactions du secteur informatif et les recettes fiscales.

Une probable coupure constitue un danger pour le développement de l'économie numérique pour la jeunesse de ce pays en particulier. Cette jeunesse ambitieuse, en quête de revenus qui s'activera dans l'entrepreneuriat numérique.

Aussi, une éventuelle coupe constituait un frein au développement de toutes les entreprises sénégalaises et les couches sociales qui dépendent du numérique.  

Vivement que le Sénégal, reconnu mondialement pour ces politiques progressives, maintienne l'internet ouvert lors du prochain contrôle de 16 millions d'habitants, la liberté d'expression et de communication est fondamental pour toute démocratie.

 

Emmanuel Vitus est membre de la stratégie Google chez Paradigm Initiative.

Les droits numériques sont des droits humains, même pendant les élections

Par | Plaidoyer, Droits numériques, Non classé

Par Babatunde Okunoye

Dans le contexte des défis socio-économiques de l'Afrique, les élections sont un processus à fort enjeu dans lequel des atrocités odieuses ont été commises. La liste comprend les meurtres de masse, les enlèvements, les viols, les incendies criminels et les assassinats. Au début de l'ère numérique, alors que des événements tels que les soulèvements du Printemps arabe ont mis en évidence le pouvoir des médias numériques, la libre circulation de l'information pendant les élections a également été attaquée.

En Afrique, les coupures d’Internet ou même des pannes de courant sur les réseaux sociaux ont principalement eu lieu à la suite d’élections ou d’autres événements politiques. Et nous n'avons pas besoin de chercher loin derrière pour savoir comment, car en 2019, nous avons déjà eu des fermetures d'Internet ou des médias sociaux en RD Congo, au Tchad, au Soudan, au Gabon et au Zimbabwe - toutes motivées par des considérations politiques.

Au Nigeria, on dit "il n'y a pas de fumée sans feu". Il y a quelques semaines, le Nigerian Guardian, peut-être la source d'informations la plus influente au Nigeria porté un rapport citant les craintes d'une fermeture d'Internet dans le pays mise en œuvre par le gouvernement, les activistes de la société civile étaient clairement préoccupés. Notre soulagement était donc palpable lorsque le gouvernement s’est ensuite rendu à nier une telle des plans. Nous espérons qu'ils tiennent parole, contrairement aux autorités zimbabwéennes qui l'avaient fait après des assurances similaires. (Voir les conseils ici pour rester en ligne en cas de restriction Internet) 

Alors que le Nigéria choisit son président et d'autres dirigeants nationaux à partir de samedi prochain, nous exhortons les autorités à rappeler que les élections sont au service du développement national. Ils servent de véhicule pour inaugurer de nouveaux dirigeants et moteurs de développement pour un pays. Leur venue ne doit jamais être annoncée par le sombre épisode d’une perturbation d’Internet.

Les arrêts Internet sont des violations des droits humains. Ils ne servent pas l'objectif pour lequel ils ont été mis en œuvre - généralement pour éviter la propagation de la violence ou d'autres problèmes. Au contraire, la panne d’information qu’elle occasionne peut être mortelle dans de nombreuses situations humanitaires telles que les urgences. Alors que nous allons tous voter pour commencer samedi, nous exhortons nos dirigeants à voter également pour maintenir Internet.

 

Babatunde Okunoye dirige les recherches de Paradigm Initiative. 

 

  

 

Approbation par le Zimbabwe d'un projet de loi sur la cybercriminalité et la cybersécurité

Par | Droits numériques, Liberté d'Internet

Le gouvernement du Zimbabwe a approuvé le projet de loi sur la cybercriminalité et la cybersécurité de 2017, conformément à IT Web Africa . Le projet de loi, en cours d'examen depuis plus de deux ans, est une fusion de trois projets de loi, à savoir le projet de loi sur la protection des données, le projet de loi sur les transactions électroniques et le commerce électronique et le projet de loi sur la criminalité informatique et la cybercriminalité.

Par coïncidence, l'approbation de la législation intervient quelques semaines après la fermeture de l'internet qui a eu lieu lors des manifestations publiques de janvier 2019 contre la hausse des prix du carburant et des produits de base. Alors que de nombreuses factions ont contesté la légalité de l'utilisation de la loi de 2017 sur l'interception des communications pour supprimer le blocage d'Internet, le projet de loi sur la cybercriminalité et la cybersécurité a suscité des critiques similaires. Les critiques ont souligné son incapacité à faire appel à un objectif plus large que la criminalisation de la cybercriminalité et des crimes informatiques, sans prévoir la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

La décision d'approuver le projet de loi est largement considérée par le gouvernement du Zimbabwe comme un moyen d'accélérer l'adoption de lois qui entraveront la liberté d'expression, l'accès à l'information, la promotion de l'ingérence dans les communications et les données privées et, dans les cas graves, la perquisition et la saisie. des appareils privés.

Initiative Paradigm approuve la position de l'Institut démocratique du Zimbabwe selon laquelle le projet de loi a été élaboré en raison de la crainte du pouvoir citoyen du gouvernement et de sa volonté de se protéger de la pression citoyenne révélée par les libertés illimitées d'Internet plutôt que par la nécessité d'améliorer la sécurité des citoyens en ligne.

Internet au Zimbabwe a joué un rôle crucial dans la mobilisation de la population pour des manifestations appelant à la démocratie, à la justice et à la responsabilité. Si la loi entre en vigueur, les personnes passibles d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 5 ans, d'une amende ou des deux à la fois pour incitation à la violence en utilisant des pages de médias sociaux. En janvier 2019, le militant et pasteur Evan Mawarire a été détenu pendant deux semaines pour avoir incité les citoyens à venir en nombre pour participer à une manifestation pacifique planifiée au moyen d'une vidéo YouTube.

Le projet de loi sur la cybercriminalité et la cybersécurité, qui vise à lutter contre la "cybercriminalité et à renforcer la cybersécurité afin de renforcer la confiance dans l'utilisation sécurisée des TIC", facilitera également la création d'un comité de cybersécurité. Le comité multipartite agira en tant qu'organe consultatif sur les politiques et en tant que contact national sur les questions de cybersécurité.

Le Zimbabwe a été un foyer de perturbations et d'arrestations liées à Internet en Afrique australe, avec un record de plusieurs blocages de médias sociaux et une fermeture totale d'Internet en 2016 et 2019 respectivement. Le sous-ministre des Services d'information, de publicité et de radiodiffusion a défendu le récent blocage d'Internet dans le pays, affirmant qu'il n'hésiterait pas à fermer à nouveau Internet.

Le ministère de la Technologie de l'information, des services postaux et des services de messagerie n'a communiqué aucune communication officielle concernant l'approbation des projets de loi et le document officiel n'a pas été mis à la disposition du public à la date de publication du présent article. Paradigm Initiative appelle le gouvernement à cesser toute attaque contre les droits numériques.

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench