La société civile s'inquiète des perturbations persistantes de l'Internet au Tchad

La société civile s'inquiète des perturbations persistantes de l'Internet au Tchad

République du Tchad,
Gouvernement de la République du Tchad,

Nous, Organisations signataires, sommes profondément préoccupés par les multiples perturbations des services Internet au Tchad.

En effet, le 25 janvier 2018, les autorités américaines ont arrêté Internet avant les manifestations prévues par les groupes de la société civile et des syndicats du pays. Depuis mars 2018, les communications électroniques ont été fortement perturbées, ce qui a eu des conséquences sur la vie sociale des Tchadiens. Les interruptions des médias sociaux tels que WhatsApp, Facebook, YouTube et Skype ont été régulièrement entendues et visionnées par les communications entre les personnes et la liberté d'expression. En outre, Internet, les journalistes et les utilisateurs de médias ne peuvent pas communiquer avec les sources et les informations sans les outils de communication numérique.

Les signataires de cette déclaration condamnent fermement le blocage continu, volontaire ou involontaire d'Internet au Tchad; DUDH, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Charte africaine des droits de l'homme et des personnes (PIDESC), Déclaration des principes sur la liberté d'expression en Afrique et autres lois dont le gouvernement tchadien est signataire et partie. Les fermetures d'Internet entraînent également des pertes économiques pour l'économie locale, des perturbations des entreprises et d'autres activités commerciales. Selon NetBlocksUne impression de forme qui a eu un impact économique sur les fermetures d’Internet, le coût d’une journée de fermeture d’Internet au Tchad est estimé à 694 589 dollars US. C'est donc un meilleur intérêt pour les Tchadiens et le gouvernement Les Tchadiens de garder Internet Internet, afin d'éviter une hémorragie de sa propre économie et de protéger les libertés civiles.

Les signataires de cette déclaration au gouvernement tchadien de:

i) the digital network over the national network is the global network is a digital network is to a low cost cost;

(ii) respecter les droits des utilisateurs sur Internet dans le pays;

iii) Reconnaître la résolution des Nations Unies sur la promotion, la protection et la jouissance des droits de l'homme sur Internet A / HRC / 32 / L.20;

(iv) respecter la résolution 362 (LIX) 2016 de la Commission africaine sur le «droit à la liberté d'expression et d'information sur Internet en Afrique»;

(v) respecter le contenu et l'esprit de la Déclaration africaine des droits de l'Internet et des libertés;

(vi) respecter les principes de la gouvernance de l'Internet et du contrat pour le Web;

(vii) renforcer la promotion et faciliter l'accès illimité à Internet pour assurer le développement économique du pays;

(viii) réduire les prix exorbitants des communications électroniques;

(ix) respecter les normes internationales sur les droits humains en ligne et hors ligne.

Les signataires sont en train de mettre fin à toutes les violations des droits dans les pays concernés. Internet accessible de manière continue aux droits des citoyens. L'Internet.

 

Les signataires

Initiative Paradigm

Le groupe NetBlocks

AccessNow

Internet Sans Frontières

CIPESA

OpenNetAfrica

Rudi International (RDC)

PEN America

Electronic Frontier Foundation

Sassoufit Collective

PACT (Projet pour une alternance crédible au Tchad)

Ligue des blogueurs et cyber-activistes africains pour la démocratie - AFRICTIVISTES

Open Net Korea

INTIC4DEV

La fondation du World Wide Web

L'Alliance pour un Internet Abordable (A4AI)  

AfroLeadership

Organisation des clubs de jeunes pour la paix au Rwanda

Association sénégalaise des utilisateurs de TIC (ASUTIC)

AFROTRIBUNE (Aller)

 

 

Lagos, le 18 janvier 2019

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench